Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 01:15

PN_dans_la_gueule_de_Guénolé

Thomas Guénolé et France Inter peuvent se vanter d’avoir suscité l’émotion chez nos compatriotes PNH et patos. Les injures qu’il a proférées au journal de 13h  du lundi 8 juillet dernier, venant après la série d’émissions plus que douteuses « consacrées » à l’OAS par Daniel Mermet (lien + lire ici-même) ont été la goutte qui fait déborder le vase.

Je ne reviendrai pas sur l’affaire mais, à la demande de nombreux lecteurs, sur la procédure à suivre pour réagir efficacement et vite. La riposte qui se dessine est à trois degrés :

au niveau individuel, très important car, du nombre de réactions enregistrées dépendra la sensibilisation des pouvoirs publics au trouble suscité chez les PNH. Pour l’avoir expérimenté, il n’est pas utile d’aller porter plainte directement en gendarmerie. Il suffit simplement d’écrire au Procureur de la République du Département de votre domicile. Votre lettre pourrait être libellée ainsi :

« Monsieur le Procureur,

J’ai l’honneur et le regret de porter plainte contre Monsieur Thomas Guénolé qui a, en parfaite connaissance de cause, déclaré au journal de 13h de France Inter du lundi 8 juillet dernier : « C’est un fait que, culturellement, le racisme est quand même plus développé dans le Sud de la France. Cela s’explique en partie, faut dire les choses, par le fait qu’il y a une très forte communauté pied-noir, dans le sud de la FranceJ’suis en train de dire ça, je suppose que vous allez recevoir beaucoup de courrier. C’est malheureusement un constat. »

Cette déclaration relève directement de la loi sur la Liberté de la Presse du 29 juillet 1881 qui dispose :

. article 29 alinéa 1er : Toute allégation ou imputation d’un fait qui porte atteinte à l’honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. La publication directe ou par voie de reproduction de cette allégation ou de cette imputation est punissable, même si elle est faite sous forme dubitative ou si elle vise une personne ou un corps non expressément nommés, mais dont l’identification est rendue possible par les termes des discours, cris, menaces, écrits ou imprimés, placards ou affiches incriminés.

. article 32 alinéa 2 : La diffamation publique résulte de toute allégation ou imputation de faits précis et erronés, portant atteinte à l’honneur ou à la considération d’une personne ou d’un groupe de personnes déterminées à raison de sa race, sa religion, son appartenance nationale ou ethnique.

Dans l’attente des suites que vous voudrez bien donner à cette affaire, je vous prie d’agréer, Monsieur le Procureur de la République, mes salutations très distinguées.

Signé [...] » ;

. au niveau des associatifs. Chacune des nombreuses associations de PNH devrait effectuer la même démarche. C’est ce que j’ai fait au nom de mon association Asfotell ;

. au niveau collectif. Un comité auquel tous nos compatriotes pourront s’agréger à titre individuel ou associatif est en cours de création. Georges Belmonte, Hervé Cuesta, Nicole Guiraud, notamment, y travaillent activement. Il permettra de regrouper toutes les initiatives et de faire porter par un seul et même défenseur l’ensemble des plaintes.




Voici un texte de Georges Belmonte qui, avec d’autres PNH, s’activent pour organiser et optimiser la riposte à la nième agression de l’anti-France contre les patriotes PNH.

Fraternité

Comme moi, beaucoup d’entre vous sont exaspérés par les calomnies et les insultes portées à la mémoire des nôtres. En plus de leur refuser une paix éternelle avec des sépultures décentes, on salit leur mémoire. C’est un mémoricide, c’est à dire un effacement des traces soit en niant jusqu’à leur existence soit en la déformant. C’est, au niveau de la mémoire, l’équivalent criminel du nettoyage ethnique subi lors de l’exode et le prolongement de ce que nous avons vécu en 62. L’un et l’autre vont de pair. Le mensonge a partie liée avec la violence politique.

D’aucuns se résignent à accepter ce qu’ils qualifient de fatalité et ne présentent d’autres solutions que de vouer aux gémonies la France, l’Algérie et le monde entier.

Nous refusons cette attitude ; si elle peut être expliquée, elle n’en demeure pas moins  inopérante. Quel héritage laisserions nous à nos enfants ? Notre belle histoire dont nous pouvons être fiers, mérite mieux.

Après le crime, les armes utilisées par nos ennemis sont la calomnie, l’insulte et le négationnisme. Pour mieux cacher ce crime, par un retournement des valeurs, la victime est présentée comme monstrueuse et le bourreau devient victime. Le voile jeté sur les véritables victimes permet de laisser libre cours à la propagande et aux mensonges des bourreaux ou de ceux qui se réclament leurs héritiers.

Nous devons gueuler la vérité quitte parfois à paraître impudiques face à l’horreur. Cette bataille se joue sur le vocabulaire et sur la communication ; elle demande à la fois de la réactivité et de la concertation. D’où la création d’un collectif souple qui évite les lourdeurs institutionnelles des décisions longuement pré-débattues et qui en appelle à la responsabilité individuelle.

Ce collectif, que l’on baptisera « Assez ! Basta ! Barka ! Riposte PNH« , a un rôle de veille et d’action. Il a pour motivation la fidélité à nos anciens ; sa vocation est, d’une part, de coordonner et canaliser nos actions judiciaires et, d’autre part, de participer aux débats organisés sans nous sur des questions qui nous regardent. Il demande à chacun un engagement léger. Ce collectif nous permettra de nous reconnaître nous mêmes au delà de nos particularités et surtout de nous positionner par rapport à nos adversaires. Nous ne sommes animés que par la Justice et la Vérité. Nous ne réclamons pas de droit d’inventaire ; l’héritage, nous l’acceptons dans sa globalité.

Dans l’immédiat, le collectif portera une plainte commune contre Thomas Guénolé et France Inter, et, si leurs auteurs en sont d’accord, coordonnera les initiatives individuelles et celles des associations. (Lire ici)

Si vous souhaitez être associé à cette initiative :

1. envoyez par mail vos nom, prénom, mail, et téléphone à belmonte-georges@wanadoo.fr;

2. par retour, il vous sera demandé trois noms de personnes que vous pensez susceptibles de nous rejoindre et que vous aurez au préalable pris soin de contacter ;

3. les modalités d’action vous seront transmises directement par mail, sur ce blog et ceux des associations PNH.

Assez ! Basta ! Barka !

Stop aux insultes, stop aux calomnies,

stop au négationnisme des crimes commis contre les PNH,

stop au révisionnisme historique !

G. Belmonte

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société