Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

18 mars 2014 2 18 /03 /mars /2014 01:07

Depuis un an, la progression des effectifs des demandeurs d'emploi seniors a augmenté de 11,6 % en France. Ils étaient plus de 750.000 seniors inscrits à Pôle emploi à la fin du mois dernier.

« Une loi pour rien », tel était le titre de ma tribune sur les contrats de génération il y a un an lors du vote de cette réforme. Réforme sympathique en apparence - l’idée de lier l’avenir d’un jeune à celui d’un senior peut séduire - mais réforme inutile tant elle ne répond à aucune des réalités économiques de nos entreprises, pas plus d’ailleurs que son ancêtre, les plans seniors.

En effet, ce n’est pas en multipliant les aides publiques de l’Etat (2 000 € et par jeune embauché et par senior maintenu en poste) que l’on va inciter les PME, cœur de notre tissu économique, à créer des emplois, mais bien en faisant tout pour alimenter leur carnet de commande.

Aujourd’hui la réalité des statistiques est cruelle : si le chômage des moins de 25 ans baisse depuis avril dernier, passant de 792 600 demandeurs d’emploi toute catégorie confondues à 771 000 en décembre dernier ; celui des plus de 50 ans, lui, ne cesse de croître, passant de 989 200 à 1 055 100 entre avril et décembre 2013.
Le constat est rude et les explications limpides : le chômage des jeunes baisse, car dopé par quelques 100 000 contrats aidés, quand les destructions d’emplois des seniors ne cessent de s’amplifier, faute de redémarrage de l’activité et donc d’emplois dans le secteur privé.

Et si le ministre du Travail, Michel Sapin, assume pleinement que le moteur des emplois aidés dans les collectivités publiques est utile à nos jeunes générations, il oublie plus facilement l’impact quasi nul des contrats de génération.

Le contrat de génération, une opportunité gâchée !

L’objectif du gouvernement était d’atteindre les 75 000 contrats de générations en mars 2014, nous avons difficilement dépassé les 20 000 à la fin décembre. Si ce contrat ne marche pas, ce n’est pas qu’il est mal outillé, c’est simplement que la boîte à outils, elle-même, n’est pas à la hauteur du chantier auquel nous faisons face.

La France se meurt d’être le pays européen où l’emploi est le plus concentré sur les 25-50 ans. Il suffit de regarder les chiffres de l’activité des seniors en Europe: autour de 60- 70 % en Allemagne, au Royaume-Uni, dans les pays nordiques, et seulement 44 % en France. Nous sommes encore un des rares pays à n’avoir toujours pas atteint l'objectif de 50 %, fixé par Bruxelles à tous les pays de l’UE.

Pourquoi ? Nos seniors ne sont pas moins qualifiés, ni moins engagés pour travailler plus longtemps que nos voisins ! Non deux obstacles inscrits dans notre logiciel, et visibles dans nombre des politiques RH de nos entreprises, empêchent tout changement de fond de notre système.

 

http://www.economiematin.fr/les-experts/item/8981-emploi-senior-chomage-entreprises-economie/?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_campaign=NL-2014-03-15

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage