Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 novembre 2014 3 26 /11 /novembre /2014 02:28
Les enfants coptes sont forcés de quitter leurs familles et de se convertir à l’islam, car la loi dit que les Musulmans sont meilleurs que les Chrétiens.

En terre d’islam, ils détruisent nos églises. En terre chrétienne, nous leur construisons des mosquées cathédrales.

 

La dhimmitude suicidaire des Occidentaux dépasse l’entendement.

Les enfants coptes sont forcés de quitter leurs familles et de se convertir à l’islam, car la loi dit que les Musulmans sont meilleurs que les Chrétiens.

quran

La « douceur » de l’islam irradie à travers ces beaux visages.

Washington

 

A quand une mosquée abritant la messe dominicale ?

 

Au nom de la chimère du dialogue islamo-chrétien, la Cathédrale nationale de Washington a été transformée en mosquée, l’espace d’un jour, pour accueillir les prières musulmanes du vendredi. A quand une mosquée abritant la messe dominicale ?

J’aimerais rappeler que dans la prière musulmane, la fatiha, (première sourate du coran) répétée plusieurs fois par jour par les fidèles, il est fait mention de ceux qui encourent sa colère, à savoir les Juifs, et de ceux, qui se sont égarés, à savoir les Chrétiens.

Quant à la prière de vendredi à la mosquée, elle est encore plus offensive et plus choquante à l’encontre des Juifs et des Chrétiens, car elle exige non seulement deux récitations de la sourate d’Al-Fatiha, mais aussi de la sourate 62, « Le Vendredi » et de la sourate 63, « Les Hypocrites ».

La sourate 62 condamne, spécifiquement, d’une part les païens vivant en erreur grossière, et d’autre part les Juifs assimilés à des ânes pliant sous le poids de livres et qui traitent de mensonges les versets d’Allah (62,5). Quant à la sourate 63, elle condamne les hypocrites, c’est-à-dire ceux qui ont renoncé à leur foi musulmane. « Ce sont ceux-là les pires ennemis. Méfie-toi d’eux. Qu’Allah anéantisse ces hypocrites… » (63,4)

La prière du vendredi est toujours accompagnée d’un prêche quasi classique dans toutes les mosquées. Les prédicateurs y crachent leur colère contre les juifs et les non-musulmans et sollicitent l’aide de leur dieu Allah.

Les prédicateurs concluent leur prêche par la litanie suivante, et la masse des fidèles répond après chaque supplication par un « Amen » :

O Allah. Accorde-nous la victoire sur les juifs, qui sont tes ennemis mais aussi les ennemis de notre religion. (Amen)
O Allah. Fais périr les mécréants, les polythéistes et les ennemis de l’islam. (Amen)
O Allah. Eparpille leur nation. (Amen)
O Allah. Disperse leurs troupes. (Amen)
O Allah. Détruis leurs édifices. (Amen)
O Allah. Fais périr leur récolte. (Amen)
O Allah. Rend orphelins leurs enfants. (Amen)
O Allah. Rend veuves leurs épouses. (Amen)
O Allah. Fais tomber leurs biens et leurs fortunes comme butin entre les mains des musulmans. (Amen).

- Malek Sibali (extraits). Lire le livre de Sami Aldeeb, La Fatiha et la culture de haineir?t=drzzfr-21&l=as2&o=8&a=1503079570*.

Selon la légende, quand les Musulmans conquirent Jérusalem en 637 après J.C., Sophorius, le Patriarche de Jérusalem, invita le calife Umar à prier dans l’Eglise du Saint Sépulcre. Umar déclina l’invitation en expliquant que s’il acceptait, les Musulmans convertiraient l’église en mosquée, car des prières musulmanes se seraient élevées en ce lieu…

Que les responsables chrétiens de cette farce grotesque méditent sur l’esprit de conquête des « pieux » musulmans, prêts à tous les compromis pour faire avancer la cause d’Allah, même à prier dans une église, pourtant lieu haram pour les dévots d’Allah. Il est, toutefois, permis aux Musulmans d’entrer dans une église, si le but est de convertir les infidèles à l’islam.

Une chrétienne, outrée par l’évènement, osa manifester sa colère en proclamant que Jésus Christ était Notre sauveur et Notre Seigneur : elle fut éjectée sans ménagement de la cathédrale. Cette expulsion d’une Chrétienne d’un lieu de culte chrétien – accueillant pourtant chaleureusement les adeptes d’une idéologie ennemie du christianisme – pour avoir perturbé le dialogue islamo-chrétien, en exprimant sa foi en Christ, résonne tristement comme le son du glas… qui accompagne les défunts vers leur dernière demeure.

Ce « dialogue fraternel islamo-chrétien » dans une cathédrale chrétienne a été organisé par l’ambassadeur sud-africain, Ebrahim Rasool, et cinq organisations musulmanes (All Dulles Area Muslim Society (ADAMS), Masjid Muhammad (mosquée de la nation), le Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR affilié au Hamas), la Société islamique d’Amérique du nord (ISNA), et le Conseil musulman des affaires publiques (MPAC), avec la bienveillante collaboration de la directrice liturgique de la cathédrale, Rév. Canon Gina Campbell.

Grande Bretagne

Quand le rêve insensé du premier ministre David Cameron rejoint celui d’un ennemi de son pays…

Le rêve de David Cameron :

« Un jour je veux entendre le titre Premier Ministre suivi d’un nom de famille à consonance Anglo / Asiatique.
Il n’y a encore aujourd’hui que trop peu de représentants issus des minorités ethniques qui occupent les plus hauts postes de notre pays. Quand j’entends Sir, Votre Honneur, ou encore Très Honorable, je voudrai que ces titres soient suivis de noms Anglo/Indo/Pakistanais ».

Le rêve d’un musulman britannique :

Abou Rumaysah, britannique d’origine pakistanaise, membre de la Shariah Patrol, parle de sa vision d’avenir pour la Grande Bretagne, lors d’une interview à la chaîne CBS :

« En fin de compte, je veux voir chaque femme dans ce pays couverte de la tête aux pieds », a déclaré Rumaysah à la journaliste de télévision Clarissa Ward. «Je veux voir trancher la main des voleurs. Je veux voir les femmes adultères lapidées. Je veux voir la charia en Europe, et je veux la voir en Amérique, aussi. Je crois que nos patrouilles sont un moyen pour atteindre cette fin. »

Rumaysah d’ailleurs n’hésite pas à dire à la journaliste devant la caméra : « couvrez-vous. Portez le hijab … »

Le rêve du second pourrait bien se réaliser, si le songe du premier devenait un jour une réalité…

Et pendant que nos rêveurs cogitent à l’islamisation de l’Occident, en terre d’islam, les pieux musulmans s’emploient avec une ferveur toute islamique à nettoyer le sol sacré de l’islam de toute présence chrétienne, considérée comme une souillure.

A Mossoul, l’Etat islamique a fait goûter aux Chrétiens de cette ville martyre les douceurs du djihad à la gloire d’Allah.

 

Aujourd’hui, la ville de Mossoul est totalement vidée de ses Chrétiens

 

Au cours de l’invasion en juin dernier de cette ville irakienne et de sa prise de contrôle par l’Etat islamique – ville où la présence chrétienne remonte au premier siècle après JC, les innombrables atrocités commises contre les Chrétiens ont forcé ces derniers à quitter la ville. Aujourd’hui, la ville de Mossoul est totalement vidée de ses Chrétiens.

L’Etat islamique avait réinstauré, parmi d’autres coutumes barbares islamiques, la « jizya » le tribut ou capitation que les Chrétiens et les Juifs devaient payer pour éviter d’être tués, conformément au coran (9 :29).

• Trois membres de l’Etat islamique entrèrent dans une maison de Mossoul habitée par une famille chrétienne en demandant le payement de la jizya. Quand le père déclara qu’il n’avait pas l’argent demandé, les ordures violèrent sa femme et sa fille sous ses yeux. L’homme fut tellement traumatisé qu’il se suicida.

• Quatre autres femmes chrétiennes furent tuées car elles ne portaient pas le voile islamique.

• Peu après la chute de Mossoul, l’Etat islamique annonça qu’il détruirait tous les lieux de culte chrétiens. Plusieurs églises furent brûlées, y compris l’église arménienne près de l’hôpital Al Salam, ainsi que l’église du Saint Esprit, après avoir été pillées et profanées.

• Deux religieuses de l ‘Ordre des Filles de Marie figurent parmi les nombreux Chrétiens portés disparus. Cet ordre s’occupait d’un orphelinat de filles à Mossoul.

La purge des anciennes communautés chrétiennes, à travers l’Irak, qui débuta en juin, a culminé en juillet dans la plus grande barbarie.

• Une église chrétienne, présente en Irak depuis 18 siècles, érigée environ 200 ans après Jésus-Christ, fut incendiée par l’EI, selon plusieurs agences de presse, y compris Al-Arabiya.

• Les djihadistes de l’EI prirent le contrôle d’un ancien monastère dans le nord de l’Irak. Le monastère St. Behnam datait du 4e siècle et représentait l’un des symboles chrétiens le plus connus d’Irak. Il fut construit par un roi assyrien en guise de pénitence pour avoir exécuté ses enfants Behnam et Sarah convertis au christianisme.

• Les djihadistes expulsèrent les quelques moines encore présents dans le monastère : « Votre place n’est plus ici, vous devez partir immédiatement. » Les moines les supplièrent de leur permettre de sauver quelques reliques anciennes, mais les djihadistes refusèrent et leur ordonnèrent de partir en emportant que leurs vêtements.

• L’EI fixa au 19 juillet la date limite à laquelle les Chrétiens de Mossoul durent choisir entre la conversion à l’islam ou l’exécution. Ils marquèrent les maisons des Chrétiens par la lettre arabe « N » du mot arabe « Nasara » ou « Nazaréen », un terme coranique péjoratif pour Chrétiens. Pour la première fois dans l’histoire de l’Irak, Mossoul fut vidée de ses chrétiens.

En réponse aux dernières atrocités commises par l’EI à l’encontre des minorités chrétiennes, l’évêque orthodoxe du Mont du Liban et de Trimoli, George Saliba, dénonça non seulement l’EI, mais également les Musulmans en général pour leur longue histoire de violence et d’oppression envers les Chrétiens :

« Ce qui se passe en Irak est étrange, mais normal pour les Musulmans, car ils n’ont jamais bien traité les Chrétiens, ils ont toujours eu une attitude offensive et diffamatoire à leur égard … Nous étions habitués à vivre et à coexister avec les Musulmans, mais ils ont montré leurs canines… Ils n’ont pas le droit d’attaquer nos maisons, nous voler, salir notre honneur, mais la plupart des Musulmans n’hésitent pas à le faire. Après le massacre des Chrétiens par les Ottomans, les nations dirigeantes comprirent notre situation, mais avantagèrent toujours les musulmans. L’islam n’a jamais changé. »

Les organisations islamiques répondirent en dénonçant les paroles de l’Evêque syriaque comme haineuses et islamophobes et exigèrent des excuses.

Comme d’habitude, les Musulmans peuvent piller, violer, massacrer les non Musulmans, mais il est interdit aux non Musulmans de dénoncer leur barbarie.

Le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu fit aussi quelques observations relatives au sort des Chrétiens, notamment dans les pays du Moyen Orient où les USA sont impliqués. A la question de savoir s’il était offusqué par la décision prise par l’Eglise presbytérienne américaine de retirer les investissements d’un montant de 21 millions de dollars au nom du peuple palestinien, le PM déclara :

« Je suggère à ces organisations presbytériennes de se rendre au Moyen Orient, de venir voir en Israël une démocratie forte et souveraine, et puis de prendre un bus et faire un tour en Libye, en Syrie, en Irak et constater la différence. Et je leur donnerais deux conseils. Le premier : veillez à ce que le bus soit blindé ; le second : évitez de dire que vous êtes chrétiens. »

Ci-après, un bref tour d’horizon – non exhaustif -de la persécution des Chrétiens par les adeptes de la « religion de paix » à travers le monde en juin et juillet 2014.

Indonésie

L’Indonésie est le plus grand pays musulman du monde. Les attaques et les épisodes d’intolérance envers les minorités non musulmanes, qu’ils soient Chrétiens, musulmans Ahmadis ou autres, ne cessent d’augmenter.

La paroisse du Sacré Cœur à Pugeran, dans le Sud de Djakarta, fut attaquée par trois différents groupes d’assaillants en moto au cours de la messe du matin. Cette attaque coïncida avec le début du ramadan, le mois » sacré » de l’islam, souvent caractérisé par une hausse des hostilités envers les minorités religieuses.

     Les motards, habillés en noir et masqués, franchirent les portes en hurlant « Allah est le plus grand » le cri de guerre islamique. Ils agressèrent des fidèles, détruisirent des objets et des affiches placées par les membres d’une communauté catholique locale.

Quelques semaines auparavant, le 30 mai, les extrémistes islamiques attaquèrent un groupe de catholiques réunis en prière, et frappèrent sauvagement le chef de la communauté.

 

Une semaine plus tôt, le pasteur Niko, chef de la communauté protestante fut ciblé par les extrémistes l’accusant d’avoir créé un lieu de prière illégal sans permission. (Asia News).

 

 

Nigeria

Le premier juin 2014, des jihadistes suspectés d’appartenir à l’organisation terroriste islamiste de Boko Haram tuèrent neuf Chrétiens réunis pour la messe dominicale, quelques heures avant de bombarder une agglomération chrétienne dans la région voisine de l’état d’Adamawa. L’explosion fit près de 50 victimes.

Dans le village d’Attagara, dix hommes armés assaillirent l’Eglise de la fraternité au cours du service religieux. Ils assassinèrent neuf Chrétiens, qui s’étaient portés volontaires pour assurer la sécurité de la congrégation pendant le culte.

Une autre église dans l’Etat central du Plateau fut incendiée par des hommes armés, qui tuèrent au moins huit Chrétiens présents dans l’église.

Selon l’Agence de presse italienne AGI, la police déclara qu’elle n’avait pas encore désigné les coupables de ces attaques, même si le modus operandi laissait supposer qu’il s’agissait d’un groupe de fondamentalistes islamiques appartenant à la secte de Boko Haram, responsables de la mort de milliers de gens depuis 2009.

S’exprimant au sujet de l’attaque du 1er juin, un leader chrétien de la région déclara que les assaillants faisaient partie du groupe de 200 islamistes qui envahirent Attagara et d’autres villages à majorité chrétienne aux environ de Gwoza au cours des deux dernières semaines, détruisant les maisons et les églises.

Les attaques se sont succédées pendant 14 heures contre les communautés chrétiennes d’Attagar, d’Hawul et autour des montagnes de Gwoshe.

Les islamistes de Boko Haramn détruisirent 36 églises dans la région de Gwoza, y compris celle d’Attagara. Seules deux églises furent épargnées.

L’explosion d’une bombe à l’intérieur de l’église Saint Charles fit 5 morts et 8 blessés. L’attaque fut perpétrée le dimanche peu après la fin de la messe, quand un engin explosif fut jeté dans la ville de Karno.

Ce même jour, toujours à Kano, ville terrifiée par une forte présence de terroristes islamistes de Boko Haram, une femme, dont le comportement étrange attira l’attention de la police, fut arrêtée par les forces de l’ordre alors qu’elle s’avançait vers le portail de l’université. Sous son hijab noir, la kamikaze avait caché une bombe, et quand la police demanda à une collègue femme de pratiquer une fouille, la femme en hijab se fit exploser. Plusieurs policiers furent blessés. (Ces accoutrements de Belphégor, étendards de l’avancée de l’islam politique, devraient être interdits partout en Occident.)

Toujours en juillet 2014, le primat de l’Eglise du Nigéria, Nicholas Okoh, déclara lors d’une interview, qu’en dépit des attaques incessantes de Boko Haram contre les Chrétiens et leurs églises, l’Administration Obama demeurait silencieuse. Elle se limite à parler de problèmes économiques, seuls responsables, selon elle, de la lutte de Boko Haram contre les Chrétiens, ce qui est absolument faux.

Boko Haram, financé par le Qatar et l’Arabie saoudite, veut établir un état islamique dans le nord du pays purifié de toute présence chrétienne. L’administration Obama a délibérément ignoré les problèmes liés au fondamentalisme de l’idéologie « religieuse » islamique.

République centrafricaine

Au moins 27 Chrétiens furent tués au cour d’une attaque le 7 juillet dernier dans la Cathédrale St Joseph à Bambari, où des milliers de gens, la plupart des Chrétiens, s’étaient réfugiés. Les assaillants étaient des combattants du mouvement rebelle Seleka et des civils musulmans. Les attaquants entrèrent dans la cathédrale vers 15h00 et commencèrent à tirer à l’aveuglette. Des femmes et des enfants furent tués et plus de 20 personnes blessées. Des bâtiments et trois voitures dans l’enceinte de la cathédrale furent incendiées, et deux autres volées, ainsi qu’un certain nombre de motos.

Quelques semaines auparavant, une autre attaque contre une église à Bangui fit 20 morts.

Kenya

 

Plus de 57 personnes furent ainsi massacrées, y compris 6 enfants dont les pères étaient pasteurs

 

Une cinquantaine de militants du groupe islamiste Al Shabab (la jeunesse) attaquèrent deux hôtels, une poste de police et d’autres bâtiments à Mpeketoni, une ville à prédominance chrétienne sur la côte du Kenya au cours de la nuit du 15 juin. Ils chantaient « Allahu Akbar » (Allah est le plus grand) et massacrèrent quiconque ne savait pas réciter les versets du coran. Les militants firent du porte à porte et demandèrent aux habitants quelle était leur religion. S’ils répondaient : « chrétienne », ils étaient froidement abattus. Plus de 57 personnes furent ainsi massacrées, y compris 6 enfants dont les pères étaient pasteurs.

Le 5 juillet, plusieurs musulmans attaquèrent l’Eglise de la Mission, à trois kilomètres au nord d’Hindi, au moment ou l’étude de la Bible se terminait. Tandis que les participants à l’étude fuyaient, deux hommes décidèrent de se cacher à l’intérieur de l’église. Les islamistes mirent le feu au bâtiment et les malheureux furent brûlés vifs.

La même nuit, une église catholique de Gamba fut aussi détruite par les islamistes.

Deux jours auparavant, 15 à 20 assaillants armés de fusils et de couteaux attaquèrent le village de Gamba et celui de Hindi. 13 personnes furent tuées, parmi lesquelles un enfant de 12 ans et un homme de 30 ans, qui fut retrouvé dans une mare de sang avec une Bible dans son dos (source: Morning Star News).

Un survivant déclara avoir entendu les assaillants dire que les non Musulmans devaient soit partir, soit se convertir à l’islam. Une autre survivante raconta : « je fus expulsée de ma maison avec ma fille, tandis que les attaquants attachèrent mon mari à un côté du lit, avant de mettre le feu à l’habitation. Les attaquants, qui parlaient le somalien, ciblaient les non Musulmans, qu’ils attachaient avec des cordes, avant de les égorger. »

Gamba est située à 28 miles de Mpeketoni, une autre ville chrétienne, où les islamistes tuèrent environ 57 personnes lors d’une attaque précédente.

Liban

Un groupe mystérieux, connu sous le nom de « Free Sunnis of Baalbek Brigade », qui a récemment prêté allégeance à l’Etat islamique, annonça sur son compte twitter qu’un groupe spécial de djihadistes avait été chargé de nettoyer l’état islamique de la Bekaa en particulier et le Liban en général de ses églises : « Nous ciblerons les croisés dans l’état de la Bekaa et au Liban pour réduire au silence les cloches. » Selon la loi de la charia, il est interdit de faire sonner les cloches des églises sous l’autorité islamique. La Brigade a revendiqué la responsabilité de plusieurs attaques à la roquette et à la bombe à l’intérieur du Liban, les dernières étant les attentats-suicides à Dahr al Baydar et à l’hôtel Raouche Duroy.

Soudan

Les autorités démolirent l’Eglise du Christ située dans le nord de Khartoum. Les membres de la congrégation assistèrent impuissants à sa destruction. Environ 70 gardes armés étaient présents, menaçant quiconque osait intervenir ou protester.

Respectueux de la loi islamique, le gouvernement a annoncé l’interdiction de construire toute nouvelle église chrétienne dans le pays, tout en continuant la destruction des églises encore existantes. Selon une déclaration à la presse, de Shalil Abdullah, ministre de l’Orientation et des dotation religieuses, il existe encore suffisamment d’églises pour la population chrétienne actuellement présente au Soudan, après la sécession du Sud Soudan en 2011.

Le révérend, Kori El Ramli, secrétaire général du Conseil des églises du Soudan, critiqua cette décision, car contraire à la constitution du pays : « Oui, nous sommes une minorité, mais nous bénéficions de la liberté du culte et de religion, tout comme le reste des citoyens soudanais, car nous sommes aussi Soudanais. »

Turquie

Plusieurs musulmans attaquèrent l’église Saint Stéphane à Istanbul au cours d’une cérémonie de baptême. Hurlant des obscénités, ils s’avancèrent vers le baptistère. L’un d’entre eux, brandissant un couteau, menaça d’égorger un paroissien.

L’attaque eut lieu lors du ramadan, période « sacrée » au cours de laquelle l’intolérance envers les minorités non musulmanes explose dans les quartiers à majorité musulmane.

Deux mois auparavant, des jeunes musulmans entrèrent dans l’église la nuit, pillèrent son équipement audio et détruisirent tout ce qu’ils ne pouvaient emporter, après avoir mis le feu au bâtiment en allumant les cierges empilés.

Ouganda

Un gang de musulmans armés de machettes et hurlant « Allahu Akhbar » (Allah est le plus grand) prirent d’assaut une église. Un vingtaine de fidèles s’y étaient rassemblés pour la prière du soir. Ils poignardèrent à mort une jeune femme de 18 ans et blessèrent trois autres, y compris un bébé. Les assaillants s’enfuirent ensuite vers une mosquée proche. Cette dernière fut encerclée et un policier tué quand les attaquants firent feu. Deux suspects furent arrêtés.

Le Pasteur déplora que les membres de l’église soient constamment confrontés à de nombreux problèmes posés par un groupe de musulmans qui essaient en vain de convertir les paroissiens à l’islam.

Un membre de l’église, Pollu Tashobya, ajouta que ce groupe voulait transformer l’Ouganda en une nation islamique et menaçait de tuer quiconque refuserait de se convertir.

L’islam, on le voit, se répand par la douceur…

 

Après avoir échappé à une tentative d’empoisonnement de la part de sa famille pour s’être converti au christianisme en 2003, Hassan Muwanguzi, un ancien cheikh, fut attaqué par des musulmans qui assassinèrent sa petite fille de douze ans.

Le 16 Juin, quatre hommes firent irruption dans sa maison. L’un des intrus hurla: «aujourd’hui, nous allons te tuer, tu es un fauteur de troubles et tu ne respectes pas la religion de notre prophète. « 

Persuadé qu’ils ne feraient pas de mal à sa petite fille Grace Baruka âgée de 12 ans, il se réfugia dans sa chambre. Quand il entendit les cris de terreur de la petite sur le point d’être étranglée par les brutes musulmanes, il descendit pour lui porter secours, mais il fut frappé avec un objet contondant. Quand il se réveilla, ses voisins l’informèrent que la fillette, dans un état critique, avait été transportée à la clinique, mais qu’elle était malheureusement décédée avant son arrivée à l’hôpital.

Muwanguzi avait beaucoup souffert depuis sa conversion : il avait perdu sa femme, son emploi, une tante avait essayé de l’empoisonner en versant de l’insecticide dans son thé et maintenant, sa fille avait été tuée.

Il déclara en larmes au Morning Star News : « Je regrette d’avoir échappé à l’empoisonnement. Dieu aurait dû me permettre de mourir. Aujourd’hui je pleure ma petite fille. »

Atteintes à la liberté des chrétiens: apostasie et blasphème

Afghanistan

Le NY Times a raconté l’histoire de « Josef » un musulman converti au christianisme, obligé de fuir sa famille afghane lancée à sa poursuite pour le tuer. L’apostat de l’islam vit dans une pièce délabrée de 10m2, entouré de quelques objets personnels, dont une vieille Bible et une croix en bois sur laquelle est gravée le Sermon sur la Montagne. Le beau frère de Josef, Ibrahim, est arrivé récemment à Kaboul, du Pakistan, laissant derrière lui sa famille et ses affaires, pour faire la chasse à l’apostat et le tuer. Contacté par téléphone par un journaliste du NY Yimes, Ibrahim lui a offert 20.000 dollars s’il lui révélait où se cachait Joseph.

« Si je le retrouve, une fois que j’en aurais fini avec lui, je tuerai aussi son fils, car c’est un bâtard, il n’est pas issu d’un père musulman » a déclaré Ibrahim en se référant au fils de Josef, âgé de trois ans.

Quand Ibrahim découvrit la conversion de Josef, il agressa violemment le converti. Ibrahim et sa famille attachèrent les pieds et les mains de Josef et s’apprêtèrent à le tuer, quand le père intervint pour les arrêter et demanda du temps pour enquêter sur l’affaire. Joseph profita de cette « pause » inespérée pour fuir.

Ayant fait un long cheminent spirituel, après avoir étudié plusieurs religions, Josef déclara que même s’il devait être tué, jamais il ne reviendrait à l’islam.

Egypte

L’’esprit de vengeance islamique envers les Chrétiens Coptes accusés de «blasphème» et d’«apostasie» flottait dans l’air tout au long du mois de Juin de cette année finissante. Trois chrétiens en firent l’amère expérience.

Kerolos Shouky Atallah

 

Six ans de prison pour avoir « liké » une page Facebook

 

Ce jeune Copte fut accusé de blasphème envers l’islam pour avoir simplement cliqué le bouton « like » d’une page Facebook en langue arabe administrée par un groupe anonyme de convertis au christianisme, et il fut condamné à six ans de prison. Selon son avocat, le copte n’avait posté aucun commentaire sur le site, ni téléchargé quoi que ce soit. Il avait même retiré son nom de la page quand il réalisa qu’il pourrait offenser les musulmans. Dans les heures précédant sa condamnation, une foule d’émeutiers avait incendié plusieurs magasins appartenant aux Chrétiens dans la région près de Louxor.

Safwat Samaan, président de l’association « Nation sans frontières », un groupe de défense des droits de l’homme et du développement, dont le siège est à Louxor, avait déclaré :

«La sentence prononcée est un choc, non seulement pour Kerolos mais également pour tous les utilisateurs de Facebook en Egypte. Toute personne qui utilise Facebook en Egypte et clique sur « like » peut encourir une peine de prison de six ans. »

Dimyana Abdel Nour

Une cour d’appel égyptienne a confirmé la condamnation à six mois de prison pour blasphème contre Dimyana Abdel Nour, un enseignant chrétien copte. Cette décision a annulé une condamnation antérieure, qui n’avait requis qu’une amende.

La cour d’appel de Louxor a déclaré que le maître d’école avait insulté l’islam devant ses élèves. L’année dernière, trois élèves musulmans âgés de 10 ans s’étaient plaints à leurs parents de l’attitude de leur instituteur. Ce dernier aurait montré du dégoût pour l’islam lors d’une leçon.

Armia Boulous

L’Evêque, Armia Boulous, plus connu sous le nom de Mohammed Hegazy comme étant le premier Egyptien à avoir tenté de changer légalement son identité religieuse de musulmane à chrétienne sur sa carte d’identité, fut condamné à cinq ans de prison.

Quelques années auparavant, il fut emprisonné et torturé pour avoir exprimé la même demande. Selon le juge, l’apostat avait perturbé la paix en diffusant de fausses informations. Dans les semaines qui précédèrent ce jugement inique, des troubles éclatèrent en Egypte, provoqués par d’innombrables attaques d’extrémistes musulmans contre les Coptes.

L’article précis du code pénal prétendument violé par Armia Boulous n’a jamais été révélé. Selon son avocat, la véritable raison de son inculpation c’est sa conversion au christianisme. Le policier qui l’avait arrêté, ayant constaté qu’il n’avait commis aucun crime, fit tout pour le garder en prison, afin qu’il soit condamné.

Liban

La municipalité d’Abra, un quartier majoritairement chrétien dans la ville côtière de Sidon, a diffusé un mémo demandant aux citoyens de respecter les musulmans pratiquants au cours du ramadan et de s’abstenir de manger en public. Le maire, Walid Nicolas al-Mchatag, avait souligné l’importance de montrer de la considération au cours du mois « sacré » et d’éviter les restaurants et les cafés pendant la période de jeune.

Il existe une communauté musulmane importante dans la ville, qui a été sous le feu des projecteurs l’année dernière lors de clash violents entre des hommes armés islamiques et l’armée libanaise.

Encore une fois, les musulmans s’imposent par la crainte de leur violence et les Autorités dhimmies paniquent et s’inclinent.

Allemagne

Les musulmans ont reçu leur carré au cimetière de la ville de Seligenstadt. Ils ont été autorisés à ensevelir leurs morts selon leurs rites funéraires islamiques : les corps enveloppés dans un linceul et enterrés en direction de La Mecque. Mais, jamais satisfaits et de plus en plus exigeants, ces mêmes communautés islamiques demandent maintenant que les symboles chrétiens et les croix soient enlevés ou voilés lors des funérailles islamiques.

Je suis certaine que les autorités acquiesceront bientôt à leurs requêtes, afin d’éviter de « heurter » leur sensibilité musulmane.

Iran

 

Les lèvres d’un chrétien brûlées par une cigarette pour avoir mangé pendant ramadan

 

Dans le pays du « modéré » Rouhani, il ne fait pas bon d’être chrétien ou « mauvais » musulman.

Les autorités détiennent un pasteur et deux autres membres de l’Eglise d’Iran. Le pasteur Matthias Haghnejad, Mohammad Roghangir, et Suroush Saraie furent arrêtés le 5 juillet par les forces de sécurité au domicile du pasteur dans la ville de Bandar-Anzali.

Selon BosNewsLife, leur détention fait partie de la campagne gouvernementale pour stopper l’avancée du christianisme dans ce pays islamique.

Les convertis sont les principales cibles des forces de sécurité. Le passeport du pasteur et ses biens, incluant une Bible et plusieurs autres livres, ont été confisqués. Le pasteur Matthias a été emprisonné trois fois pour sa foi entre 2006 et 2011.

Un juge a condamné un Chrétien à avoir les lèvres brûlées par une cigarette pour avoir mangé pendant la journée lors du mois « sacré » du ramadan. La punition fut exécutée en public sur une place de la ville de Kermanshah.

Cinq Musulmans reçurent 70 coups de fouet en public pour ne pas avoir jeuné pendant le ramadan.

Un porte parole du Conseil national de la résistance iranienne, une coalition politique qui s’oppose au gouvernement des ayatollahs a qualifié ce traitement de « sauvage » et a demandé aux pays occidentaux de réagir : « le silence de la communauté internationale, notamment des pays occidentaux, à l’égard des punitions médiévales, sous prétexte de négociations sur le nucléaire avec l’Iran, a intensifié les violations brutales et systématiques des Droits de l’homme en Iran. »

A mon avis, vu les nouvelles relations amicales « désintéressées » entre la communauté internationale et l’Iran, le proverbe : « le silence est d’or » continuera à être appliqué.

Somalie

Les musulmans convertis au christianisme qui ont fuit la Somalie et résident dans des camps de réfugiés au Kenya sont en danger de mort, car la chasse aux convertis est ouverte et ne connaît pas de frontière.

Un converti, connu sous le nom d’Abubakr, et sa femme, logeant dans une hutte d’un camp de réfugiés au Kenya, se cachèrent sous leur lit quand des hommes armés suspectés d’appartenir au groupe terroriste islamiste Al Shabab frappèrent à leur porte. Ils ordonnèrent à l’infidèle de sortir et lui dirent qu’ils avaient besoin de sa tête. Quand l’apostat refusa d’obéir, ils mitraillèrent la hutte, atteignant le couple aux jambes. Ces derniers entendirent leurs assaillants déclarer : « Nous avons tué les infidèles » avant de quitter les lieux en tirant en l’air.

Le couple chrétien fut retrouvé deux jours plus tard baignant dans une mare de sang. D’après Abubakr, au lieu de protéger les apostats, les gardes musulmans du camp aident les militants d’Al Shabab à les localiser.

Grande Bretagne

Selon The Telegraph, dans certaines écoles publiques britanniques, on apprend aux enfants que les chrétiens sont des menteurs.

En outre, des tentatives d’introduire la charia dans les écoles de Birmingham ont été mises à jour lors de l’enquête sur unvrai complot islamiste appelé Cheval de Troie qui s’emploie depuis des années à évincer, selon une stratégie bien huilée, les directeurs d’écoles et les professeurs non musulmans afin de les remplacer par des individus musulmans qui dirigeront les écoles selon les stricts principes islamiques. Dans treize établissements scolaires, les directeurs et les professeurs essayaient d’introduire et d’appliquer des valeurs islamiques radicales.

L’islam s’est infiltré depuis des années dans les écoles d’occident, et aujourd’hui ce ne sont pas des centaines, mais des milliers d’écoles qui sont sous l’influence de musulmans radicaux.

Parmi les mesures anti-chrétiennes et pro-islamiques, ces écoles avaient annulé toutes les festivités de Noël, posté des affiches avertissant les enfants qu’ils iraient en enfer s’ils ne priaient pas. On y enseignait aux filles que les femmes qui refusaient tout rapport sexuel avec leur mari seraient punies par les « anges », du crépuscule à l’aube.

L’enquête révéla que l’islamisation des écoles ne fit l’objet d’aucun contrôle, et ce pendant des années, car le conseil avait malheureusement choisi de préserver la cohésion de la communauté au lieu d’agir pour le bien des enfants.

 

Bernard Cazeneuve a déclaré : « les terroristes ont abandonné les valeurs de l’islam. » C’est faux. Il devrait lire le coran, avant de débiter une telle ânerie.

C’est au nom des « valeurs » de l’islam que les persécutions des chrétiens, dans le monde islamique, deviennent endémiques. Or ces persécutions trouvent leur justification dans le coran et s’inspirent de la charia islamique.

L’Etat islamique et les différentes organisations terroristes islamistes respectent tout simplement l’enseignement coranique et appliquent avec célérité ses injonctions meurtrières envers les infidèles. De plus en plus de musulmans occidentaux soutiennent l’Etat islamique et l’approuvent, car ils voient en cette secte de pieux musulmans égorgeurs d’infidèles, des hommes très respectueux des valeurs coraniques des origines de l’islam, et la promesse de puissance qui permettra aux musulmans de concrétiser leur idéal d’un monde islamisé régi par la charia.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Sources: “ ISIS Snuffs Out Ancient Christianity: Muslim Persecution of Christians, June 2014”/ « « We Need Your Head »: Muslim Persecution of Christians, July 2014” Raymond Ibrahim (extraits)

   

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie suivant la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

 

vu sur : http://www.dreuz.info/2014/11/attaques-destructions-deglises-persecutions-carnages-dhimmitude-les-douceurs-de-lislam/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+drzz%2FPxvu+%28Dreuz%29

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions