Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 02:11

Moins de 15 jours après ce meurtre qui avait profondément ému le milieu judiciaire marseillais, les enquêteurs de la PJ et les techniciens de la police scientifique et technique exploitent des "choses très intéressantes", selon une source proches de l'enquête.

Les trois suspects interpellés, un père de 53 ans et ses deux fils âgés de 25 et 28 ans, dont l'un est un ancien client de l'avocate, étaient toujours en garde à vue.

Selon une source proche du dossier, le père serait connu "pour une affaire très grave", "peut-être" un meurtre, tandis que l'un des fils a également eu affaire avec la police pour "des faits de violences entre autres".

Selon la même source, les trois hommes n'ont pas donné jusque-là d'explications sur la présence à leur domicile d'effets personnels de l'avocate. La découverte du sac et des bijoux n'implique pas forcement que le vol soit le mobile du crime, a-t-on précisé.

Par ailleurs, l'arme blanche avec laquelle l'avocate de 66 ans a été sauvagement poignardée n'a toujours pas été retrouvée.

Me Raymonde Talbot avait été retrouvée par son associé, le 30 novembre, mortellement poignardée dans son cabinet de la rue Saint-Ferréol, tout près du Vieux-Port.

Une information judiciaire a été ouverte "du chef d'homicide volontaire en concomitance avec le crime de vol avec arme".

Ce drame avait provoqué une vive émotion au barreau de Marseille. Quelque 800 avocats en robe, auxquels s'étaient joints de nombreux magistrats et personnels de justice, avaient rendu le 6 décembre, sur les marches du Palais de justice de Marseille, un dernier hommage à leur consœur.

Le bâtonnier du Barreau de Marseille, Jérôme Gavaudan, s'est dit satisfait "de la progression de l'enquête", tout en rappelant la présomption d'innocence dont jouissent les trois suspects.

Lors de la cérémonie d'hommage sur les marches du palais, M. Gavaudan avait souligné que "le meurtre d'une avocate à son cabinet, sur son lieu de travail ne (pouvait) laisser indifférent". Cet homicide était survenu après une semaine particulièrement sanglante dans la cité phocéenne, marquée par deux autres meurtres.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, qui a fait de la sécurité à Marseille l'une de ses priorités, créant notamment une préfecture de police destinée à améliorer la coopération entre services, avait condamné avec "fermeté l'assassinat" de l'avocate et "souhaité que toute la lumière soit faite, au plus vite, sur ce crime et que le ou les auteurs soient interpellés et déférés devant la justice".

 

La verité c'est celle ci

 

Marseille: une avocate retrouvée morte la gorge tranchée. Azziez, Hadou et Samir arrêtés. (MàJ) voila les prénoms des vrais coupables 

On en sait un peu plus sur le profil des suspects :

Il y a d’abord Azziez, 53 ans, le père de famille. Un quinquagénaire au lourd passé, qui focalisait toute l’attention de la « crime » dès le départ. En décortiquant la clientèle de l’avocate, les enquêteurs s’étaient intéressés de très près à son profil. Au début des années 2000, il avait été impliqué dans une affaire d’homicide. Une bagarre, au couteau, sur la commune de Vitrolles, contre un rival, pour une dispute peut être liée à son épouse d’alors.


C’est lors de son parcours judiciaire qu’il aurait croisé la route de Maître Talbot, devenue son conseil. Revenu au foyer familial, voilà environ quatre ans, Azziez se serait ensuite heurté à l’hostilité de son épouse, qui aurait réclamé le divorce.

Il aurait donc fait à nouveau appel à l’avocate pour s’occuper de son dossier. Qui ne portait la trace d’aucune animosité entre les différentes parties.

Et l’homme, considéré comme un bon père par ses proches et le voisinage, n’a pas vraiment suscité les soupçons des enquêteurs, qui ne l’ont pas considéré comme leur suspect numéro un.

En revanche, ils se sont vite penchés sur la personnalité de ses deux enfants. Deux garçons de 25 et 27 ans décrits comme très instables, voire souffrant de troubles psychologiques.

Deux frères au profil psychologique perturbé

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers