Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 01:02

 

Bon pour la casse. Où est passé le civisme ? Par Pierre Le Vigan

Made to break (fait pour casser) dit le canadien Giles Slade dans son livre sur l’obsolescence dont s’est inspiré Serge Latouche. On le sait : des défaillances techniques sont introduites volontairement dans nombre de produits manufacturés. Objectif : qu’ils ne durent pas « trop » longtemps. C’est cela, l’obsolescence programmée. Un moyen de faire acheter un nouveau produit le plus vite possible. « Le point de départ de l’obsolescence programmée c’est l’addiction de notre système productif à la croissance. » L’obsolescence programmée est un moyen d’éviter une crise des débouchés. En cas d’insuffisance du pouvoir d’achat, les crédits y pourvoient.

 

Notre système repose sur l’addiction à la croissance

Bon pour la casse. Où est passé le civisme ? Par Pierre Le Vigan

Jeter pour acheter du nouveau.

Günther Anders avait bien résumé le principe du consumérisme : «Apprends à avoir besoin de ce qui t’est offert. (…) Le refus d’acheter est considéré comme un véritable sabotage des ventes. » Les sybarites ont ainsi remplacé les spartiates. L’acte d’achat est ce qui reste du civisme.

Les primes à la casse participent de ce système : il s’agit de jeter pour acheter du nouveau, quand bien même l’ancien produit donnerait encore toute satisfaction. L’obsolescence artificielle s’appuie sur le culte de la nouveauté. Le comble de l’obsolescence programmée, c’est le concept du jetable. On a développé ainsi, aux Etats-Unis, le concept de « maison jetable ».

Pour une société durable

Bon pour la casse. Où est passé le civisme ? Par Pierre Le Vigan

Bon pour la casse

Les limites de ces projets ont toutefois été atteintes. La plasticité de l’homme n’est pas encore illimitée. Il y a une prise de conscience de la nécessité d’une économie circulaire, qui, comme la nature, recycle systématiquement ses productions. C’est le concept de développement durable.

Mais il atteint lui-même ses limites si on ne remet pas en cause l’impératif de croissance. « La construction d’une société de décroissance, nécessaire si nous voulons que l’humanité ait un avenir, implique un changement radical de nos manières de produire, de consommer et surtout de penser. En particulier, nous devons substituer à l’obsolescence systématique la durabilité, la réparabilité et le recyclage programmé des produits afin de réduire notre empreinte écologique et de revenir à un niveau soutenable de prélèvement des ressources naturelles. (…)».

Il y a dans l’économie des choses à développer et d’autres à restreindre. C’est l’économie qui doit être durable. Dans certains domaines, ce qu’il faut développer c’est… la décroissance. Avant même l’économie durable, l’impératif premier doit être celui d’une société durable.

- Serge Latouche, Bon pour la casse. Les déraisons de l’obsolescence programmée, Les Liens qui Libèrent, 144 p., 13 €.

Pierre Le Vigan

Crédit images : DR.

Source : Metamag.

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie