Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 03:06

cgt 

Notre grande centrale syndicale, que le monde nous envie, a une réputation historique de constance dans sa ligne de défense des travailleurs mais elle semble l’avoir oubliée le temps d’une présidentielle.

 

 

 

En effet pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, la CGT a su, pour toutes les grandes réformes menées par un président résolument engagé dans le changement, faire preuve de pragmatisme. Réformes des retraites, du service minimum, des heures supplémentaires, de la représentativité syndicale, etc : à chaque fois la CGT a su user de la rue mais une rue intelligente qui n’a jamais poussé le bras de fer au-delà du point de rupture.

Cette intelligence de la CGT a d’ailleurs longuement contribué au fait que Nicolas Sarkozy puisse dire qu’il n’avait pas cédé au chantage de la rue car la rue savait, in fine, passer de la contestation à l’accord tacite.

Les Français ont déjà oublié les échanges plus que cordiaux entre Bernard Thibault et Nicolas Sarkozy qui « se parlaient directement sur le portable ». Les Français ont pu remarquer le symbole éclatant de ce compromis historique dont Gramsci aurait été fier : les bontés de la République pour Jean-Christophe Le Duigou, plus proche conseiller de Bernard Thibault : fait chevalier de la légion d’honneur par Nicolas Sarkozy il a été, aussi et surtout, nommé conservateur des hypothèques à Paris (environ 15 000 euros nets par mois en activité et 6 000 euros nets par mois en retraite !). Tout compromis mérite salaire !

Et là apparaît l’inconstance surprenante : l’appel à voter pour François Hollande du secrétaire général. Faut-il y voir l’ingratitude humainement si répandue, l’opportunisme du vent qui change ou le rideau de fumée qui cache les prébendes de Jean-Christophe Le Duigou ? Cette curieuse présidentielle recèle en son cœur de mystères, un mystère propre à la CGT. Peut-être que le comportement de la centrale syndicale à l’égard du nouveau pouvoir nous donnera la lumière ?

 

source : 24heuresactu

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique