Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 02:57

Pour François Kersaudy, on assiste actuellement à une réaction contre une les conséquences d’une immigration massive extra-européenne mais pas à une montée du racisme.

Tout compte fait, il semble y avoir dans ce pays une confusion entre le racisme ordinaire et la réaction populaire contre une immigration mal régulée, qui refuse trop souvent de s’adapter à nos lois et à nos modes de vie, qui veut profiter de nos libertés mais conserver ses interdits, qui invoque le multiculturalisme mais refuse la mixité, et qui rejette la France au profit d’une patrie d’origine fantasmée.

L’obsession du racisme est une pelote sans fin, dont il importe de démêler les fils. […] On constate en outre que nos politiciens de moindre envergure traitent en permanence leurs adversaires de racistes dans l’espoir de les déstabiliser, et que l’instrumentalisation du racisme – comme celle de l’antiracisme – est devenue un élément majeur du délitement de la société française. |…]

Mais la race une fois évacuée, il reste le racisme. Celui des Japonais contre les Coréens ? Des Vietnamiens contre les Chinois ? Des Chinois contre les Ouïgours ? Des Arabes contre les Juifs ? […]

Rien de tout cela n’intéresse nos associations antiracistes hautement politisées – le Mrap communiste, SOS Racisme socialiste, le Dal trotskiste -, qui doivent en permanence trouver leurs racistes en France afin de continuer à exister, à recevoir leurs subventions et à suivre la ligne de leurs partis respectifs. C’est dire que l’antiracisme agressif est devenu chez nous un pur instrument politique : la lutte des classes transposée sur le plan racial… […]

Que certains Norvégiens de France forment des «gangs de barbares» comme leurs ancêtres vikings, et il y a fort à parier que tous les grands blonds moustachus trouveront rapidement des Français méfiants et des problèmes d’emploi.

Que la France des années soixante ait été xénophobe, c’est indéniable. […] Mais après cela, la France s’est ouverte, le brassage s’est fait, et la France a eu le taux le plus élevé de mariages mixtes en Europe – ce qui n’est pas exactement la marque d’un peuple raciste. Il a donc bien fallu un autre phénomène pour que les choses se dégradent. […]

On pouvait penser que leurs enfants, généralement nés en France, s’y intégreraient tout comme l’avaient fait avant eux les fils d’immigrés italiens, portugais, espagnols ou polonais. Pour un certain nombre de raisons bien connues – le poids des traditions, de la religion, du passé colonial, des préjugés sociaux et des structures familiales -, il n’en a pas été ainsi. […]

Les enfants et les petits-enfants français de travailleurs étrangers se sentaient encore moins français que leurs parents et leurs grands-parents. Quoi d’étonnant à cela ? Ils se retrouvaient en masse dans un pays où les intellectuels médiatiques crachaient à longueur de journée sur la France, son histoire et ses institutions […].

Le Point 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration