Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 02:16

Le transfert du pouvoir de Bethléem, d’Israël à l’Autorité palestinienne en Noël 1995 a conduit à la fuite de plus de 2500 chrétiens dont 1200 se sont réfugiés en Israel.(1)
On note qu’une ville comme Bethléem où il n’y a pas si longtemps était peuplée de 80 pour cent de Chrétiens, n’en abrite plus qu’un tiers. Pour la première fois en près de deux millénaires, la ville la plus clairement chrétienne de la terre a perdu sa majorité chrétienne. Les mêmes changements ont eu lieu dans deux autres villes chrétiennes célèbres, Nazareth et Jérusalem.


A Nazareth, les chrétiens sont passés de 60 pour cent de la population en 1946 à 40 pour cent en 1983. Les Chrétiens de Jérusalem en 1922 étaient légèrement plus nombreux que les musulmans (15.000 contre 13.000); aujourd’hui, leur nombre est de moins de 2 pour cent de la population de la ville. 

Selon un article paru dans le Daily Mail de Londres, « O, ville musulmane de Bethléem …, » la ville où Jésus est né a vu la proportion de sa population chrétienne diminuer  » de plus de 85 pour cent en 1948 à 12 pour cent de ses 60.000 habitants en 2006. Il y a des rapports de la persécution religieuse, sous la forme de meurtres, de coups ou de mariages mixtes christiano-musulmans. « 

Israel prend soin de  la vie chrétienne en terre sainte:

 

 Le monastère grec orthodoxe de St. George, sculpté dans la pierre du désert de Judée, a récemment été rendu accessible à des milliers de fidèles et de visiteurs qui souhaitent faire leur pèlerinage annuel grâce au financement de l’Etat juif.

 

 

L’avenir: les jeunes chrétiens sont de brillants élèves israéliens:

 

 D’après un article de la Croix datant de janvier 2012, on apprend que les chrétiens sont de brillants élèves ce qui renforce l’idée selon laquelle, leur vie est agréable.
Le site du Patriarcat latin de Jérusalem relève aussi que, au fil des ans, les Arabes chrétiens ont obtenu les plus forts taux de réussite aux examens, en comparaison avec les musulmans et les druzes et avec tous les étudiants dans le système éducatif juif. Dans l’année scolaire 2010, 63 % des étudiants chrétiens de 12e année ont obtenu le BAC, contre 46 % des musulmans, 55 % des druzes et 58 % des étudiants juifs.

Parmi les chrétiens arabes étudiant en vue d’un baccalauréat, la matière principale était le droit (11,4 %) suivi du baccalauréat en sciences sociales (9,3 %), les soins infirmiers (4,8 %), l’économie (4,5 %), le business management (3,7 %), l’informatique (3,7 %), les études générales en sciences humaines (3,5 %), l’ingénierie électrique (2,7 %) et la langue et la littérature anglaises (2,5 %).


Israel veut garder ses chrétiens :

 

 

Les chiffres:

 

La loi fondamentale de l’Autorité palestinienne:

Dès 2002, l’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas déclare que l’Islam est la religion officielle et que la Charia est la source principale de la législation.
Cependant la victoire du Hamas en 2005 et la prise de contrôle de la zone en 2007 a suscité chez les chrétiens des inquiétudes sans précédent face à leur avenir ».(2)
Désormais, les vexations se multiplient, les commerçants doivent payer un « impôt religieux ». Le propriétaire de l’unique librairie chrétienne de Gaza a été assassiné en octobre 2007 et les chrétiens, volontairement ou expropriés, quittent le territoire souvent en direction d’Israël ou simplement en transit vers l’occident.

Les 3500 chrétiens restant encore parmi les 1 400 000 habitants du territoire de Gaza, ils connaissent l’avertissement du chef de groupe du Hamas au conseil municipal de Bethléem : « nous accueillons tout le monde en Palestine, mais à condition de se soumettre à nos lois (islamiques) ».
Le nombre de chrétien à Gaza est semblable à celui du monde arabe : il est en chute libre. A Gaza, il est passé de 3.500 à 1.500 en quelques années. Et entre les conversions et les départs vers Israël (ou l’Europe) où ces chrétiens sont libres d’être eux-même, on estime que la communauté chrétienne de Gaza aura totalement disparu dans quelques années.


Les chrétiens émigrent de « Palestine » et d’Egypte:

L’émigration
 des chrétiens représente la fin d’un long processus d’exclusion et de persécution. En Cisjordanie, un boycott musulman quasi permanent d’entreprises chrétiennes est le problème. En Égypte, les musulmans fondamentalistes constamment visent les Chrétiens. La guerre civile libanaise de 1975-90, lorsqu’elle est réduite à l’essentiel, a représenté un effort couronné de succès par les musulmans pour réduire la puissance chrétienne dans le pays. Mais de loin la pire situation est au Soudan, où la guerre civile qui fait rage la plupart du temps depuis 1956 a conduit à d’énormes atrocités.

 

 

Discrets et dhimmis:

Il est très difficile pour un chrétien d’Orient de prendre fait et cause dans le conflit israelo-palestinien, surtout quand il vit entouré de musulmans. Toute son existence et celle de sa communauté peut vaciller sur une déclaration. Ainsi, il faut attendre que les chrétiens d’Orient quittent le monde musulman pour que les langues se délient.

 

[1] André Aciman, « Dans la ville musulmane de Bethléem, » The New York Times Magazine, 24 décembre 1995, et Sue Fishkoff, «Une prière à Bethléem », The Jerusalem Post International Edition, 30 décembre 1997.
[2] Annie Laurent. Les chrétiens d’Orient vont-ils disparaître ?

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions