Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 02:18

Dès le mois d’août 2013, la presse se faisait l’écho d’un rapport de la mission laïcité (qui a fonctionné de décembre 2010 à juin 2013) du Haut Comité à l’intégration (HCI), non encore finalisé à l’époque et aujourd’hui remis au gouvernement, qui suggérait, entre autres, d’élargir aux universités l’interdiction des signes religieux ostensibles et ostentatoires promulguée par la loi de 2004.

Le président de la commission, Alain Seksig (inspecteur de l’Éducation nationale), et l’un de ses membres éminents, Jean-Louis Auduc (professeur agrégé d’histoire, chargé de cours à l’université Paris-Ouest-Nanterre), se sont confiés au Point.fr pour nous éclairer sur les propositions qui, naturellement, ont fait bondir les bonnes âmes et hurler à l’islamophobie.

«Nous pensons que c’est un sujet qui nécessite de l’apaisement, de la discussion, et certainement pas une approche teintée d’islamophobie, comme celle du HCI.» (Jean-Loup Salzmann, Président de la Conférence des présidents d’université (CPU))L’Express

Il est clair que, pour un certain nombre d’organisations intégristes ultra-minoritaires, il s’agit avec de telles pratiques d’essayer de recruter de nouveaux adhérents et de tester également la capacité de résistance des institutions pour défendre les valeurs de la République française.

Les contentieux intervenus sont nombreux et concernent tous les secteurs de la vie universitaire, qu’il s’agisse de demandes de dérogation pour justifier une absence, du port de signes d’appartenance religieuse, d’actes de prosélytisme, de la récusation de la mixité au niveau tant des étudiants que des enseignants, de la contestation du contenu des enseignements, de l’exigence de respect des interdits alimentaires, de l’octroi de lieux de culte ou de locaux de réunion à usage communautaire… 

 La liste s’enrichit régulièrement de revendications nouvelles, comme ont pu en témoigner les auditions menées par la mission de réflexion et de propositions sur la laïcité du Haut Conseil à l’intégration (HCI).

Comment expliquez-vous que la ministre de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, affirme qu’il n’y a pas de problèmes liés aux pratiques religieuses dans l’université ?

Face à la montée des intégrismes dans de nombreux secteurs, un certain nombre de décideurs prennent souvent le parti de ne pas aborder une question avant qu’elle n’éclate au grand jour et ne débouche sur un fort débat médiatique.

Le Point

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions