Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 mai 2014 2 06 /05 /mai /2014 23:54

Peps_UKRAINE_150-c504e-ef0c3

 

Superbe papier du Guardian, que nous vous avons traduit .

 Et si des mainstreams comme The Guardian s’y mettent aussi, c’est qu'en tant qu’humains ils sentent le grand danger qui nous menace tous, et ils le disent dans ce papier d’ailleurs : mais alors sur qui va s’appuyer la propagande occidentale si même leurs médias mainstreams les désavouent ?
 Un papier d’une haute symbolique donc, car parmi les élites (ou plutôt l’intelligentsia) Anglo-saxonnes , il existe encore quelques personnes, lucides …  
 
La tentative de lever Kiev dans le camp occidental en évinçant un dirigeant élu rend le conflit certain . 
Ce pourrait être une menace pour nous tous 
La menace de guerre a augmenté en Ukraine.
 Alors que le gouvernement non élu à Kiev se déclare incapable de contrôler la rébellion dans l’est du pays, John Kerry dépeint la Russie comme un État voyou .
 Les États-Unis et l’Union européenne intensifient les sanctions contre le Kremlin, l’accusant de déstabiliser l’Ukraine.
 La Maison Blanche est prête pour une nouvelle politique de la guerre froide avec l’objectif de transformer la Russie en un «Etat paria». 

Ce serait peut-être plus explicable si ce qui se passe dans l’est de l’Ukraine maintenant n’était pas le reflet de ce qui s’est passé à Kiev il y a quelques mois.
 Et puis, il y eu les manifestants armés place Maidan saisissant les bâtiments gouvernementaux et exigeant un changement de gouvernement et de constitution.
 Les dirigeants américains et européens ont défendus les “militants masqués” et dénoncés le gouvernement élu pour sa répression, alors qu’ils protègent maintenant le gouvernement non élu qui utilise la force contre les rebelles qui occupent les postes de police et les mairies dans des villes comme Slavyansk et Donetsk. 

«L’Amérique est avec vous”, avait alors déclaré le sénateur John McCain aux manifestants (de Maidan) , coude à coude avec le leader du parti d’extrême-droite Svoboda avec lequel l’ambassadeur américain a marchandé, sur ​​qui composera le nouveau gouvernement ukrainien. 

Lorsque le président ukrainien a été remplacé par une administration sélectionnée par les US
, dans une prise de contrôle entièrement inconstitutionnelle , des hommes politiques comme William Hague, ont effrontément trompé le Parlement à propos de la légalité de ce qui s’était vraiment passé : l’imposition d’un gouvernement pro-occidental au voisin le plus névralgique et politiquement divisé de la Russie ;

Poutine à réagit, en répondant coup pour coup aux États-Unis, et aux protestations des partisans étasuniens dans la rue même si, comme à Kiev, les manifestations, qui se sont propagées de la Crimée à l’Ukraine orientale, ont évidemment reçu un soutien massif.
 Mais ce qui avait été un cri pour la liberté à Kiev est devenu de l’infiltration et de l’agression insatiable à Sébastopol et a Luhansk.

Après, la Crimée a voté massivement pour rejoindre la Russie, la majeure partie des médias occidentaux ont abandonné toute velléité de couverture de l’évenement, même en solitaire.
 Donc, Poutine est désormais systématiquement comparé à Hitler, tandis que la réalité du fascisme, dans les rues et à l’intérieur même du nouveau régime ukrainien a été dépeint par la plupart des médias, comme de la propagande Poutiniste. 

Donc, vous n’avez pas beaucoup entendu parler du gouvernement ukrainien, qui vénére les collaborateurs de guerre nazis et les pogroms, des incendies criminels sur les maisons et les bureaux des dirigeants communistes élus, ou encore de l’intégration de l’extrême droite (parti “right sector”) dans la garde nationale, tandis que l’antisémitisme et le suprématisme blanc de ce gouvernement ultra-nationaliste, est assidûment minimisé, et que de fausses identifications des forces spéciales russes sont relayées comme un fait. 

La réalité est que, après deux décennies d’expansion de l’OTAN vers l’est, cette crise a été déclenchée par la tentative de l’ouest d’attirer décisivement l’Ukraine dans sa structure et son orbite, dans sa défense, par l’intermédiaire d’un accord explicite d’association “anti-Moscou”, mis en place par l’UE .
 Son rejet a entraîné des protestations a Maidan et à l’installation d’une administration anti-russe – rejeté par la moitié du pays – qui se sont dépêchés de signer les accords de l’UE et du Fonds monétaire international, indépendamment. 

Aucun gouvernement russe n’aurait acquiescé à une telle menace d’un territoire qui était au cœur de la Russie et de l’Union soviétique.
 L’absorption par Poutine de la Crimée et le soutien à la rébellion dans l’est de l’Ukraine est clairement défensive, et la ligne rouge maintenant établie : l’est de l’Ukraine, au moins, ne sera pas engloutie par l’OTAN ou l’UE . 

Mais les dangers se multiplient également .
 L’Ukraine a montré qu’elle était à peine en état de fonctionnement : l’ancien gouvernement a été incapable de nettoyer Maidan, et le régime soutenu par l’Occident est “impuissant” contre les manifestations dans l’est industriel , nostalgique de l’union soviétique . 
Hormis les discours sur les paramilitaires (ndlr : les militants pro russes , dans l’est, assimilés par le gouvernement de kiev aux russes eux mêmes), les ”hommes en verts” (qui se révèlent être majoritairement ukrainiens), la rébellion a également des revendications sociales et démocratiques fortes : qui s’opposerait à un référendum sur l’autonomie et les gouverneurs élus ? 

Pendant ce temps, les États-Unis et ses alliés européens imposent des sanctions et dictent leurs conditions à la Russie et a leurs protégés, à Kiev, en encourageant la répression militaire contre les manifestants, après la visite de Joe Biden et du directeur de la CIA, John Brennan.

 Mais de quel droit les États-Unis participent à tout ça, en intégrant sous son parapluie stratégique, un état qui n’a jamais été membre de l’OTAN, et dont le dernier gouvernement élu est arrivé au pouvoir sur une plate-forme de neutralité explicite ?

 Il n’y en a pas (de “droit”), bien sûr – ce qui explique pourquoi la crise en Ukraine est considérée sous un jour différent dans la plupart du monde.
 Il peut y avoir quelques voix discordantes au niveau mondial sur le conservatisme et le nationalisme oligarchique de Poutine, mais le contrepoids de la Russie à l’expansion impériale des États-Unis est accueilli favorablement, de la Chine au Brésil.

En fait, une issue de la crise est susceptible d’être une alliance plus étroite entre la Chine et la Russie, les Etats-Unis poursuivant son combat anti chinois “pivot” de l’Asie. 
Et malgré la violence de plus en plus grande, le coût en vies de la participation de la Russie en Ukraine a jusqu’à présent été minime par rapport à toutes les interventions significatives de l’Ouest pendant des décennies. 

Le risque de guerre civile est néanmoins de plus en plus élevé, et avec elle les chances de voir des puissances extérieures intervenir dans le conflit. 

Barack Obama a déjà envoyé des forces symboliques en l’Europe de l’Est , qui est sous pression, à la fois des Républicains et des faucons de l’OTAN tels que la Pologne, pour envoyer beaucoup plus de moyens. 
Les troupes américaines et britanniques vont prendre part à des exercices militaires de l’OTAN en Ukraine cet été. 

Les États-Unis et l’UE ont déjà surestimé leur main en Ukraine.
 Ni la Russie ni les puissances occidentales ne peuvent vouloir intervenir directement, et les tours de passe passe du Premier ministre ukrainien menaçant d’une troisième guerre mondiale n’est sans doute pas autorisé par ses sponsors de Washington. 

Mais un siècle après 1914, le risque de conséquences involontaires devrait être assez évident – et la menace d’un retour des grandes puissances dans les conflits, se développe

Maintenir la Pression pour une fin négociée à la crise est essentiel . 

The Guardian via resistance authentique

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International