Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 11:33

Atlantico : D’après une récente étude du Boston Consulting Group, la France pourrait se retrouver en pénurie de main-d’œuvre, tous secteurs confondus, d’ici 2030. Vos analyses confirment-elles cette évolution ?

Gérard-François Dumont : La projection moyenne que nous pouvons faire aujourd’hui ne confirme absolument pas une telle évolution ; bien au contraire, elle laisse entrevoir une situation de la France assez atypique en Europe : elle est l’un des rares pays européens dont la population active devrait stagner voire légèrement augmenter, alors qu’elle diminuerait dans la plupart des autres pays européens à l’horizon 2030.(1) (les notes se trouvent en dernière page ndlr).

Cette non diminution de la population active en France est essentiellement liée au fait que l’Hexagone a eu une fécondité qui a été supérieure d’environ 30 % à la moyenne de l’Europe ces trois dernières décennies, notamment sous l’effet de la politique familiale (2). La France est le pays de l’Union européenne comptant le plus grand nombre de naissances, devant le Royaume-Uni (3). Le pays compte même chaque année environ 150 000 naissances de plus que l’Allemagne, pourtant nettement plus peuplée, et 250 000 de plus que l’Italie, qui est un pays pourtant guère moins peuplé que la France.

Donc, au point de vue purement comptable, la France ne devrait pas connaîtrede pénurie de main-d’œuvre puisque sa population active potentielle devrait demeurer du même ordre de grandeur qu’aujourd’hui à l’horizon 2030, soit environ 41 millions de 15-64 ans (tranche d’âge courante d’évaluation de la population active), alors que la population active potentielle de l’Allemagne, selon la projection moyenne, baisserait de près de 8 millions, de 54,6 millions en 2010 à 46,7 en 2030. Le véritable problème de la France est la faiblesse de son taux d’emploi, c’est-à-dire de la part de sa population active qui exerce un emploi. (…)

D’aucuns pourraient rétorquer que repousser l’âge de départ à la retraite revient à repousser le problème de la baisse de la population active à plus tard…

Gérard-François Dumont : Augmenter l’âge de départ à la retraite ne repousse pas à plus tard le problème d’une éventuelle baisse de population active : compte tenu des logiques de longue durée de la démographie, les personnes entrant en âge d’activité de 2030 sont déjà toutes nées. Donc, sauf si ces dernières émigrent massivement à l’étranger ou sauf catastrophes (épidémies, guerres…), on connaît leurs effectifs et on peut en déduire qu’à l’horizon 2030, la population active de la France ne devrait pas connaître de diminution.

« Autrement dit, la France ne devant pas, selon la projection moyenne, enregistrer de diminution de sa population active, l’Hexagone n’a pas, sur le plan comptable, besoin de ce qu’on appelle des migrations de remplacement, contrairement à ce que l’on constate chez nos voisins allemands, autrichiens ou suisses. »

Si, à la différence de l’Allemagne, la France n’a pas à s’inquiéter de sa capacité à pourvoir les emplois d’ici 2030, cela signifie-t-il que le pays n’est pas du tout dépendant de l’immigration ?

Gérard-François Dumont : D’un point de vue strictement économique, la France a toutefois deux raisons d’être ouverte à l’immigration.

Premièrement, il faut bien constater une faible appétence de nos nationaux pour un certain nombre de métiers. Beaucoup d’entreprises ne trouvant pas de main-d’œuvre en France – alors que cette dernière existe, au vu du taux de chômage – elles souhaitent que les portes de l’immigration restent ouvertes, car elles ont besoin d’employés, qu’il s’agisse de la restauration, d’un certain nombre d’activité saisonnières dans l’agriculture, ou encore du bâtiment. (…)

Deuxièmement, la France se trouve, qu’elle le veuille ou non, dans une concurrence internationale pour attirer le meilleur capital humain pour améliorer sa compétitivité. La France, comme tout autre pays, a intérêt à être plus attractive en vue d’attirer des ingénieurs, des chercheurs et autres personnes hautement qualifiées venant de pays étrangers. (…)

L’insuffisante attractivité de la France pour des personnes entreprenantes est bien mise en évidence au travers l’exemple de l’émigration à partir d’un certain nombre de pays du Sud : il y a trente ans, les Marocains les mieux formés ou les Sénégalais les plus entreprenants qui souhaitaient émigrer choisissaient majoritairement la France. Aujourd’hui, le Canada ou les Etats-Unis mènent des campagnes de recrutement auprès de ces Marocains pour les attirer. Et les Sénégalais les plus entreprenants ont tendance à choisir l’Amérique du Nord au détriment de la France (4). Ce sont autant de travailleurs étrangers qualifiés qui ne participent pas au développement de l’économie française. (…)

En l’état actuel, l’immigration pèse-t-elle sur l’emploi en France ? A l’inverse, dans quelles conditions le solde migratoire profite-t-il à l’économie, et donc à l’emploi ?

Gérard-François Dumont : On ne peut pas raisonner globalement. Certains immigrés, compte tenu de leur professionnalisme, quel que soit leur niveau de formation, ou de leur motivation à travailler, contribuent à l’économie française. D’autres ont plutôt tendance à peser sur le système français de protection sociale et accentuent, par exemple, les besoins en logement social. 

« Pour illustrer cette dualité, considérons l’exemple des Britanniques venus s’installer en France dans des départements ruraux. Certains y déploient des activités créatrices de richesses et concourent à l’économie française.D’autres sont plutôt des bénéficiaires du système de protection sociale, par exemple à travers le RSA. »

Dans quelle mesure la moindre augmentation de la populationde la France, et l’inflexion de la courbe dans l’ensemble de l’Europe, pourraient-elles peser sur l’économie française d’ici 2030, voire 2050 ?

Gérard-François Dumont : (…) Cette augmentation projetée de la population de la France s’explique aussi par la poursuite probable de l’immigration. D’une part, sauf remise en cause – peu probable – du droit au regroupement familial, cette voie d’immigration – aujourd’hui la plus importante – devrait continuer. D’autre part, la France reste une très importante terre d’asile. Vu les conflits géopolitiques dans le monde, on a du mal à imaginer que l’immigration, ne serait-ce qu’en termes de droit d’asile, ne continue pas à être significative. (…)

L’analyse détaillée de l’étude du Boston Consulting Group, par Michèle Tribalat : (…)

Le BCG a estimé la taille de la population active effectivement en emplois qu’il faudrait à ces 25 pays en 2030 si chacun d’entre eux voulait conserver la croissance du PIB connue au cours des dix (2003-2012) ou vingt (1993-2012) dernières années, avec une augmentation de la productivité à un rythme identique à celui de ces dix ou vingt dernières années.

Il a confronté cette estimation à l’offre d’emploi tirée des projections démographiques des Nations Unies, sous l’hypothèse d’un maintien des taux d’activité actuels. Les hypothèses démographiques des Nations unies reposent sur les données fournies par les pays. Pour la France, la migration projetée est sans doute plutôt faible car fondée sur les estimations effectuées par l’Insee du solde migratoire qui tourne, ces dernières années, autour de 40 000 par an et ne dit rien, rappelons-le, de l’immigration étrangère. En effet, ce solde fait la moyenne entre un solde négatif pour les natifs (beaucoup plus de sorties que d’entrées) et un solde positif pour les immigrés (beaucoup plus d’entrées que de sorties).

« Nous perdons des jeunes actifs et gagnons des immigrés à l’employabilité probablement plus faible. « (…)

En France, l’immigration n’a été et ne sera d’aucun secours si rien n’est fait pour améliorer les taux d’emploi de l’ensemble de la population. Il ne suffit pas, en effet, de maintenir une croissance démographique suffisante de la population en âge de travailler pour escompter maintenir ou améliorer les performances françaises.

Les taux d’emploi des personnes apportées par l’immigration étrangère sont trop bas pour contribuer à alléger la charge des personnes sans emploi. Il en va de même lorsqu’on examine les projections d’Eurostat 2010-2060 ou les projections françaises 2007-2060. (…)

Source

et : http://www.fdesouche.com/504307-la-france-na-pas-besoin-dimmigration-et-autres-enseignements-sur-lemploi-que-revele-letude-de-notre-demographie-a-horizon-2030

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration