Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 01:00

 

salle de classe

Par Pierre Beylau

L’allègement drastique des programmes s’inscrit dans une logique de délabrement en cours depuis des décennies. Une entreprise de décervelage, de déracinement et un crime contre l’intégration.

À l’époque où les spécialistes en pédagogie n’étaient pas encore parvenus à réduire en lambeaux l’école publique, les instituteurs s’efforçaient, par des moyens simples, d’éveiller chez leurs élèves le goût de l’histoire.

Ils affichaient souvent sur les murs des classes primaires une série d’affiches colorées. Celles-ci illustraient les grands épisodes de l’histoire de France : Vercingétorix vaincu jetant ses armes au pied de Jules César triomphant, Charlemagne visitant une école, Saint Louis rendant la justice sous son chêne, Louis XIV à Versailles, Napoléon chevauchant dans les plaines de Russie, etc. Ces images – et quelques dates symboles – demeuraient gravées dans la tête des futurs lycéens et servaient de socle émotionnel à l’enseignement ultérieur. Celui-ci s’élaborait lentement, de l’Antiquité en 6e, jusqu’à l’époque contemporaine en terminale.

Puis, sous l’influence d’une approche marxiste mal digérée, et pas encore revisitée par Althusser et ses disciples, on décréta que l’histoire n’était nullement forgée par la volonté humaine mais modelée par les forces de production, la lutte des classes, la sociologie. Exit les grands hommes, Clemenceau visitant les tranchées de 14 ou de Gaulle appelant à la résistance. Fini le roman de l’énergie nationale. Place au matérialisme historique, aux thèmes transversaux genre « la condition ouvrière au XIXe siècle », et à l’histoire universelle. [...]

L'histoire coupée de la chronologie, du cadre géographique et des hommes qui l'ont façonnée devient un canard sans tête. C'est en apprenant d'abord l'histoire de France que l'on accède à l'histoire des autres.

Lire la suite de la tribune sur Le Point

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Culture Musique Livres