Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 00:04

chereque_smic.jpgLors de la rencontre entre les syndicats et le premier ministre, mardi, le leader de la CFDT prônera des hausses progressives des salaires via des aides aux entreprises qui offrent «un déroulement de carrière».

Contrairement à la CGT et à Force ouvrière, le syndicat CFDT n'entend pas demander une hausse du smic mardi, lors de la rencontre entre le premier ministre et les organisations syndicales, préparatoire à la conférence sociale de juillet. François Chérèque a en effet pris cette position ce vendredi matin sur RMC, expliquant que «l'économie est à l'arrêt» et qu'une telle revalorisation pèserait surtout «sur les petites entreprises». Il s'était déjà insurgé mercredi contre les velléités «inatteignables» de la CGT - qui souhaite une un smic à 1700 euros - et de FO - qui prône un relèvement progressif des 1100 euros nets actuels à 1340 euros net.

«Au lieu d'aider les entreprises indistinctement sur les bas salaires», François Chérèque propose qu'on encourage par des aides les entreprises qui font un «déroulement de carrière». «Par exemple, si la métallurgie décide d'augmenter progressivement toute la grille de salaires, et bien on aide particulièrement cette branche», a-t-il expliqué.

Hier, le ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social, Michel Sapin, s'est dit favorable à une augmentation du smic, tout en excluant l'hypothèse d'une forte hausse .

«L'urgence, c'est de reparler du traitement social du chômage» Le numéro un de la CFDT entend en outre mettre à l'agenda de la rencontre de mardi «le problème des dépenses» des salariés. Il entend en effet plaider pour le blocage des loyers dans certaines zones comme l'Ile-de-France ou la mise en place d'une participation des employeurs aux transports automobiles, un «chèque transport».

Surtout, François Chérèque veut attiser le débat sur «le traitement social du chômage». Défenseur des emplois aidés pour les jeunes, qui ne doivent pas être des «voies de garage», il entend attirer (...)Lire la suite sur Figaro.fr

 

Les smicard vont apprécié la position de la CFDT

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie