Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 01:44

Addendum du 10/09/2012: 81% des recrutements sont des CDD

Les mouvements de main d’oeuvre concernent davantage les jeunes, mais aussi les femmes, les ouvriers non qualifiés et les employés.

 

En 2011, trois recrutements sur quatre étaient effectués en contrat à durée déterminée (CDD), selon une étude du ministère du Travail publiée ce mercredi. C’est dans les établissements de 50 salariés ou plus que le recours au CDD est le plus fréquent (80,8%), tandis qu’il est un peu plus faible dans ceux de 1 à 9 salariés (72,2%). Les embauches en CDD sont particulièrement fréquentes dans le tertiaire (78,9%), qui arrive en tête devant l’industrie (63,7%) et la construction (53,3%).

L’enquête de la Dares (direction des études du ministère), qui se penche sur les « mouvements de main d’oeuvre » au sein des établissements d’un salarié ou plus, souligne également que les trois quarts des CDD d’au moins un mois arrivés à terme en 2011 ont duré six mois ou moins.
 
En terme de sortie de l’emploi, les fins de CDD constituent le principal motif (sept sur dix), loin devant les démissions et les licenciements. A noter que trois licenciements sur quatre sont des licenciements pour des motifs autres qu’économiques.

Le taux de rotation moyen de la main d’oeuvre (ou « turn-over », qui constitue une moyenne des taux d’entrées et de sorties dans les établissements) est de 51,7%, tiré à la hausse par le tertiaire (64%).

Dans certains secteurs, des taux très élevés sont observés. C’est notamment le cas dans les arts et spectacles, dans l’édition et l’audiovisuel ou encore dans l’hôtellerie et la restauration. A contrario, dans le secteur des activités informatiques, les mouvements de main-d’oeuvre sont bien moins nombreux : le recrutement en CDI y est la norme, avec trois embauches sur quatre.

Le taux de rotation est globalement plus élevé dans les entreprises de 1 à 9 salariés.

Si on considère le profil des travailleurs, les mouvements de main d’oeuvre concernent davantage les jeunes, mais aussi les femmes. « Cet écart » entre les hommes et les femmes « s’expliquant par des taux d’entrée en CDD et de sortie pour fin de CDD supérieurs » analyse l’étude. Les ouvriers non qualifiés et les employés connaissent également un taux de rotation élevé.

En termes géographiques, les taux de rotation les plus importants sont observés en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Bretagne et dans le Limousin. Champagne-Ardenne, la Lorraine et l’Alsace connaissent en revanche un « turn-over » plus faible.

Les Echos

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie