Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 03:13

COUPE-DE-CHEVEUXpulvar.jpgDans une société de consommation abrutie et peoplisée, que peut bien faire de ses journées la compagne d’un ministre ? Et la directrice générale d’un grand magazine culturel ? Depuis quelques jours, Audrey Pulvar se complait à commenter les commentaires sur sa coupe de cheveux, à travers son compte Twitter. Quand les pseudo intellectuels parisiens se muent en rédacteurs de Voici.

Peut-on s’autoproclamer intellectuelle tout en passant se journées à twitter des banalités sur son look comme une adolescente à la mode ? Audrey Pulvar nous prouve que oui. A la suite de son incroyable nomination à la tête des Inrockuptibles, malgré sa double-casquette de soutien officieux du PS et de compagne d’un ministre (Arnaud Montebourg), Audrey Pulvar a donné une interview pour jurer qu’elle ne ferait pas du magazine culturel une officine du PS (elle nous avait déjà fait le coup avec Ruquier, on a vu ce que cela a donné, notamment lors des interviews ultra-orientées de Jean-François Copé ou de Marine Le Pen…).

Ceux qui ont visionné l’interview de la nouvelle directrice générale de Inrocks auront été surpris par la coupe de cheveux originale de la jeune femme. Une coupe de cheveux qui a fait un petit buzz sur le Net. Fière de faire parler d’elle, même pour un sujet aussi futile, telle une héroïne de téléréalité, Audrey Pulvar n’a pu s’empêcher de commenter les commentaires sur sa coupe via l’outil de communication préféré de Paris Hilton : Twitter. En plusieurs jours, elle a consacré pas moins de 13 tweets à ses cheveux, dont l’analyse kantienne : « @palingenesies n’essaie pas les extensions », qui restera dans les annales de l’exception culturelle française.

Cette auto-peoplisation, cette auto-promotion superficielle et égocentrique ne fait que confirmer que l’intello en mini-jupe n’a pas sa place à la direction d’un magazine de l’importance des Inrocks (quoi que l’on pense par ailleurs de la ligne éditoriale du magazine officiel des bobos). N’ayant aucune expérience dans la presse écrite ou magazine, il est clair que la belle a été parachutée là pour faire un coup médiatique (et peu être faire plaisir au pouvoir en place…). Quand on sait que le magazine appartient au milliardaire proche du Parti Socialiste, Matthieu Pigasse, on peut se poser des questions…

Au sein même des Inrocks, la rédaction est mal à l’aise face à ce parachutage insensé, comme l’a expliqué le célèbre chroniqueur Thomas Legrand, qui a démissionné en apprenant la nomination de la petite amie d’un ministre à la tête d’un organe de presse (…des bases de la démocratie) : le « journalisme politique est avant tout une lutte contre la communication politique, un contre-pouvoir institutionnel. Un journal traitant de politique ne peut pas être dirigé par quelqu’un d’aussi impliqué personnellement dans la vie politique du pays ».

Pour donner un exemple du niveau et des occupations d’Audrey Pulvar, il suffit de se pencher sur son compte Twitter. On voit ainsi qu’elle peut poster 32 tweets en seulement une heure (19 juillet, 13h) dont deux pour insister discrètement sur le fait quelle a 50 000 followers. Fière de son succès sur les réseaux sociaux comme Mickaël Vendetta et Loana ?

Audrey Pulvar symbolise à merveille le nivellement par le bas du niveau intellectuel de nos nouveaux prescripteurs, dont l’image qu’ils ont d’eux-même semble être inversement proportionnelle à la grandeur de leur talent.

Une présidence normale, un gouvernement normal, dont les compagnes des ministres et du président s’attardent sur leurs vies intimes en public, au nom d’un féminisme qui ne fait que ridiculiser la cause des femmes et conforter les misogynes dans leurs visions sur la gent féminine qu’ils jugent égocentrique, superficielle, intéressée de manière démesurée par les habits et les modes capillaires, faisant passer leurs petites carrières devant le bien de la collectivité…

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers