Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 02:37

Afghan university students shout anti-US slogans and hold a banner reading 'No Democracy; We want just Islam!' during a demonstration in Kabul on October 25,

Cette information date d’il y a tout juste un an, mais personne n’en avait parlé avant ce blog (1).

Pourtant, il s’agit d’un fait grave.

Ann Marie Waters

Le 17 Janvier 2012, Ann Marie Waters (en photo) membre du Conseil de l’université Queen Mary de Londres, devait faire un exposé sur la charia, à l’université de Londres.

Des islamistes ont alors débarqué dans la salle. L’un d’eux a commencé à filmer les personnes présentes et a proféré des menaces de mort. Il a expliqué que s’il entendait le moindre propos négatif sur le « prophète », il retrouverait leurs auteurs, les tuerait, eux, ainsi que leur famille.

Ann Marie Waters :

« La conférence portait sur les droits de l’homme et de la charia. Si j’avais été en mesure d’aller de l’avant avec mon exposé, je vous aurais dit qu’elle bafoue les droits des femmes, qu’elle leur dénie le droit au divorce, à la garde des enfants, ou la sécurité personnelle. La charia fait de la violence domestique un « droit » des maris.

Ann Marie Waters : « J’aurais aussi expliqué que la charia constitue une menace pour les enfants : à partir d’un âge prédéfini, elle confie l’éducation des enfants aux hommes, quel que soit le comportement de leur père.

 

Ann Marie Waters : « J’aurais montré comment la charia permet aux hommes de violer leurs femmes et comment l’ensemble de ces abus sont acceptés par les tribunaux de la charia, dans notre pays, en raison de la lâche capitulation de notre gouvernement.

Ann Marie Waters : « J’aurais décrit le code pénal de la charia – qui est appliqué en Arabie Saoudite, en Iran, au Pakistan et dans d’autres pays – où les femmes sont emprisonnées pour avoir été violées, les homosexuels sont pendus sur les places publiques, et les petits filles sont « mariées » pour vivre comme des esclaves sexuels et domestiques.

Ann Marie Waters : « J’aurais aussi mentionné comment la charia ampute les mains des voleurs, et comment des personnes sont enterrées jusqu’à la poitrine, tandis qu’un groupe d’hommes courageux leurs jettent des pierres sur la tête, jusqu’à ce qu’ils en meurent.

Ann Marie Waters : « J’aurais aussi dit que la charia impose la peine de mort contre quiconque ose critiquer l’islam – et comme pour me donner raison, un homme est venu avec sa caméra. Il a filmé le public, et leur a dit qu’il pourchasserait ceux qui insulteraient le « prophète ». Puis il est parti, menaçant encore quelques personnes sur son chemin.

Ann Marie Waters : « Notre débat a été annulé (mes notes seront mises à la disposition du public par la Société organisatrice « Athéisme, laïcité et humanisme » de Queen Mary, l’Université de Londres, dans les prochains jours) et la police a été appelée.

Ann Marie Waters : « Sans doute, ce petit lâche peu penser qu’il a gagné. Cependant, soyez assuré que les plans sont déjà en cours pour un autre débat – mais cette fois avec un public beaucoup plus large.

Ann Marie Waters : « Je le remercie de toute cette publicité, notre message atteindra un plus grand nombre de personnes, et notre campagne grandira et gagnera en ampleur.

Ann Marie Waters : « Lorsque les gens entendent la vérité à propos de la charia, nous n’avons aucun doute qu’ils nous apportent leur soutien.

Ann Marie Waters : « Donc, qui que vous soyez, je vous remercie de votre aide à promotion notre campagne.

Ann Marie Waters : « Est ce notre travail, de prendre la défense de la liberté de parole, et attend-on que nous luttions pour la protéger, quand l’état et les autres pouvoirs refusent de nous soutenir ?

Ann Marie Waters : « Vous souvenez-vous quelle est la dernière fois que le gouvernement ou un parti politique a apporté un soutien ferme de la liberté d’expression ? Non, certainement pas. Pourtant les occasions ne manquent pas.

Ann Marie Waters : « La liberté d’expression doit être défendue d’en haut. Nous avons besoin que soient poursuivis et punis ceux qui tentent de museler les gens par la terreur. Pas d’excuses. Cela va continuer de plus en plus, les gens vont avoir peur, et nous pourrons tous dire adieu pour de bon à la liberté.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

(1) http://www.operationteafortwo.com/2013/01/21/londres-debat-sur-la-sharia-%E2%80%93-des-islamistes-terrorisent-les-etudiants/
http://www.onelawforall.org.uk/talk-cancelled-due-to-islamist-threats-fight-against-sharia-continues/
http://www.secularism.org.uk/blog/2012/01/freedom-of-expression-under-threat-by-violent-extremists

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions