Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 01:53

L’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) s’inquiète du haut taux de criminalité chez les demandeurs d’asile de la minorité rom venus de Roumanie, qui «place le public canadien à risque», selon un rapport obtenu par La Presse et dont l’existence même suscite la controverse.

En mars dernier, des policiers ont fait irruption dans le quartier rom de Craiova, en Roumanie, pour arrêter les chefs allégués du réseau criminel qui aurait organisé l’immigration clandestine vers le Canada. Les suspects arrêtés sont accusés d’avoir collecté les fruits de crimes perpétrés au Canada par des demandeurs d’asile.

Se disant victimes de persécution chez eux, les migrants s’envolaient vers le Mexique ou le Guatemala avec l’aide d’un réseau qui les aidait à remonter clandestinement jusqu’au Canada. Un groupe de criminels, dont d’anciens Montréalais, coordonnait le tout à partir du ghetto rom de Craiova, en Roumanie.

«Les migrants irréguliers roumains d’origine rom cheminent de plus en plus vers le Canada, en contournant le processus légal d’immigration, pour accéder aux généreux programmes d’accueil des réfugiés, de services sociaux et de soins de santé», affirme le rapport de l’ASFC.

«Ce mouvement illicite non seulement sape le régime d’immigration du Canada, mais il place le public canadien à risque étant donné les activités criminelles auxquelles se livrent la majorité des migrants à leur arrivée au Canada», poursuit le document.

Selon les chiffres de l’Agence, en 2011, un demandeur d’asile rom adulte sur trois a été accusé d’un crime. Le pourcentage passe à 67% pour le dernier échantillon analysé, soit ceux entrés au Québec en avril 2012. Les personnes arrêtées s’étaient tournées vers le crime «soit par choix, ou pour rembourser des dettes reliées à leur passage clandestin au Canada», expliquent les auteurs.

«Depuis 1998, il y a eu une évolution et une diversification des activités criminelles entreprises par les groupes roms d’origine roumaine au Canada. Alors qu’ils se spécialisaient initialement dans la fraude de cartes de crédit et les vols par distraction, ils se lancent maintenant dans d’autres formes d’activités illicites, comme le trafic de drogue et le passage clandestin d’humains entre le Canada et les États-Unis», affirme l’ASFC.

La Presse

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration