Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

3 février 2015 2 03 /02 /février /2015 03:54

depute-permanence-achat-indemnite-argent-public

 

Les français ne comprennent plus rien à la situation économique de leur pays. Et Dieu sait que je les comprends.

 

D’un côté nos quotidiens nationaux, nos journaux télévisés et nos politiciens nous rabâchent à longueur de temps que la France est endettée à hauteur de 2000 milliards d’€, que nos caisses de retraites seront en faillite d’ici deux ans, que nos caisses d’allocation chômage accusent des déficits de 5 ou 6 milliards d’€ par an, que notre sécurité sociale est en dépôt de bilan. On nous dit et redit que les français doivent se serrer la ceinture jusqu’à l’étouffement. Et de l’autre côté nous avons tout cet argent public coulant à flot dans des caisses d’associations toujours pleines.

 

En France, Il y aurait donc de l’argent pour tous ceux qui en profitent et rien pour ceux qui créent les richesses drôle de vision que celle-ci. Sûrement unique dans le monde.

 

Nous apprenons ainsi par « Viviane Tchernonog, chargée de recherche au CNRS et auteur d’un ouvrage de référence sur le monde associatif »

« le boom du monde associatif provient essentiellement de l’externalisation croissante de missions autrefois prises en charge par l’Etat et aujourd’hui déléguées à des tiers. Au fil du temps s’est installée une fonction publique bis qui ne dit pas son nom, mais dont l’emprise s’élargit. Elle couvre la quasi-totalité de l’aide aux handicapés et de leur insertion, de nombreuses maisons de retraite, s’occupe de l’aide à domicile des personnes âgées dépendantes, des crèches, des centres de vacances, des activités périscolaires, de l’hébergement des clandestins, de sport, de culture… »

 


Chaque année, ce secteur parapublic engloutit des centaines de millions d’euros de subventions publiques. Bien qu’aucune centralisation des données ne soit disponible, on estime que l’Etat, les collectivités locales et autres structures publiques ont versé 42 milliards d’euros en 2011, ce qui représente près de 50% du budget du monde associatif »


D’après une enquête réalisée par Le Monde en 2013, environ 200 associations sur le 1,3 million recensé en France empochent 60% des aides distribuées par l’Etat. Sans subventions publiques, la plupart des associations mettraient la clé sous le paillasson. Les structures vouées à la « Défense des droits et causes » canalisent, par exemple, 5,6% des aides distribuées par l’Etat.

Sans adhérents ou presque, elles ne doivent leur survie qu’à l’argent des contribuables. SOS Racisme a, par exemple, encaissé 331 992 euros de subventions d’Etat en 2013, sans compter les fonds alloués au niveau des échelons locaux. Sans ces aides 100% idéologiques, SOS Racisme ou encore Ni putes Ni soumises auraient disparu depuis belle lurette. »


Si 22 % des associations gèrent un budget annuel inférieur à 1000 euros, 2 % d’entre elles disposent de plus 500 000 euros. Parmi les organismes roulant carrosse, on peut notamment citer l’Association de gestion de la caisse presse de salaire garanti (CAPSAG), la caisse des professionnels de la presse partant en préretraite à qui l’Etat a fourni 21,4 millions d’euros de subventions en 2013.

Pour leur part, l’Association Philharmonie de Paris et l’Association nationale de la recherche et de la technologie (ANRT) ont été dotées de 52,1 millions d’euros de subventions pour la première et de 50,5 millions pour la seconde (2013) » tiré de Contribuables et associés http://www.lesenquetesducontribuable.fr/2015/01/28/les-associations-un-fardeau-pour-les-contribuables/48761


Cette politique doit cesser au plus vite, les français n’ayant pas à payer pour des structures dont l’unique but est de vivre aux crochets du contribuable. Les associations si elles veulent vivre, se doivent de récupérer l’argent auprès de ses adhérents si elles en a ou de dons privés. Si elle n’y arrive pas c’est qu’elle n’a aucune utilité pour la collectivité c’est aussi simple que cela.

 


En savoir plus sur http://lagauchematuer.fr/2015/02/01/chaque-annee-les-francais-paient-42-milliards-dean-pour-des-associations-qui-servent-a-rien-3/#58udSgMDWPQGEtz2.99

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société