Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 00:08

Saudi-fayhan-alghamdiArabie-torture

 

La charia ne prévoit pas de sanction pour le père qui tue son enfant (lire ICI). C'est cette loi d'allah le clément et le miséricordieux que les Saoudiens veulent exporter partout dans le monde

_____________________

Un prédicateur saoudien qui a violé et torturé à mort sa fille de cinq a été condamné à payer le «prix du sang» à la mère après avoir purgé une courte peine de prison, ont déclaré des activistes samedi.

Selon des activistes, Lamia al-Ghamdi a été admise à l'hôpital le 25 décembre 2011 avec de multiples blessures dont le crâne fracassé, des fractures aux côtes et au bras gauche, des ecchymoses et des brûlures graves. Elle a succombé à ses blessures le 22 octobre. 

Fayhan al-Ghamdi, un prédicateur islamique régulièrement invité sur les plateaux des chaînes de télévision musulmanes, a avoué avoir utilisé des câbles électriques et un bâton pour infliger des sévices à sa fille, affirment les activistes du groupe «Women to Drive» dans un communiqué. Elles disent que le père avait des doutes sur la virginité de son enfant et l’avait fait examiner par un médecin.

Randa Al-Kaleeb, une travailleuse sociale de l'hôpital où la fillette a été admise, a déclaré que le dos de l’enfant avait été brisé et qu’elle avait été violée «partout», selon le groupe. La mère a indiqué avoir été informée par le personnel hospitalier que «le rectum de sa fille avait été déchiré et que le père avait tenté de le refermer en le brûlant ».

Selon les activistes, le juge a déterminé que la poursuite n'avait droit qu'à «l’argent du sang» (indemnité versée au plus proche parent de la victime selon le droit islamique) et que le temps passé en prison depuis la mort de la fillette était une peine suffisante ».  

Trois activistes saoudiennes, dont Manal al-Sharif, ont dénoncé la décision. La décision est basée sur les préceptes de la charia stipulant qu'un père ne peut être exécuté pour le meurtre de ses enfants, ni le mari pour le meurtre de sa femme, ont dit les activistes.

Source : Saudi preacher gets off light for raping, killing daughter, Globalpost, 2 févrrier 2013. Traduction par Poste de veille

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions