Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 avril 2013 1 01 /04 /avril /2013 02:07

Après douze années passées aux côtés du maire, Anne Hidalgo, l’héritière du trône de Paris, n’ignore rien des problèmes des Parisiens. En dauphine responsable, elle s’est préparée au règne et entend bien poursuivre l’œuvre du roi son père, Bertrand Ier.

Le problème majeur de la capitale, Anne Hidalgo l’a parfaitement identifié. Prenant de vitesse sa rivale Nathalie Kosciusko-Morizet, elle en faisait part, cette semaine, aux lecteurs chassieux et distraits du journal Metro :

« Je réfléchis à quelque chose qui revient beaucoup dans les discussions que j’ai avec les Parisiens, c’est l’idée d’une grande fête de Paris. Un moment où tous les Parisiens seraient réunis et qui partirait des enfants. »

Les affabulateurs de la trempe d’un Laurent Obertone peuvent bien se rhabiller, ils sont terriblement dépassés avec leurs obsessions sécuritaires. Le problème du Parisien aujourd’hui, c’est qu’il manque cruellement de fêtes.

Mais ne soyons pas réducteurs : Anne Hidalgo entend aussi traiter les problèmes mineurs des Parisiens. Il semblerait, par exemple, que l’on rencontre – de manière tout à fait isolée – de menus soucis d’insécurité dans la capitale et à ses portes. Anne Hidalgo ne les ignore pas. Pour cela, aussi, elle a un remède :

« Nous avons financé plus de 200 éducateurs de rue ainsi que des correspondants de nuit dans certains quartiers. Je prends la sécurité très au sérieux. »

Mais elle nous rassure : il y a dix fois plus de chances de se faire assassiner dans les rues new-yorkaises qu’à Paris.

Par bonheur, le malfrat francilien manque encore d’ambition : il se contente de vous piller en vous tabassant, comme a pu le vérifier dernièrement un groupe de touristes chinois dont l’attaque par un « gang de noirs » a ému certains médias en Chine. Les journalistes chinois sont comme ça : précis, rigoureux.

En un mot : stigmatisants… Que voulez-vous, ces gens-là ne sont pas comme nous. Ils manquent d’éducation.

François Delaître, le 28 mars 2013

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique