Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 02:28

François Hollande sur le plateau de TF1 ce dimanche

Sur le pouvoir d'achat

"Le gouvernement n'a pas perdu de temps et a agi pour les Français dans de nombreux secteurs. Le prix des carburants a notamment été baissé. Je veux proposer aux Français un agenda de redressement pour qu'ils vivent mieux en 2017.

Sur le chômage 

"Le cap est le redressement de la France. Je vais fixer un agenda du redressement en deux ans. Je vais accélérer. J'ai demandé que les partenaires sociaux puissent négocier sur le contrat de génération. Tout doit être engagé avant la fin de l'année. La réforme du marché du travail est importante. Il faut qu'il y ait un système plus protecteur pour les salariés. Les entreprises seront plus soutenues dans leur effort d'adaptabilité. Ce sera un compromis historique entre les partenaires sociaux. Je souhaite aussi créer 100 000 emplois d'avenir".

"Sur Peugeot, les partenaires sociaux doivent trouver des plans d'actions que l'Etat accompagnera"

"Il faut faire en sorte que les salaires ne soient pas les seules bases de cotisation. Dès la fin de l'année, nous allons changer le mode de financement de la protection sociale. Embaucher ne coûtera pas plus cher. Nous devons inverser la courbe du chômage d'ici un an"

Sur la crise

"Je prends en compte une situation que je connaissais, que je ne découvrais pas. Ma prévision de croissance est de 0,8%. Il faudra trouver 33 milliards pour réduire le déficit. L'état emprunte à des taux historiquement faibles aux environs de 2%. C'est bien. Mais nous ne pouvons pas jouer simplement sur cette situation. Il faut un soutien à la croissance à travers le logement, le pouvoir d'achat, en créant aussi la Banque publique d'investissement.

Comment trouver 33 milliards ? 10 milliards le seront sur des postes budgétaires sauf dans l'éducation, la sécurité et la justice.10 milliards seront trouvés chez les grandes entreprises. Nous leur raboterons des niches fiscales. Les PME resteront quant à elles protégées. Et les 10 milliards restants viendront de la participation des ménages. Je le fais par conviction. Pour les revenus de plus de 150 000 euros par part, 45% seront prélevés. Pour les deux premières tranches, il y aura un système de décote prévu".

Sur l'affaire Bernard Arnault

"Je pense qu'il aurait dû mesurer ce que signifie demander une autre nationalité. Il faut appeler au patriotisme et Monsieur Arnault a dit qu'il prendrait sa part de patriotisme. Etre Français, c'est recevoir de l'argent mais aussi donner. Le temps du redressement, c'est à dire deux ans, nous taxerons à 75% toutes les rémunérations supérieures à 1 million d'euros. Cela concerne  2000 à 3000 personnes".

Sur la sécurité

"Quand il y a une situation de crise, c'est le devoir de la gauche d'agir. Il y a 15 000 roms en France avec des situations humaines difficiles mais le ministre de l'Intérieur a fait son devoir. Dès mercredi, il va aller en Roumanie pour traiter le problème à la source".

Sur son début de quinquennat

"J'assume toute ces responsabilités. Je suis rattraper par les réalités des problèmes de la France. Si l'espoir est là, nous allons redresser la France. Mon cap est le quinquennat, pas un mois, pas 4 mois, pas un an. Mon but est de construire une société plus humaine, plus sûre, dynamique, harmonieuse.


 Le président de la République a chiffré "l'effort budgétaire" pour 2013 à 15 à 20 milliards d'euros d'impôts supplémentaires, prélevés sur les entreprises, les hauts revenus et les épargnants.

Côté particuliers, le gouvernement va toucher au barème de l’impôt sur le revenu. Une nouvelle tranche à 45% sera créée sur les foyers percevant plus de 150 000 euros par an. Les avantages fiscaux seront limités : le total des réductions et abattements sera plafonné à 10 000 euros (contre 18.000 euros et 4% du revenu actuellement).

Les revenus de l’épargne seront soumis au barème de l’impôt sur le revenu. Cette disposition sera la plus lourde côté ménages : jusqu’à 3 milliards d’euros. Elle coûtera aux épargnants les plus fortunés : leurs gains seront taxés aux taux maximal de l’impôt (41 % aujourd’hui, 45 % l’an prochain) et non plus au prélèvement forfaitaire (19% à 24% selon les cas).

Côté sociétés, la principale recette pour l’État (jusqu’à 3 milliards d’euros) consistera à réduire la déductibilité des intérêts, qui permet aux entreprises de baisser leur impôt quand elles s’endettent pour acquérir une autre société. Les grandes seront davantage mises à contribution que les petites.

François Hollande a souligné que 10 milliards d’euros proviendraient d’économies. Il s’agit de l’effort demandé aux ministères. S’y ajoutent 2,5 milliards d’euros sur les dépenses de la Sécurité sociale.


Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique