Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 00:00

Nous vous proposons de lire des extraits de presse scientifiques d'un certains nombre de constats :

...Tepco refuse de contrôler la salinité des eaux souterraines : “Pour cacher que la mer remonte dans la centrale ?”

 Le 19 mars 2014, Tepco a clairement refusé d’examiner si les eaux extrêmement radioactives et l’eau de mer se déplacent de façon synchronisée dans le sous-sol de la centrale de Fukushima plant.
Selon les données de Tepco des trous de forage profonds, le niveau des eaux souterraines est en phase avec le flux et le reflux des marées. Or, ils les ont abandonnés et ont décidé de n’utiliser que les forages superficiels, lesquels ne tracent pas les mouvements des eaux souterraines.
Au cours de la conférence de presse du 19 mars 2014, un journaliste indépendant s’est offusqué de ne pas avoir une justification pour ne pas suivre la salinité des eaux souterraines. Ce n’est qu’en suivant la salinité qu’on peut savoir si la mer remonte dans le sous-sol de la centrale de Fukushima.

 http://hillion-fukushima.blogspot.fr/2014/03/tepco-refuse-de-controler-la-salinite.html


FUKUSHIMA (radioactivité en FranceL'accident nucléaire de Fukushima serait de niveau 6 (ASN) 

la « dose moyenne annuelle reçue en France » est d’environ 2,4 millisievert par an et par personne (2, 4 millièmes de Sievert/an/personne) dont 2mSv de radioactivité naturelle, la dose reçue par radioactivité artificielle correspondant à 99% au secteur médical).

 

Si vous tenez à connaître déjà des mesures sur toute la France, vous pouvez en consulter, quoique la carte et les petits points indicatifs ne soient pas forcément faciles à lire (*) sur le site de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire : http://sws.irsn.fr/sws/mesure/index

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/03/13/fukushima-radioactivite-en-france.html


Propagation du nuage radioactif de Fukushima du Japon à la France

 


 

 

...Malgré les travaux herculéens des 30.000 liquidateurs, Kuwabara ne plastronne pas. "D'ici à un an, dit-il, nous

espérons faire baisser la radioactivité du site à un dixième de son niveau actuel." Ce n'est pas du luxe. Pendant la visite en bus des 3,5 hectares du site, les dosimètres de la délégation française n'ont cessé de biper le long du littoral de l'océan Pacifique où un mur d'isolation de près d'un kilomètre est en construction. C'est même à cette hauteur qu'a été enregistré un pic de débit de 1 millisievert par heure. Soit la limite de précaution sur... une année entière.

Si les ingénieurs de Tepco ont replongé le nez dans leurs ordinateurs sans chercher le contact avec les Français, ce serait plutôt par humilité. Eux savent bien qu'ils ne sont qu'au tout début de la très longue marche de la reconquête du site de Fukushima. Leur intention, pour aujourd'hui, était juste de faire passer un message : le début du déménagement des 1.535 barres de combustible usé entreposées dans la fragilissime piscine nº 4. Ces mêmes barres qui furent à deux doigts de provoquer un incendie d'apocalypse en mars 2011.

Les problèmes d'eau radioactive et les fuites en série inquiètent la communauté internationale car une partie de ce liquide contaminé s'écoule dans l'océan Pacifique voisin de la centrale Fukushima Daiichi ravagée par le tsunami du 11 mars 2011. 
http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20140103.OBS1299/plomberie-nucleaire-d-urgence-dans-les-terres-perdues-de-fukushima.html 


 

....Trois ans après la catastrophe nucléaire de la centrale deFukushima Daiichi, une autre catastrophe se profile. Sanitaire celle là. Les premiers cas de cancer sont apparus. 26 déjà, tous chez des enfants de 0 à 18 ans. Plus d’une trentaine de cas sont suspects, et des dizaines de milliers d’enfants n’ont pas encore été testés. Le gouvernement tente de minimiser l’ampleur du drame. Mais les familles s’angoissent, et des mères sont en colère. La contamination s’étend, au-delà du Japon.

Tous les jours, des centaines de tonnes d’eau hautement contaminée sont déversées dans le Pacifique. Sur les plages de Californie les chercheurs, témoins de l’arrivée quotidienne de déchets du tsunami sur leurs plages, tentent par tous les moyens d’alerter les autorités. Les scientifiques du monde entier redoutent les effets incalculables sur la santé des populations si les poissons du pacifique continuent à êtreconsommés sans aucun contrôle : un laboratoire d’analyses suisse vient de découvrir du césium 131 et 134 dans des barquettes de poisson dans un supermarché, ou dans du thé vert venant du Japon !!

Quelle est l’ampleur réelle de la contamination, humaine et environnementale ? Les contrôles sont-ils efficaces ? Sommes-nous au bord d’une catastrophe sanitaire à l’échelle mondiale ?

Enquête sur le premier scandale nucléaire de l’ère de la mondialisation.

  http://www.france3.fr/emissions/pieces-a-conviction/diffusions/26-02-2014_170742


 En témoigne une vidéo saisissante, postée sur Youtube pendant le réveillon de Noël, d’un homme utilisant un compteur Geiger dans une ville côtière de la côte ouest américaine. Le rayonnement mesuré atteint jusqu'à cinq fois le niveau normal. Réalité ou faux grossier, les agences officielles qui ont effectué de nouveaux tests ont annoncé qu’elles n’avaient pas constaté de « danger pour le public ». Un bel euphémisme. A noter, que la faune maritime directement touchée, comme les poissons ou les crustacés consommés par les populations, ne rentraient pas dans le cadre de ces études.  

Un fait troublant demeure cependant. Les Etats-Unis semblent avoir passé commande, dès le 6 décembre, de près de 14 millions de doses d'iodure de potassium, un composé qui protège le corps contre l'empoisonnement radioactif à la suite d'accidents nucléaires graves. Un nombre de doses, qui est loin de couvrir les besoins de la population entière.
 
http://www.prorussia.tv/Les-consequences-de-la-catastrophe-de-Fukushima-depassent-largement-les-frontieres-du-Japon-et-personne-n-en-parle_v712.html


....Thierry Lengagnechercheur CNRS, dans l’équipe Ecophysiologie-Comportement-Conservation du  Laboratoire d’écologie des hydrosystèmes naturels anthropisés à Lyon(LEHNA) est bio acousticien,  spécialiste du comportement et de la communication chez les animaux, il travaille beaucoup sur les amphibiens et les oiseaux.

Il a participé à une mission scientifique de six semaines à Fukushima  en juin juillet 2013 dernier pour étudier dans la zone des 100 km autour de la centrale Fukushima Daiichi, les effets de cette contamination radioactive sur un organisme modèle qui est la grenouille Hyla Japonica...

http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-la-vie-a-fukushima-3-ans-apres-la-catastrophe


Comment le Japon vit après Fukushima ?

Le Japon s’est figé hier, glacé par le souvenir du tremblement de terre et du tsunami du 11 mars 2011. L’émotion était plus profonde encore pour tous les habitants de la préfecture de Fukushima, qu’ils aient ou non quitté la région, par choix ou par contrainte. A la douleur des souvenirs et parfois à la colère, s’ajoutent les incertitudes quant aux conséquences sanitaires de l’accident nucléaire provoqué par la catastrophe naturelle. 

Grandir à Fukushima, c’est grandir sans voir le soleil

 La société japonaise, symptôme d'une postmodernité singulière et fascinante.

Cet atlas met en lumière les tensions intérieures d'un pays habité par sa propre histoire mais ultramoderne, grand pollueur mais soucieux d'écologie, pacifique mais tenté par les démonstrations de puissance... Pour mieux appréhender ce Japon fragilisé par la catastrophe de Fukushima, un événement déjà ancré dans la mémoire collective.

« La culture japonaise postmoderne, décomplexée vis-à-vis de la technologie, se combine aussi à un délire technologique dont Fukushima est la plus terrible expression. » 

http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/comment_vit_on_apres_fukushima__144183/document_actu_pro.phtml 


 

http://www.citoyens-et-francais.fr/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science