Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 02:32

 

affiche-boutin_theorie du genre

 

 

L’ancienne ministre UMP Christine Boutin, opposante aux réformes sociétales qui visent à nier les droits fondamentaux des enfants, a promis ce jeudi 11 juillet 2013 des listes aux européennes de 2014 dans toute la France pour défendre « la famille » et « la vie », aux côtés d’une figure du Printemps français, Béatrice Bourges, et de l’ancien cadre du Front National (FN) Jean-Claude Martinez. La presse bien pensante, nouvel obs. en tête ce n’est pas nouveau, s’est empressée de diaboliser cette alliance, qui serait « contre-nature ».


Pourtant, ce phénomène de redistribution des cartes politiques ne s’observe pas seulement à droite. Le député-maire de Sainte-Marie (Martinique), Bruno Nestor Azerot, se réclamant d’une gauche démocrate et républicaine, s’en est violemment pris au projet socialiste de réforme du mariage et de la filiation, et on le sait au nom des valeurs d’un humanisme chrétien dans lesquelles une fraction de la gauche, bien que muselée par les diktats des partis, se reconnait encore aujourd’hui, singulièrement dans les régions et départements d’Outre-Mer.

Dans le même temps, les prises de position de personnalités politiques de droite, comme l’abstention d’une Nathalie Kk-Morizet sur la loi Taubira, les grossiers faillotages maçonniques d’un Bruno Lemaire, ou les compromissions hérétiques d’un Luc Chatel avec les idéologues du gender, continuent de semer le trouble dans un électorat aux convictions chrétiennes et qui ne se reconnait plus dans les grands partis, ni à gauche ni à droite.

Finalement, les quelques députés et sénateurs explicitement chrétiens, se retrouvent aujourd’hui à l’UDI, sous la coupe de l’anticlérical Jean-Louis Borloo, une contradiction engendrée par l’histoire du vieux parti des démocrates chrétiens des 3ème et 4ème républiques, travesti plusieurs fois en parti démocrate populaire, parti républicain, démocratie libérale, union pour la démocratie française etc…, pour être finalement guillotiné par François Bayrou, président fantoche d’un parti même pas à la mode et devenu fantôme.

Le Parti Chrétien Démocrate (PCD) renaît de ses cendres en juin 2009 par l’intercession de Christine Boutin. Or, ce 9 juillet 2013 Christine Boutin démissionne de la présidence du PCD et déclare : « Nous aurons des listes dans toutes les circonscriptions européennes. Notre initiative peut accueillir des gens de toutes sensibilités ». L’ex-présidente du Parti Chrétien Démocrate n’a pas précisé qui serait tête de liste.

Au « Carré parisien », un café du XVe arrondissement, Christine Boutin a évoqué la nécessité de « mettre l’homme au coeur de toute organisation sociétale » et de ne pas en faire une « variable d’ajustement », dénonçant notamment les recherches sur les embryons humains relancées par le très oriental gouvernement socialiste, qui ne cesse de multiplier les initiatives et les discours Orwelliens du type : « la liberté c’est la dictature », par exemple à propos du congé parental paternel obligatoire, au détriment de celui de la mère, qui a pourtant le plus besoin de se reposer après une grossesse. Autres énormités, celles de Dominique Bertinotti qui affirme sur son site internet : « l’enfant a des droits », tout en lui interdisant de béficier de la parenté sociale de ses parents biologiques, pourtant le premier des droits fondamentaux de l’enfant. J’entends notre brave Obélix national s’exclamer : « Ils sont fous ces socialistes ! ». Et pour une fois, il a raison. N’est-ce pas Gérard Obéleu Depardix ?

Christine Boutin prend donc ancrage dans un fait devenu historique : « la France libre s’est levée » lors des manifestations contre « le Taubirator », projet de dénaturation de la filiation et du mariage dont l’enfant est la première victime, projet finalement adopté au Parlement dans les conditions délétères dont tous les Français se souviendront en 2014. A ses côtés, figurent Béatrice Bourges qui participe depuis mars 2013 au « Printemps français » associé un temps à « La Manif pour tous », Patrick Louis actuellement secrétaire général du Mouvement pour la France (MPF) créé par Philippe de Villiers, ou encore Jean-Claude Martinez un ancien cadre démissionnaire du Front National.

Comme on pouvait s’y attendre, les démagogues de l’UMP et du PS, réunis en « UMPS », tentent de piéger Christine Boutin sur ce nouveau compagnonnage : celle-ci a fait valoir que le vice-président de l’UMP Guillaume Peltier était lui aussi passé par le Front National. L’ex-présidente du PCD a donc pris la température du temps : les chrétiens trahis, autant par la gauche que par la droite, sont à la recherche d’une représentation politique : certains se réfugient au FN en désespoir de cause puis le quittent, d’autres au MFP en attendant plus d’ambition, alors que d’autres se risquent à espérer un socialisme rose pâle. Malheureusement, le socialisme nouveau s’est révèlé rose-rouge-anticlérical-limite-moisissure avec l’équipe des ex-Jocistes de François Hollande, tous endoctrinés à la sauce des « gender studies », la pire des idéologies totalitaire post-communiste : « le Taubirator » aura ruiné leur dernier espoir d’une France plus juste dans la sociale-démocratie hollandine.

Béatrice Bourges résume la situation avec l’esprit de synthèse qu’on lui connaît, pour faire court : « au diable la diabolisation ! »

Nous assistons en réalité à la première traduction politique de la révolution sociale rose et bleue du 26 mai 2013 : La France libre se lève et dit OUI à la culture qui accueille la vie et NON à la culture de mort drainée par le parti socialiste. « Le Taubirator » est un tel repoussoir qu’il a fait naître une nouvelle génération politique qu’un journaliste espiègle bien connu, Alain Duhamel, a très justement baptisé : « génération JMJ ».

Longue vie au projet politique pour la vie qui prend naissance à l’occasion des échéances électorales de 2014. Vive la France libre, celle que François Hollande et ses barbouzes ne parviendront pas à détruire en détruisant les mots sacrés de notre langue deux fois millénaire ! Nous ne lâcherons rien !

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique