Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 juillet 2013 2 30 /07 /juillet /2013 01:35

boston attentats rectangle

 

Le directeur du FBI, Robert Mueller, a confirmé devant la Chambre des représentants américains qu’au lieu d’enquêter sur la mosquée radicale de Boston où les frères Tsarnaev ont été radicalisés, le FBI s’était associé à ses leaders pour mener des ‘programmes de rapprochement’.

Edifiant témoignage du directeur du FBI Robert Mueller au Congrès.

 

Interdiction d’enquêter sur ce qui se dit dans les mosquées

 

Dans un échange serré avec des législateurs républicains membres du comité judiciaire du Congrès, le directeur du FBI Robert Mueller a reconnu avec réticence que les allusions au ‘jihad’ et à ‘l’islam’ ont été éliminées des manuels utilisés pour former les agents du FBI spécialisés dans l’antiterrorisme, et que les agents qui œuvrent dans ce domaine se sont vu interdire d’aller enquêter sur ce qui se dit dans les mosquées.

Le scandale des écoutes récemment divulgué par l’agent de la sécurité nationale Edward Snowden, a également montré que pour assurer la sécurité intérieure du pays, l’ensemble des américains étaient sur écoute – SAUF les mosquées.

Depuis octobre 2011, les mosquées sont hors limites des agents du FBI. Il n’y a plus aucune surveillance, ni aucun agent infiltré sans l’accord de la direction du Comité pour les opérations sensibles établit au sein du Ministère de la Justice.

Qui a créé ce Comité, comment il prend ses décisions, personne ne le sait. Le nom de son président, de ses membres, sont classés secret Défense.

Ce que l’on sait, en revanche, c’est que ce Comité a été établit en réponse aux pressions de groupes islamistes qui se sont plaint de ce que les mosquées étaient sous surveillance. Le CAIR, Conseil des relations entre l’Islam et l’Amérique s’était regroupé avec l’ACLU (Union américaine de défense des droits civiques) pour intenter un procès contre le FBI, pour violation des droits civiques des musulmans de Los Angeles, après avoir découvert qu’un agent du FBI avait infiltré une mosquée.

Et avant que les mosquées furent exclues du vaste programme de surveillance, le FBI avait lancé – avec succès – des dizaines d’opérations contre des jihadistes, évitant plusieurs tentatives d’attentat.

Ainsi donc le FBI n’a pas pu suivre le degré de radicalisation des musulmans, et encore moins celui des frères Tsarnaev qui ont commis l’attentat de Boston.

Durant les audiences du Congrès, Louie Gohmert, le représentant républicain du Texas, critiqua Mueller pour avoir affirmé que le FBI avait fait un travail ‘minutieux’ et ‘excellent’ pour protéger le public, et pour avoir déclaré qu’il ne savait pas ce qui aurait pu être fait de plus pour prévenir l’attentat de Boston.

Gohmert a également cité un extrait d’un éditorial récent d’Investor’s Business Daily1 intitulé Les responsables de l’attentat de Boston n’ont jamais été détectés car Obama refuse que les mosquées puissent être espionnées.

 

Des programmes de « rapprochement » avec les islamistes radicaux

 

Mueller a confirmé qu’au lieu d’enquêter sur la mosquée radicale de Boston où les frères Tsarnaev ont été radicalisés, le FBI s’était associé à ses leaders pour mener des ‘programmes de rapprochement’.

Quand on lui a demandé s’il savait que la mosquée avait été fondée par un homme condamné pour terrorisme et identifié par le département des Finances comme un collecteur de fonds d’al-Qaïda, Mueller répondit, l’air piteux : «Non, je ne le savais pas».

La même mosquée a également formé d’autres terroristes qui ont été condamnés. Même si le FBI a contribué à mettre plusieurs de ces terroristes derrière les barreaux, il a été incapable d’établir des liens entre les personnes condamnées et la mosquée. Si le FBI avait pu établir un tel lien, il aurait réalisé qu’il y a quelque chose de pourri au sein du leadership de cette mosquée.

Une enquête du FBI sur le rôle du leader religieux Anwar Awlaki lors des attentats du 11 septembre 2001 a révélé qu’il était un proche du principal imam de la mosquée. Malgré cela, des agents du FBI ont maintenu des liens étroits avec lui et le considéraient comme un partenaire digne de confiance.

De plus, si le FBI avait les noms des frères Tsarnaev dans ses dossiers, c’est uniquement parce que les services russes d’espionnage l’en avaient informés. Jamais cependant, le FBI ne les a rattachés à la mosquée ou n’a enquêté sur leur conduite à la mosquée.

Même avec les photos des deux frères dans ses dossiers, le FBI a dû recourir aux grandes chaînes de télévision et faire appel au public américain pour identifier les deux jihadistes.

Quand le directeur du FBI et ses agents sur le terrain en savent moins que le public au sujet des graves menaces que font peser sur nous les terroristes islamistes qui vivent en notre sein, la situation peut être qualifiée d’inadmissible et de dangereuse.

Et tandis que je rédigeais cet article dans la salle d’attente d’un vol retardé pour Oakland, les haut parleurs de l’aéroport ont diffusé au moins quatre mises en garde destinées aux passagers pour qu’ils ne quittent pas des yeux leurs bagages, insistant sur le fait que « la sécurité de chacun est la priorité des services de sécurité ». Ce que l’agent n’a pas dit, c’est que ces mesures sont destinées à contrer le danger islamiste.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

1http://news.investors.com/ibd-editorials/061213-659753-all-intrusive-obama-terror-dragnet-excludes-mosques.htm

http://pointdebasculecanada.ca/articles/10003070-le-directeur-du-fbi-reconnait-que-son-agence-a-fait-preuve-de-mollesse-face-aux-jihadistes.html

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions