Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 16:08

BySL_ShIYAAc5In

Les services de renseignement français ont « oublié » d’interpeler trois dangereux jihadistes, dont le beau frère de Mohamed Merah et un de ses amis d’enfance, hier à leur retour de Syrie où ils se sont entrainés à décapiter des Chrétiens.

A leur descente d’avion à Marseille, alors que la DGSI les attendait à Orly, aucun policier n’était présent.

S’ils les avaient arrêtés (ils se sont depuis présentés à la police), qu’auraient-ils fait de ces récidivistes déjà relâchés ?

Imad Djebali, ami d’enfance de Mohamed Merah, a été condamné en 2009 à quatre ans de prison pour terrorisme comme si, à sa sortie de prison, il ne serait plus terroriste. Il va être condamné une nouvelle fois ? A quoi bon, il ressortira toujours aussi dangereux, encore plus jihadiste.

• Abdelouahed Baghdali est l’époux de Souad Merah, la sœur antisémite de Mohamed Merah, elle aussi partie en Syrie. Il va écoper de quelques mois à l’ombre ? Il recommencera de plus belle.

• Gael Maurize, un converti – ce sont les pires – a déjà été impliqué dans une filière djihadiste, mais il a été laissé en liberté merci Christiane Taubira. Dans quelques jours, quelques mois, quelques années, il retrouvera la liberté et là…

La gauche, pire que les Pieds Nickelés

En grand professionnel socialiste, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, qui – soulagement pour les Français – a la situation bien en mains, annonçait hier que les trois jihadistes avaient été arrêtés : le ministre ne savait même pas qu’ils se promenaient dans les rues de Marseille. Les Pieds Nickelés ne faisaient pas mieux.

Pendant ce temps, les trois jihadistes tenaient une conférence de presse ! Ils déclaraient à un journaliste de BFM, qui a du bien se poiler de l’arrogance du ministre (la France n’a pas peur des jihadistes !) : « On a passé la douane, on a montré le passeport, on a tout montré, c’est ça qui est étonnant, aucun policier n’est venu nous accueillir à l’aéroport.

Même nous ça nous a étonnés, on s’était dit dans nos têtes qu’ils allaient nous attraper et qu’on allait être en garde à vue »

Je récapitule :

• D’abord il y a eu le « cafouillage » autour de Mohammed Merah, parti faire le jihad et revenu sans être inquiété.

Convoqué par la Direction régionale du renseignement intérieur (DRRI) de Toulouse, les policiers ont gobé son histoire du voyage touristique – alors qu’il avait suivi un entraînement au Pakistan, s’était fait arrêté en Afghanistan puis avait été placé par les Etats Unis sur la liste internationale des personnes à ne pas laisser prendre l’avion.

« Son apparence n’avait pas changé », déclarera à l’époque un policier qui n’a pas été entraîner à déjouer la taqqya, le mensonge islamique exigé par le coran pour se livrer au Jihad en l’honneur d’Allah. « Il ne portait ni barbe, ni djellaba, ne manifestait aucune détestation apparente envers la police. » Ont-ils, depuis, reçu cette formation, où est-elle politiquement incorrecte ? L’absence de transparence de l’administration ne permettra pas de répondre.

Puis le « cafouillage » Mehdi Nemmouche qui a pu, sans être repéré :

rentrer de Syrie,
acheter des armes,
se rendre à Bruxelles,
commettre son crime antisémite,
se planquer près d’une semaine sur place,
se rendre à Amsterdam,
prendre un car,
retraverser deux frontières,
et échapper à la DGSI (c’est parce que ce demeuré avait dans un sac l’arme et les vêtements qu’il portait lors de l’attentat qu’il a été interpelé, par hasard, lors d’un simple contrôle de police)

 

Et maintenant, les trois jihadistes…

Cela fait commence à faire beaucoup de cafouillages, au point de se poser des questions (que vos médias ne poseront évidemment pas)

1- La France a-t-elle assez de policiers pour suivre et surveiller tous les jeunes jihadistes qui reviennent et reviendront ? Combien de personnes s’occupent de cette tâche complexe, combien en faudrait-il ?

Anne-Bénédicte Hoffner, journaliste à la Croix, a partiellement répondu à la question lorsqu’elle a, le 28 janvier 2014 publié des extraits d’un rapport confidentiel et « classé secret défense » du SGDSN (secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale), sur la « Prévention de la radicalisation. » (la journaliste sera convoquée à la DCRI en mars 2014 car ce rapport catastrophique sur la situation sécuritaire ne devait pas être dévoilé au public. Il révèle que :

a) la France est très démunie quant au « repérage » de ces jeunes radicaux.
b) Les experts reconnaissent leur difficulté à mesurer le rôle des idéologies « qu’elles soient politiques ou religieuses »
c) afin de rester politiquement correct, le rapport affirme, ce qui est contredit par l’intégralité des faits, qu’« aucune religion n’est épargnée », ce qui risque de diluer des ressources déjà insuffisantes.

2- Les personnels ont-t-il été formés pour répondre à cette nouvelle menace, notamment à la taqqya (je vous rappelle que la plupart des intellectuels islamophiles nient cette encombrante réalité) où les méthodes sont-elles désespérément inadaptées ?

3- Avec la présence obligatoire de musulmans pour traduire les communications, se peut-ils que des jihadistes soient infiltrés dans les service du renseignement intérieur et extérieur français, et qu’ils sabotent le travail, quand l’occasion leur est offerte ?

Le désastre français est total

Manuel Valls avait annoncé, en juin 2013, une réforme des services de renseignement en raison des ratés (déjà) de l’affaire Merah, et il a « refondé » les renseignements intérieurs pour « s’adapter aux nouvelles menaces, notamment terroristes ». Un désastre.

La nouvelle DGSI, déclarait pompeux Bernard Cazeneuve lorsqu’il a pris la succession de Manuel Valls, va devenir « le bras armé du plan anti-djihad ». Un bras cassé…

On ne sait pas si Cazeneuve a appelé le numéro vert anti-djihad pour retrouver la trace des 3 jihadistes, car heureusement, les braves garçons sont là pour aider. Les trois jeunes musulmans se sont rendus mercredi matin à la gendarmerie du Caylar, dans l’Hérault.

Eric Ciotti, député des Alpes-Maritimes, a déclaré ce matin sur RTL, après avoir réclamé une commission d’enquête parlementaire sur le « couac impardonnable » du gouvernement, « les Français ont besoin d’être rassurés et le gouvernement fait l’inverse. »

Si les socialistes faisaient ce qu’ils disent, cela se saurait, monsieur le député.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

http://www.dreuz.info/2014/09/arrogance-cafouillage-ou-romantisme-revolutionnaire-la-gauche-naime-pas-emprisonner-les-terroristes/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International