Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 01:11

charia_quebec.gifL'heure est grave. Le religieusement correct a investi l'espace public. De nouveaux clercs surgissent sur la scène médiatique et rabâchent leur moraline sirupeuse. L'élite, égarée dans un conformisme délétère, ne voit plus l'intérêt général. Les médias plombent le débat des idées. Le champ de la critique se resserre. L'oxygène de la liberté se raréfie.

D'aucuns, au nom de l'idéologie multiculturaliste, refusent qu'on critique l'islam. Aveuglés parles sanglots de l'homme blanc, ils piétinent les idéaux des Lumières, devenant ainsi des alliés objectifs de l'islamisme.

>> N'a-t-on pas le droit de dire de l'islam qu'il n'est pas seulement une religion, mais un projet politique qui régit la vie des gens dans les moindres détails?

>> N'a-t-on pas le droit de dire qu'il est un programme globalisant qui vise à bâtir la Oumma, le Califat mondial?

>> Peut-on sans risque remettre la parole du prophète Mahomet en question?

>> Peut-on dénoncer la misogynie ou le racisme de quelques versets coraniques?

>> Qui oserait rejouer la pièce de Voltaire sur le prophète de l'islam?

>> Qui oserait faire des caricatures de Mahomet?

>> Bref, est-il permis de critiquer sereinement l'islam?

Après Salman Rushdie, Taslima Nasreen, Theo Van Gogh et tant d'autres, Djemila Benhabib, journaliste et essayiste, est aujourd'hui la cible des fous d'Allah. Elle est victime d'unepoursuite-bâillon parce qu'elle a osé dénoncer le caractère intégriste de l'enseignement prodigué dans une école musulmane à Montréal.

Les réelles intentions de ses détracteurs ne sont pas seulement de la faire condamner, mais surtout de la museler, de la pousser à l'autocensure, de l'épuiser financièrement et de l'atteindre psychologiquement.

A-t-on le droit de se taire face à ces procédures abusives? A-t-on le droit d'abdiquer face à cette grave atteinte à la liberté d'expression ?

Non !
Je refuse de me taire. 
Je refuse la capitulation.

Je me souviens d'un jeune barbu qui m'a violemment interpellé au sortir du métro au lendemain de la diffusion aux Grands Reportages de RDI du documentaire Mon Algérie et la vôtre. Il m'a reproché d'avoir qualifié l'islamisme de «fascisme vert» et d'avoir cité cette phrase extraite d'un manuel scolaire trouvé dans une bibliothèque algérienne: «L'islam est un arbre qui ne vit que lorsqu'il est irrigué de sang.»

Il m'a dit d'un regard terrifiant:
Pourquoi, M. Akouche, dévoiles-tu nos secrets aux Québécois? Notre linge sale doit se laver en famille.

Je lui ai répondu: 
On ne peut malheureusement pas le laver ensemble. Soit le linge est trop sale, soit nous n'appartenons pas à la même famille

En effet, à travers ce scandaleux procès intenté contre Djemila, deux familles, aux antipodes l'une de l'autre, s'affrontent, comme aurait dit Tahar Djaout (journaliste et écrivain assassiné en 1993 par l'hydre islamiste): la famille qui avance et la famille qui recule.

Djemila appartient à la première, là où règnent la tolérance, la démocratie, la laïcité, la liberté et l'égalité des sexes. Quant à la seconde, elle sombre dans la bêtise, l'obscurantisme, la haine des femmes et de l'Occident.

Tout combat idéologique est avant tout un combat sémantique. Le mot «islamophobie» signifie «crainte de l'islam».

Serait-il raciste celui qui a peur d'une religion, en l'occurrence l'islam? L'islam est une religion et non une ethnie.

Le mot «islamophobie» est utilisé par les fondamentalistes musulmans dans une posture victimaire, afin de répandre leurs idées rétrogrades en Occident. C'est un mot-piège rabâché à tort et à travers en vue de bâillonner les détracteurs de l'islam politique et d'étouffer toute critique sérieuse de l'intégrisme.

Ce vocable est devenu une sorte de délit de blasphème. Malheureusement, en ces temps de fadeur et de censure, ceux qui résistent au rouleau compresseur islamiste, en en dénonçant les projets obscurs et haineux, sont taxés de xénophobes.

Au nom de la liberté d'opinion et d'expression, j'invite les intellectuels, les artistes et les politiques à apporter un soutien large et massif à Djemila Benhabib.A

Ceux qui hésitent encore, je les invite à méditer ces paroles du pasteur allemand Martin Niemöller:

Quand ils sont venus chercher les communistes
Je n'ai rien dit

Je n'étais pas communiste

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes
Je n'ai rien dit
Je n'étais pas syndicaliste

Quand ils sont venus chercher les juifs
Je n'ai pas protesté
Je n'étais pas juif

Quand ils sont venus chercher les catholiques
Je n'ai pas protesté
Je n'étais pas catholique

Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait personne pour protester

Source : Huffington Post, 30 janvier 2014

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions