Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 10:49

Paris (awp/afp) - L'activité du secteur privé français a perdu en vigueur au mois d'avril, après avoir atteint en mars un plus haut depuis 31 mois, selon l'indice PMI publié mercredi par le cabinet Markit.

 

L'indice flash composite s'établit à 50,5, après 51,8 en mars (chiffre révisé en hausse par rapport à l'estimation de 51,6 publiée précédemment).

 

Le mois dernier, l'indice avait dépassé la barre des 50, qui sépare les périodes d'expansion des périodes de récession, pour la première fois depuis octobre 2013.

 

"La reprise du secteur privé français amorcée en mars s'essouffle en avril", a commenté Jack Kennedy, économiste chez Markit, cité dans le communiqué de Markit.

 

Les chiffres d'avril ont été calculés à partir d'environ 85% des réponses à l'enquête mensuelle, a indiqué Markit.

 

"Le ralentissement de la hausse de l'activité reflète le coup d'arrêt subi par la croissance des nouvelles affaires --associée par les entreprises interrogées à une certaine frilosité de la part de leurs clients-- tandis que la contraction de l'emploi s'accélère au cours du mois", a relevé M. Kennedy.

 

"A moins d'un redressement notable de la confiance, la conjoncture économique française devrait rester fragile au cours des prochains mois", a estimé M. Kennedy.

 

L'indice PMI donne des indications sur l'évolution de la conjoncture que les économistes s'accordent à juger fiables.

 

Selon Markit, le ralentissement de la croissance de l'activité s'est ressenti à la fois dans les services (de 51,5 en mars à 50,3 en avril) et dans l'industrie manufacturière (de 52,1 à 50,9).

 

"Les prestataires de services ne signalent qu'une très légère augmentation de leur activité tandis que les fabricants indiquent une hausse modérée de la production", a relevé le cabinet qui a noté une "stagnation" du volume des affaires nouvelles après la "légère hausse" de mars.

 

Selon les entreprises interrogées, les budgets limités de certains clients et l'attentisme d'autres expliquent la baisse modérée des contrats dans les services, compensée par la légère hausse des ventes de l'industrie manufacturière.

 

Les nouvelles commandes à l'export ont connu une "hausse modérée" en avril mais leur taux d'expansion s'est néanmoins légèrement replié sur un mois.

 

Par ailleurs, selon Markit, l'emploi s'est replié pour le sixième mois consécutif.

 

"Les effectifs diminuent légèrement tant dans le secteur des services que dans l'industrie manufacturière, tendance qu'un certain nombre de répondants expliquent par le non-remplacement des départs volontaires", a précisé le cabinet.

 

Et les perspectives d'activité des prestataires de services se sont détériorées en avril. L'indice mesurant la confiance des entreprises concernant leur volume d'activité s'est replié à un plus bas niveau depuis 11 mois à cause de "la fragilité de la conjoncture et de la frilosité" des clients des entreprises.

 

afp/rp

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie