Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 01:17

PL'équipe Manif Pour Tous du Vaucluse a pu avoir un entretien avec M. Benjamin Marteau, directeur de cabinet de Vincent Peillon, Ministre de l’éducation nationale :

"Le jeudi 13 février M. Peillon s’est rendu au collège Anselme Mathieu à Avignon pour parler des ZPE devant des chefs d’établissements, des enseignants et autres personnes invitées.


Dans le cadre de ses actions d’opposition  à la diffusion de la théorie du genre, La Manif Pour Tous de Vaucluse a organisé un « accueil » du Ministre, avec drapeaux et sifflets, sous les slogans « Vincent réforme, et nous Peillon » ou « Non à l’ABCD de l’égalité ».

A notre arrivée, il y avait un groupe d’une cinquantaine de personnes venues manifester, il s’agissait essentiellement de femmes de confession musulmane. Ce groupe venait également signifier de façon bruyante son opposition au Ministre sur le thème du genre, ou de la ligne azur, elles étaient très remontées sur le fait que l’école prenne la place des familles dans l’éducation ,notamment affective et sexuelle, de leurs enfants.

10 mn après le passage du Ministre Peillon et de la délégation, une personne des services de la Préfecture est venue nous dire que 4 personnes seraient reçues par le Directeur de Cabinet du Ministre, M. Benjamin Marteau.

L’entretien a duré un peu moins d’une heure. Il a porté sur les 3 sujets principaux suivant :  la théorie du genre, l’ABCD de l’égalité et les manuels ou livres scolaires.

Les parents ont exprimé leurs inquiétudes,  le Ministère est resté dans la justification. Ainsi, il nous a été asséné que la théorie du genre n’existait pas, et que, par conséquent, elle ne pouvait être appliquée. Il serait intéressant que le Ministère consulte le site internet de l’éducation nationale pour constater que ces termes y figurent. Répondre « les études de genres existent et la théorie n’existe pas » n’a pas suffi à apaiser les craintes des parents.

Sur l’ABCD de l’égalité, le Ministère assure qu’il ne s’agit que de déconstruire les stéréotypes. Il a été fait la remarque que l’école n’était pas là pour déconstruire mais pour instruire, une des mamans disant « oui à l’instruction, non à l’éducation qui revient à nous parents »

Derrière ces questions sur l’ABCD, ont été posées les questions sur l’éducation sexuelle. M. Marteau a assuré que l’école et le collège devaient remplir cette fonction éducative, autant dire que les réactions ont été vives. Une des mamans a précisé qu’elle n’avait pas retiré ses enfants de l’école  à l’appel du « Jour De Retrait », préférant le dialogue avec le chef d’établissement.

Maintenant  si on imposait à ses enfants certains livres, films ou présence d’intervenants de l’Inter LGBT elle retirerait ses enfants et assumerait les conséquences. M. Marteau a répondu que les intervenants extérieurs étaient du ressort des seuls chefs d’établissements, nous savons donc à qui nous adresser.

L’ABCD a été présenté comme une expérimentation dans 10 académies et 600 écoles. M. Marteau a précisé que les experts rendraient leur rapport, mais que le Ministère avait la ferme intention de généraliser le programme à la rentrée prochaine.

Nous lui avons tendu la perche « puisqu’il s’agit d’une expérimentation et que visiblement le programme suscite des inquiétudes, alors pourquoi ne pas le remettre à plat et attendre ». Il a répondu que ce n’était pas la vision politique du gouvernement que de répondre à la rue.

Pour les livres scolaires, les désormais célèbres « tous à poil », « papa porte une robe » ou « Tango a 2 papas » ne font pas partie du programme scolaire, ce sont juste des livres proposés, ce sont les chefs d’établissements et les enseignants qui les utilisent,… ou pas.

Autant dire que nous ne sommes pas sortis entièrement rassurés de l’entretien, je vous citerai une phrase d’une maman dans la manifestation « le gouvernement à la ligne azur, moi ma ligne rouge : pas touche à mes enfants ! »"

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Education