Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

11 avril 2014 5 11 /04 /avril /2014 12:08

Marine Le Pen était l'invitée de David Pujadas dans "Des paroles et des actes" jeudi soir (capture).

 

On redoutait une submersion Marine. Ce fut un naufrage journalistique. Un incroyable Trafalgar.

 

Quelle revanche pour le Front national que ce show de 150 minutes en prime time de sa présidente dans la très respectable émission politique du service public. Au-delà de toutes ses espérances médiatiques, Marine Le Pen a parfaitement réussi à s’emparer – sans la moindre difficulté – de la mécanique trop révérencieuse "Des paroles et des actes" et à la maîtriser de la première à la dernière minute.

 

Comme l’a dit en conclusion un commentateur, non sans candeur, sans la moindre pudeur et avec une morgue pathétique, ce fut "presque trop facile". Si étonnamment facile… Si inquiétant, surtout. Car c’est bien le pire qu’une démocratie moderne puisse craindre qui a écrit le scénario de ce jeudi soir sur France 2 : la prise de contrôle pacifique et irrésistible d’un programme d’information par une démagogue populiste.

 

Les Le Pen finissent toujours par rafler la mise

 

Les concepteurs de l’émission pensaient pouvoir gagner simultanément sur les deux tableaux : faire de l’audience et coincer la "chef" du FN. Mais au final, c’est Marine Le Pen qui leur a confisqué leur bel outil pour le mettre entièrement à son profit.

 

Quelle naïveté de Pujadas et de son équipe… Quelle prétention de croire qu’ils parviendraient, en s’y mettant à plusieurs, à pousser à la faute leur invitée si rentable. C’était oublier que chez les Le Pen, père et fille, rien n’est jamais gratuit. Quand ils se déplacent à la télé, ils savent qu’ils vont y prendre des coups – c’est le prix à payer – mais ils finissent par rafler la mise.

 

À trop vouloir jouer à l’arbitre impartial surplombant le match sans jamais se mouiller, Pujadas a été roulé dans la farine par une championne de la com’ qui ne s’embarrasse pas des règles, transgressant mots et frontières sans le moindre scrupule. Le combat s’annonçait forcément inégal. Il a tourné au jeu de massacre.

 

Il faut être pro

 

Timorés, chroniqueurs et chroniqueuses ont voulu jouer au plus fin avec de subtils mousquets, des petits schémas et des calculs savants. En réponse, l’autre a bombardé sans fioritures. Pourquoi s’encombrer de "détails" (comme dirait Jean-Marie) quand on peut ficeler le débat avec une corde énorme ?

 

Face à une pirate aboyant pendant l’assaut, comme l’est une Marine Le Pen montant à l’abordage sur chaque sujet, il faut être solide. Être aussi malhonnête et truqueuse qu’elle sait l’être. Bref, il faut être pro.

 

Et le mièvre scénario fatigué de DPDA n’a mis que des amateurs en première ligne.

 

 

Pujadas regrettera longtemps d’avoir renoncé à aligner une pointure comme le président du parlement européen, Martin Schultz, décommandé parce que Marine, pas folle, avait fait les gros yeux pour intimider notre Walter Cronkite de pacotille.

Couché là, bien sage ! Le remplaçant choisi, excellent technicien de l’Europe au demeurant, n’est qu’un troisième couteau, triste comme un jour sans pain et lisse comme de la mie.

 

Alain Lamassourre a fait de son mieux dans un costume de duéliste trop grand pour lui mais il a rapidement sombré dans le pathétique, se prenant les pieds dans le tapis au moment de tirer la flèche qu’il croyait être mortelle. Et voilà le pauvre étalé au pied de la gladiatrice jour qui le traite avec une moue dégoûtée, comme si elle parlait d’un déchet, d’"incarnation humaine de l’Union européenne".

 

C'est joli ce bleu marine

 

Et elle profite de son avantage évidemment pour se présenter sans que personne ne tente d’arrêter son numéro, d’"avocate de la liberté sur Internet". Traduction pour ceux qui n’auraient pas suivi : la liberté dont elle parle, c’est celle qui permettrait de déverser des montagnes de propos racistes et antisémites sans le moindre contrôle. Mais qui le lui fait remarquer?

 

La mise en images est un désastre. On laisse en fond de décor pendant une bonne minute l’oriflamme du Front national (en majuscules). C’est joli ce bleu marine, ça se marie bien avec les tons de l’image. On voit aussi le numéro 2 du FN, Florian Philippot, s’agenouiller et faire le signe de croix sur la tombe du général de Gaulle.

 

Merci qui pour cette superbe récupération offerte par la maison ? De rien, c’est cadeau !

 

Sans doute pour ne pas court-circuiter cette séquence émotion, Pujadas assure qu’on "ne va pas aborder les références de Jean-Marie Le Pen". Oui, pourquoi perdre du temps avec un petit rappel historique, hein ? Les questions qui fâchent ce sera pour une autre fois. On se demande alors si l’oreillette est en panne ou s’ils sont tous évanouis en régie…

 

Comment se tirer une balle dans le pied

 

Viennent les témoins-experts pour mettre du vrai et du sel dans la tranche éco, a priori la plus difficile à digérer pour l’invitée. Aïe, aïe, aïe… L’un est le bras droit du président du Medef. Un bras cassé surtout : voulant bien faire, ce chef d’entreprise bonhomme et maladroit explique la non-nocivité de l’euro pour faire du commerce international puisque "tout est facturé en dollars".

 

Bref il se tire une balle dans le pied, et de l’autre, encore valide, marque un but contre son camp, celui des élites maudites par le FN, en tempêtant contre "les 34 années d’incompétence du monde politique".

 

Marine est contente : elle n’a rien à redire… Quant à l’ouvrier-syndicaliste de service, France 2 a eu l’idée lumineuse d’embaucher pour le rôle l’un des porte-parole, Cégétiste, de la candidate Lutte ouvrière à la présidentielle, Nathalie Arthaud. Encore du gâteau pour Marine à qui ce détail n’a pas échappé et qui complète la bio de présentation avec gourmandise… L’autre n’a pas encore ouvert la bouche qu’il est instantanément décrédibilisé.

 

Elle peut ensuite le laisser s’époumoner pour placer, une fois qu’il a fini de faire le révolté d’Aulnay, son argument massue : c’est "la politique d’immigration qui pèse à la baisse sur les salaires des ouvriers". Enlevé, c’est pesé.

 

Allô, la régie ?

 

Même sur l’euro, son point faible, Marine Le Pen trouve le moyen d’exploiter la faiblesse du dispositif DPDA. Si personne ne comprend grand-chose aux courbes de progression exhibées par le prof Lenglet, le chroniqueur politico-économique de France 2, pour démontrer que la monnaie unique a créé de la richesse – 22 points de PIB en quinze ans - le téléspectateur assoupi ne peut qu’être réveillé par une Marine tonitruante qui, comme un supporter réclamant un penalty, demande, du coup, "où est passé l’argent volé".

 

Diversion d’autant plus réussie que, pour faire le beau, Lenglet a montré à la caméra un vieux mais tout neuf billet de 200 F… si exotique que le réalisateur va en faire une promo involontaire pour le retour au franc en faisant dérouler un tweet nostalgique de francetvinfo :

 

bilet200frs.JPG

 

Allô, la régie ? Toujours pas réveillés ? Le directeur de l’info aurait pas fait un malaise là ? Le sens politique le plus élémentaire, lui, fait grève, manifestement.

 

Les paupières lourdes

 

Ah, c’est au tour du contradicteur socialiste, Yann Galut, d’entrer en piste avec son bouquin-fiction racontant ce qui nous arriverait si le FN exerçait le pouvoir. Le garçon a choisi d’être calme mais s’il a des arguments sur le manque de sérieux du programme, il n’a pas l’expérience de ce genre de soirée.

 

Trop tendre, ses crocs très sages n’effraient pas la dompteuse blonde qui se paie le luxe de lui dire qu’elle a trouvé son livre "rigolo". Il est mignon… Allez, à la niche, maintenant et au suivant…

 

On se dit que le "droit de suite", c’est-à-dire le moment où deux éditorialistes sont censés pouvoir remettre les pendules à l’heure, va sauver l’honneur. Mais non. Le droit de suite ne suit rien du tout. Il cale, même. La très XVIe Anne Fulda, du Figaro, a les paupières lourdes (il est 23 heures passées et il fait chaud sous les projecteurs) et on a envie de lui faire avaler un demi tube de Guronsan pour la remettre dans le match.

 

Mais, ça se confirme : elle n’y est pas. Pas du tout même. Elle ne trouve à dire à la Madame Sans Gène triomphante (qui la corrige) que cette formule assassine à inscrire dans les annales de la télé française. À faire breveter, même, par l’INA : "Vos solutions ne sont pas toujours applicables".

 

Comment ça, "pas toujours" ? Ça veut dire qu’elles peuvent l’être "parfois" ? Merci d’être venue, Anne et bonne nuit. L’essentiel c’est de participer.

 

Elle taille, coupe, désosse

 

L’autre épée, le multicarte Hervé Gattegno (BFMTV-RMC-Vanity Fair), semble plus éveillé mais il se perd dans des questions trop longues et trop alambiquées. Ça tombe bien. Des questions trop longues et trop alambiquées, Marine adore ça. Elle taille dedans, coupe, désosse. Un régal. Il n’en reste rien. Si bien qu’on ne sait même plus ce que Gattegno a voulu dire. On en viendrait presque à regretter le grand n’importe quoi insolent de Franz-Olivier Giesbert…

 

Il ne reste plus à Pujadas, souriant, limite ravi du village, qu’à conclure d’un invariable "vive la politique", comme un Gérard Holtz à la fin du Téléthon. C’est qu’il était content notre Pujadas. Tout s’était bien passé, non ? Et poli, avec ça. "Et merci, madame le Pen…". Vu la tournure de cette excellente soirée, l’autre aurait pu au moins lui répondre : "Y’a pas de quoi".

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique