Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 02:46

Pour sortir de la crise financière massive de 2008, les autorités de la plupart des grands pays ont lâché les vannes de la dépense publique pour lubrifier les économies, que ce soit aux Etats-Unis, en Europe et même en Chine. Les banques centrales ont fait de même, au premier chef la FED américaine, mais aussi la banque de Chine en 2009, la banque d’Angleterre en 2011 et la banque du Japon en 2013.


Pour un bénéfice à court terme – la relance incontestable de la croissance – elles ont fabriqué des monceaux de liquidités, accélérant une tendance laxiste qui existait depuis la fin des années 90, soit par des politiques monétaires expansionnistes (injection de 85 milliards de dollars par mois depuis deux ans par la FED), soit par des achats d’actifs financiers en devises (accroissement en 2013 de 500 milliards de dollars des réserves de change de la Chine).

Voilà le fond de l’affaire : un excès massif de liquidités est la fabrique même d’une crise financière, comme nous le savons depuis 200 ans.

 

La réunion du G20 des financiers à Sydney, fin février, a mis le projecteur sur un effondrement récent des monnaies de 9 de ses membres «émergents», à l’exception notable de la Chine. Depuis le début de 2014, ces devises (Roupie, Real, Rouble, Livre turque etc…) ont décroché de 10 %. Et l’on agite le spectre d’une nouvelle panique, sur fond de croissance morose (moins de 3 % en 2013 pour les pays émergents, sauf une Chine à +7,7 %). Sur une année pleine, la chute de ces monnaies est en moyenne de -15 %.

 

Mais le « tapering » de la FED américaine en est la cause principale : la décision prise par Ben Bernanke et après lui Janet Yellen de réduire les injections monétaires massives (à 65 milliards de dollars «seulement» le mois dernier) a provoqué un reflux massif des capitaux mondiaux vers les Etats-Unis, en anticipation d’une remontée des taux d’intérêts (et donc des rémunérations du capital) en Amérique. Au passage, cette tempête monétaire «émergente» met à nu le besoin urgent de réformes économiques de fond dans nombre de grands pays (Inde, Brésil, Russie, Turquie…). Mais la chute des monnaies émergentes ne provoquera pas de crise mondiale. C’est un mouvement pendulaire, certes important, pas un cataclysme.

 

L’Europe, quant à elle, est à contre-cycle. L’Euro s’est encore apprécié de +6 % en un an face au dollar, rognant un peu plus la compétitivité extérieure du continent. Contrairement au reste du monde, la masse monétaire de l’Euro (M3) s’est contractée, également depuis un an. Est-ce de la vertu de la part de la BCE, que de ne pas céder à l’ambiance laxiste générale ? En réalité, l’Europe est dans un corner. Tous les signes d’une déflation durable sont là, et avec elle un scénario de reprise morose. Il se pourrait bien que s’ouvre pour l’Europe continentale la même perspective économique que celle du Japon des années 2000 : celle d’une «décennie perdue».

 

SOURCE

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie