Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 01:41

B9PG4YfCYAA-ftb

BREIZATAO – ETREBROADEL (30/01/2015) Voici notre mise-à-jour permanente sur le conflit en Ukraine qui semble prendre des proportions de plus en plus inquiétantes.

Samedi 07/02/3015 :

Front diplomatique :

- Après l’intense activité diplomatique de ces deux derniers jours, le résultat de l’initiative franco-allemande à Kiev et Moscou est tout sauf clair. Angela Merkel a semblé ne pas nourrir de grands espoirs sur la conclusion rapide d’une paix entre la Russie et le gouvernement ukrainien (source).

- L’événement diplomatique le plus important est la Conférence de Munich sur la Sécurité où se retrouvent les principales grandes puissances et organismes internationaux. Le sujet le plus abordé a été la situation à l’Est où les Américains ont témoigné d’une volonté affichée de détruire l’initiative franco-allemande. Quand Angela Merkel a rappelé à la tribune “qu’il n’y avait pas de solution militaire” au conflit en Ukraine, le Vice-Président américain Joe Biden, le sénateur John Mc Cain, le Secrétaire d’Etat John Kerry et le président de l’Estonie ont été les seuls à ne pas applaudir (source).

- Jo Biden affiche clairement les nouvelles orientations de Washington bien que la décision d’armer l’Ukraine n’ait pas été officialisée par le président américain. Le Vice-Président US a qualifié les seules sanctions économiques “d’inappropriées” et “d’ennuyeuses” (source).

- A Munich, le ministre des Affaires Etrangères russe, Sergueï Lavrov, a exposé le point global de la Russie sur la situation actuelle. Son discours ne laisse aucun doute sur la divergence fondamentale entre l’interprétation russe de la situation et celle de l’Allemagne :

- François Hollande a quant à lui fait valoir dans un langage particulièrement net l’alternative à la conclusion rapide d’un traité de paix russo-ukrainien : “Le scénario c’est la guerre” (source).

Notre analyse :

- Depuis l’annonce conjointe des sénateurs républicains et démocrates à Washington pour un armement “défensif” rapide de l’armée ukrainienne, l’approche officielle du gouvernement a sensiblement évolué. L’Ukraine ayant démantelé son arsenal nucléaire dans les années 90 sous la supervision des USA et de la Russie, Kiev voit sa sécurité garantie par les signataires. Washington estime que l’acceptation d’une amputation de facto de l’Ukraine ruinerait la crédibilité des USA vis-à-vis de ses alliés. Sont particulièrement inquiets les Pays Baltes et la Pologne qui, bien que membres de l’OTAN, redoutent que la parole américaine soit sans valeur.

C’est cette interprétation de la situation qui prévaut désormais aux Etats-Unis. Ils veulent donc garantir l’intégrité territoriale ukrainienne et démontrer qu’ils sont, selon les mots du sénateur John Mc Cain, “l’Arsenal des Démocraties”. Les USA veulent permettre à l’Ukraine de reprendre l’avantage sur le terrain afin de rendre “visible” l’engagement russe dans le pays via une augmentation des pertes russes. Poutine a placé comme ligne rouge la défense de la population du Donbass et un tel armement aurait pour conséquence une amplification du conflit. “Une guerre” pour reprendre les mots de François Hollande. Le fait que l’armée ukrainienne menace de s’effondrer, que son économie soit pour ainsi dire détruite et que l’état soit en train de se dissoudre constitue pour Washington une évolution très dangereuse.  

Les Américains, comme nous l’estimons, recherchent sciemment une escalade en Ukraine pour forcer la Russie à s’engager davantage dans ce pays. Le but est d’antagoniser l’Ukraine et la Russie durablement, de coaliser l’Europe contre Moscou afin d’accroître la pression économique via de nouvelles sanctions et enfin, en parallèle, de susciter en Russie même une révolution colorée sous l’égide de la CIA et d’agents étrangers. Le but stratégique américain consiste bien à renverser Vladimir Poutine et à mettre au pouvoir à Moscou un gouvernement pro-occidental. Ce que savent pertinemment les Russes.  

Malgré les tentatives franco-allemandes, la tension et les enjeux dépassent de beaucoup la capacité d’action de Paris et de Berlin qui par ailleurs n’admettent pas l’approche militaire du Kremlin. La démonétisation de la parole de ces deux pays depuis l’abandon par eux de l’accord du 21 février 2014 qu’ils avaient signé en faveur d’une solution politique négociée à Kiev, a ôté ses dernières illusions à Vladimir Poutine. Bien que contraint, il est désormais possible que le président russe décide de forcer les USA à reculer en envahissant l’Est de l’Ukraine. 

 

vusur : http://breizatao.com/2015/02/07/conflit-en-ukraine-un-risque-de-guerre-nucleaire-pour-gorbatchev-maj-permanente/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International