Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 01:39

Alors que le gouvernement peine à boucler le budget, les rangs de l’Éducation Nationale vont gonfler de 22 000 professeurs supplémentaires, soit 40 000 recrutements avec les départs à la retraite. 

Article publié en collaboration avec Le Cri.

Alors que le gouvernement peine à boucler le budget, les rangs du ministère de l’Éducation vont donc s’élargir à  22 000 professeurs supplémentaires afin de compenser les départs à la retraite et à 18 000 emplois d’avenir réservés aux futurs enseignants, afin de blinder les effectifs d’une administration employant déjà plus d’un million de personnes.

Ces mesures s’ajoutent à celle déjà engagées en 2012. Le « plan d’urgence » lancé par le gouvernement Ayrault, s’était alors traduit par 1 000 postes de plus pour le primaire et 6 000 postes débloqués dans le secondaire : montant de la facture : 89,5 millions d’euros.

Dans l’attente des nouveaux recrutements, des bataillons de futurs fonctionnaires se forment du côté de la rue de Grenelle. Le nombre d’inscrits aux concours externes du second degré a progressé de + 7,4 % en 2012. Pour l’agrégation et le Capes, la hausse  dépasse les 10%, dont 12% pour les Lettres. 2013 devrait être encore meilleur.

Selon les chiffres du ministère de l’Éducation, le nombre d’enseignants en France est de 852 000, dont 712 000 pour le public. Lors de son intervention sur France Culture, Vincent Peillon n’a pas précisé si les nouveaux postes profiteront aussi au privé. Les détails seront fournis avec le projet de loi de Finances 2013.

Recrutements bâclés

Outre l’impact budgétaire de ces mesures, on ne peut que s’étonner de la précipitation avec laquelle elles sont prises : l’objectif est de tenir coûte que coûte les promesses du candidat Hollande. Quitte à bâcler les recrutements.

Le ministère envisagerait en effet de transformer les candidats ayant échoué à l’agrégation 2012 en capétien (titulaire du Capes) si leur niveau est jugé satisfaisant afin de remplir les quota.

Dans les semaines qui viennent, les jurys vont donc recycler une partie de leurs recalés sur la base de critères indécis. À un autre niveau, ce type de méthode a déjà été utilisé pour les 1 000 recrutements supplémentaires menés dans le primaire à la rentrée 2012. Pour le secondaire, cela revient purement et simplement à brader les concours.

Formation sur le tas

Les nouveaux enseignants n’auront pas même à remplir le nombre d’heures dû à l’Éducation nationale. Ils bénéficieront d’une journée de formation par semaine. Elle viendra s’imputer sur leur temps de travail. Le coût de cette formation sur le tas représente l’équivalent de 1 500 postes.

Tous ces cadeaux sont-ils de nature à satisfaire les syndicats d’enseignants ?  Même pas ! Pour le SNES, le gouvernement aurait dû distribuer des aides aux étudiants se destinant au professorat dès le niveau du master pour renforcer les vocations.

Et, pourquoi pas dès le brevet des collèges ?

---
Sur le web

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage