Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 01:04

 

Charité bien ordonnée commence par soi-même

Par La Voix de la Russie | L’Ukraine ne veut plus se retirer de la CEI. Comme l’a déclaré le député de la Rada (parlement ukrainien) Serguei Grinevetski, le fait de se retirer de la CEI nuirait à l’économie ukrainienne.

Les études réalisées par le ministère ukrainien de l’économie ont révélé que la rupture des liens avec la Russie et les autres membres de la communauté reviendrait à l’Ukraine à au moins 100 milliards de dollars.

Si j’ai bonne mémoire, c’est en mars que Kiev non seulement promettait de se retirer de la CEI mais avait en plus l’intention d’introduire le régime des visas avec la Russie. « Adieu CEI ! » était le slogan qu’on entendait à tout bout de champ à Kiev au cœur de la rhétorique antirusse.

Le bon sens l’a finalement emporté en s’appuyant sur des arguments de poids et notamment sur des statistiques. Porochenko a fait une belle démarche politique. En effet, personne n’a l’intention de rompre définitivement avec la Russie. Pourtant, soucieux de ménager la sensibilité des Ukrainiens à qui on bourre depuis 6 mois la crâne d’affabulations sur un « Moscou hostile », les politiques ont jugé plus prudent d’ajouter un « mais ».

Ils déclarent que l’Ukraine ne se retirera pas de la CEI qui compte en plus de Russie beaucoup d’autres pays avec lesquels elle entend entretenir les relations de bon voisinage. Les autorités de Kiev sont évidemment en train de jouer au plus malin parce que la CEI est avant tout nécessaire à l’Ukraine comme une zone de libre-échange qui n’a rien à voir avec un cercle d’amis. Quel pays joue le premier violon dans la CEI ?

La réponse coule de source, c’est pourquoi les menaces de s’en retirer n’étaient qu’une pantalonnade électorale destinée à gagner des points politiques tout en restant sur la crête de la vague russophobe. Le bon sens suggère cependant aux politiques que la rupture entre l’Ukraine et la Russie et entre la Russie et l’Ukraine, est une mission impossible.
Les visées impériales russes, expression à la mode à Kiev, n’ont rien à voir là-dedans. L’explication réside dans le passé commun. Les économies de nos deux pays sont tellement interdépendantes que la rupture serait une catastrophe du point de vue financier, surtout pour l’Ukraine. Pourquoi n’introduit-on pas le régime des visas pour les Russes?
Forcément pas par amour pour les Russes qu’on évite d’évoquer par peur de se retrouver dans une poubelle. Les politiques ont apparemment eu peur d’un troisième maïdan parce que Moscou pourrait introduire les visas à son tour.

Dans ce cas les Ukrainiens qui travaillent en Russie ne pourraient pas circuler aussi librement qu’avant. Et comme Kiev ne peut leur proposer aucune alternative dans le contexte d’une brusque montée de chômage, 3 millions d’Ukrainien ayan perdu le travail en Russie, et par conséquent les moyens de subsistance, seraient plus redoutables que les radicaux de la rue de la Banque.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_10_12/Charite-bien-ordonnee-commence-par-soi-meme-1537/

http://french.ruvr.ru/2014_10_12/Charite-bien-ordonnee-commence-par-soi-meme-1537/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International