Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 02:54

Agression-racailles-France.jpgPar Jean Cochet le 12/07/2012

Le jour de sa rencontre à Paris avec le ministre de l’Intérieur Manuel Valls, mardi 10 juillet, la Suédoise Cecilia Malmström, commissaire européenne aux Affaires intérieures, proclamait dans Le Monde : « L’immigration sera nécessaire pour l’Europe. » Une façon claironnante d’annoncer la couleur. Ou plutôt la teneur du message que la commissaire européenne venait transmettre à son homologue français. Bruxelles ne connaît ni la crise ni le chômage, ni les tensions communautaires. Rien d’autre que son idéologie euro-mondialiste exigeant la disparition des identités nationales pour les remplacer par le maelström vorace de la globalisation. Un maelström d’individus indifférenciés, rassemblés non plus dans des nations mais dans des espaces économiques, pour lequel Mme Malmström vient plaider auprès du gouvernement socialiste, normalement tout acquis à cette cause internationaliste de la libre installation des individus. Des individus qui préfèrent généralement, surtout les moins qualifiés d’entre eux, venir s’installer en Europe, avec armes et bagages, plutôt qu’en Chine ou dans d’autres pays émergents où se trouvent pourtant aujourd’hui les gisements d’emplois. Mais où les systèmes sociaux sont moins généreux.

Manuel Valls avait, lors de son premier Conseil européen à Luxembourg, en juin dernier, approuvé la demande faite par Nicolas Sarkozy d’un éventuel rétablissement des contrôles aux frontières de l’espace Schengen, en cas de circonstances « exceptionnelles ». Ce qui lui valu d’être aussitôt accusé par le député européen Daniel Cohn-Bendit de « chausser les pantoufles de Claude Guéant ». Par rapport aux souliers à clous de jadis cela constitue déjà un progrès… Cecilia Malmström est donc venue mardi à Paris expliquer au ministre français, au nom de l’Union européenne, qu’il se trompait : l’espace Schengen doit être ouvert à tous…Vive le sans-frontiérisme où l’on rentre comme dans un moulin à brasser les peuples !

Et pour commencer, Mme Malmström, grande prêtresse du maelström tourbillonnaire des races et des cultures, exprime ses reproche pour l’attitude trop « défensive » adoptée par certains pays européens – suivez son regard désapprobateur – lors des révolutions qui se sont déroulées l’année dernière dans les pays arabes. « Qu’avons-nous dit à ces gens qui se réclamaient de nos valeurs ? Que nous étions en crise et que nous avions peur de vagues bibliques d’immigrés. »

Croissance… de l’immigration !

La bonne Mme Malmström, prêcheuse du grand maëlstrom humain (que d’autres nomment melting-pot), nous ressort la vieille antienne que nous chantaient déjà les socialistes mitterrandiens dans les années 1980 : « L’immigration n’est pas une menace pour l’Europe, mais une chance » et même, argument supplémentaire adapté à l’air du temps, « un facteur de croissance ». Si cette dernière est en panne chez nous, c’est sans doute parce que la France n’importe pas assez d’immigrés. Que la belle Suédoise aille donc expliquer cela aux prolétaires européens, et aux Français en particulier, contraints de côtoyer dans leurs quartiers des bandes de voyous ethniques ou d’extrémistes islamiques et quotidiennement en butte à toutes sortes d’« incivilités ». Je nique les gaulois étant l’une des plus douces. Ou de se voir concurrencés dans leur recherche d’un emploi ou d’un logement par des vagues sans cesses renouvelées de migrants venus d’ailleurs… Qu’elle aille expliquer son point de vue de technocrate bruxelloise surpayée aux policiers qui se font tirer dessus par des « sauvageons » de plus en plus ensauvagés (et surarmés) que plus rien n’arrête dans leur haine et leur mépris de la France, de sa civilisation et de ses lois. Et de ses habitants…

Cette position immigrationniste de la missionnaire bruxelloise va à contre-courant de l’opinion des peuples dans les pays européens ? La commissaire européenne en a bien conscience. Mais, comme disait Edith Cresson lorsqu’elle était Premier ministre (1991-1992), elle n’en a rien à cirer. « Le rôle de la Commission de Bruxelles est d’envisager les problèmes sur le long terme et de s’élever au-dessus des contingences nationales. » D’ailleurs Madame Maelström, non, excusez-moi, Malmström, réclame« une supervision des situations nationales par la Commission… ». Autrement dit, le droit pour les technocrates de Bruxelles de répartir selon leur bon vouloir dans les différents pays européens des contingents d’immigrés par centaines de milliers. Enfin, tous ceux que les fonctionnaires de l’UE jugeront nécessaires à notre bonheur. Ce n’est plus l’immigration choisie, mais bien l’immigration imposée… Par Bruxelles ! Il reviendra sans doute à ces mêmes eurocrates de fixer le montant des prestations auxquelles ces migrants auront droit ? Et aux contribuables nationaux de les régler…

Nations englouties

Les eurocrates veulent profiter des effets catastrophiques de l’euro sur les emplois et le pouvoir d’achat de nombreux Européens pour « fédéraliser » ce qui reste aux Etats nations de pouvoir en matière d’économie et de finances. Avec la Cour de Justice de l’Union européenne (renforcée par la Cour européennes des Droits de l’Homme), les mêmes eurocrates effacent les codes pénales nationaux pour leur substituer leurs lois abstraites, systématiquement favorables aux délinquants. Souvenons-nous, en septembre 2010, de l’intervention intempestive de la commissaire luxembourgeoise Viviane Reding (surnommée par certains de ses collègues la Raide dingue) comparant la France, à propos d’un discours de Nicolas Sarkozy un peu musclé sur les réseaux de malfaiteurs Roms œuvrant à Paris, à l’Occupation hitlérienne. Le président français avait d’ailleurs plié devant l’outrageante commissaire européenne, soutenue pour l’occasion par le Premier ministre luxembourgeois et grand ponte de l’UE, Jean-Claude Juncker. Aujourd’hui une autre commissaire de la même aberrante boutique veut ouvrir toutes grandes les vannes de l’immigration et déverser à son gré un maelström de nouveaux arrivants sur les pays de la vieille Europe. En y faisant entrer de concert la Turquie et ses 60 millions d’habitants. Afin sans doute de submerger les Etats nations de l’Union européenne, ceux-ci ressemblant de plus en plus à des villages engloutis au fond d’un grand lac artificiel : celui du globalisme financier. Un maelstrom, prôné par Mme Malmström, où toutes les identités nationales se perdraient.

Pour échapper à ce sort funeste, une seule solution : sortir de cette union mortifère. C’est aussi le seul moyen de rebâtir une Europe viable et durable : l’Europe des nations, où les génies des uns et des autres s’ajouteraient et se complèteraient au lieu de se dissoudre dans l’acide de l’idéologie mondialiste.

 

 

 

source : http://www.voxfnredekker.com/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration