Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 02:50

 

 

PARIS (NOVOpress) – Mais ils se sont ensuite ressaisis, qu’on se rassure…

Mi-mai, à l’Assemblée Nationale, alors que la commission du développement durable examinait un projet de loi retranscrivant des directives européennes (habituellement l’essentiel du travail d’un député français en séance…) en matière environnementale, Marion Maréchal-Le Pen dépose un amendement spécifiant que, « dans une zone industrielle à risque classée Seveso, l’exploitant communique aux associations de riverains ou de défense de l’environnement le plan d’opération interne prévu pour prévenir les éventuels accidents ». Un amendement purement technique.

 

Un avis favorable est tout d’abord délivré par le rapporteur du projet de loi, le député PS Philippe Plisson. A la demande de plusieurs députés socialistes, révulsés à l’idée qu’un amendement déposé par l’élue FN soit adopté, la commission est appelée à délibérer une nouvelle fois, quelques minutes plus tard. Verdict : un changement d’avis du rapporteur, un nouveau vote et l’amendement est rejeté !

« Ce qui était vertu à dix-sept heures est devenu vice à dix-huit heures » ironise le député UMP Julien Aubert…

Le plus révélateur est que le même Plisson, qui a validé l’amendement une heure plus tôt, développe une heure plus tard un contre-argumentaire circonstancié pour expliquer… pourquoi l’amendement est indéfendable… :

« L’idée défendue par l’amendement, qui est de permettre la diffusion des plans d’opération interne (POI) aux associations de riverains et aux associations de protection de l’environnement, ne me semble pas complètement pertinente. Le POI est en effet un document technique complexe, qui décrit dans le degré de détail le plus fin l’ensemble des procédures et moyens mobilisés dans différentes configurations accidentelles. Le risque est donc grand, en le mettant à la disposition d’un public qui ne dispose pas nécessairement des compétences techniques adéquates, de susciter des interrogations ou des inquiétudes peu ou mal fondées. Je ne suis pas non plus enthousiaste à l’idée de faciliter l’action d’individus ou de groupes criminels qui pourraient ainsi identifier les vulnérabilités d’une installation industrielle et démultiplier l’impact de l’agression qu’ils envisagent de commettre. Pour toutes ces raisons, l’avis est défavorable. »

La ministre de l’écologie Delphine Batho clôt le sujet de manière lapidaire : « Défavorable. Je rappelle de surcroît que toute association ou riverain peut aujourd’hui demander aux services de l’État la communication des POI. »

Ce qui balaie d’un revers de main et ridiculise le contre-argumentaire de Plisson qui se basait sur le risque induit par le fait de diffuser ces POI… Mais peu importe : l’amendement Le Pen est rejeté. On a eu chaud !

Image en Une : Le Tartuffe de Molière dit “Couvrez ce sein que je ne saurais voir.”. Crédit photo de Marion Maréchal-Le Pen sans le texte : RemiJDN, via Flickr, (cc).

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique