Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 00:46

Les socialistes n’ont jamais eu l’esprit tourné vers la ruralité, supposée rétrograde. Alors même qu’ils ont toujours trouvé dans certains départements ruraux (Ariège, Lot, Landes, Limousin) leurs terreaux électoraux les plus favorables.

À tout le moins, la gauche n’a-t-elle pas contesté une des plus grandes réussites des années 1960-70 : la politique d’aménagement du territoire et de développement rural assortie d’une politique agricole interventionniste appuyée sur l’Europe. La DATAR (Délégation interministérielle à l'Aménagement du Territoire et à l'Attractivité Régionale), créée en 1962, avait connu ses grandes heures à ce moment-là. La majorité de son personnel y était même de gauche.

Cette politique répondait à une double nécessité :

  • Redresser les déséquilibres historiques du territoire français : entre la région parisienne et le reste du territoire, entre les régions de tradition industrielle (au nord-est de la ligne Le Havre-Marseille) et celles qui en étaient dépourvues (au sud-ouest de cette même ligne) ;

    • Accompagner le recul inévitable des effectifs agricoles, tout en maintenant un tissu d’exploitations compétitives.


Les résultats furent largement positifs : les métropoles régionales se sont développées de manière remarquable depuis quarante ans, des régions comme l’Ouest grâce à l’agro-alimentaire ou le Sud-ouest grâce à l’aéronautique se sont dotées d’un tissu industriel.

Malgré ces efforts, un tiers du territoire environ (zones rurales dites profondes) : plateaux de l’Est (Meuse, Haute-Marne), Massif central, la "diagonale aride" des géographes, s’est trouvé vidé de sa population. Seule la politique rurale dynamique des années 1970, marquée par la création du commissariat au Massif central et, parmi d’autres dispositifs, l’instauration de l’aide spéciale rurale à la création d’emplois, put, un temps, mais un temps seulement, enrayer ce déclin.

Or, il faut bien le dire, les acquis de cette politique d’aménagement du territoire se sont trouvés remis en cause dès l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. L’aide spéciale rurale fut immédiatement supprimée. On considéra que la décentralisation tiendrait désormais lieu de politique d’aménagement du territoire. Au lieu d’une grande politique nationale de rééquilibrage, on décida que chaque région gérerait à sa manière ses déséquilibres, ce qui, face à un enjeu national comme la désertification rurale, faisait perdre à cette politique une grande partie de son impact. Encore a-t-elle pu continuer quelque temps à vivre sur ses acquis.

Une autre raison, moins illégitime, explique la remise en cause de la politique d’aménagement du territoire : l’ampleur des restructurations industrielles, en particulier de la sidérurgie et du textile. Avant d’installer des industries là où il n’y en avait pas, on considéra qu’il était plus urgent de la défendre les territoires où il y en avait, ce qu’on ne fit d’ailleurs que très partiellement.

Au tournant des années 1970, une nouvelle antienne vit le jour dans les milieux de gauche : le soutien au monde rural, cela sentait le pétainisme ! Tiens, on ne s’en était pas avisé pendant 45 ans ! Tout cela parce qu’un écrivain issu de la gauche, porte-plume du maréchal, Emmanuel Berl, lui avait fait dire que : « La terre, elle, ne ment pas ! »

 

Il fut également acquis aussi que "à l’heure de l’Europe", seuls importaient désormais les grandes unités : grandes métropoles d’échelle européenne reliées par de grands axes autoroutiers et des TGV, aux dépens des petites unités : moyennes et petites villes, villages dont le maillage fin constitue pourtant depuis toujours un des atouts de la civilisation française.

Cet état d’esprit aboutit à l’effacement de beaucoup de départements ruraux, comme le Lot, de la carte d’éligibilité à la prime d’aménagement du territoire, lors de la réforme de 1998.

Une des conséquences de l’abandon de la politique d’aménagement du territoire fut la crise du logement dans les métropoles, et en particulier dans la région parisienne. On ne favorise pas sans précaution la concentration, d’autant que le laxisme en matière d’immigration, laquelle commence généralement par l’installation dans une grande ville, accroissait encore les besoins de logement.

A la même époque, les logements inoccupés se sont multipliés dans les petites villes.

La loi SRU (Solidarité et renouvellement urbain) du 13 décembre 2000, chef d’œuvre de complication technocratique, limitait aussi la construction de manière draconienne dans les villages. D’ailleurs, son intitulé lui-même constitue une négation de la spécificité du monde rural.

 

Source : ATLANTICO

 


La gauche a casé environ 2.5 millions de ses militants , amis et protégés dans l'administration qui pour justifier leur postes inutiles passent leur temps à s'inventer du travail qui tue les petits emplois et le pouvoir d'achat du privé

 

 

mots clefs : ruralitée, Miterrand, logements

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique