Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 01:38

« Vous voulez moins de riches, je veux moins de pauvres ! »

On se souvient de cette pique adressée à François Hollande par Nicolas Sarkozy, lors du débat de l’entre-deux-tours. Si le vote des Français a donné le sceptre au socialiste, on peut dire qu’il s’emploie chaque jour à donner raison à Sarkozy.

Mais, stupeur ! La purge des riches s’accompagne d’une augmentation du nombre de pauvres… Mais alors… t’aurais loupé quelque chose, François ?

On les imagine bien, ces politiciens de carrière et ces autoproclamés« grands serviteurs de l’État », à la fin d’un gros gueuleton, dans les salons lambrissés de l’Élysée :

- Bon, il paraît qu’il faut trouver de l’argent. Y en a où, Jean-Marc ?
- Chez les riches…
- Brillant ! On va ratiboiser les patrons et les traders. Et avec ça, on va se faire aimer par la populace, euh pardon… le bon peuple.
- Les entreprises aussi ont de l’argent… se hasarde un jeune énarque, conseiller de Jean-Marc.
- Exact. On va augmenter leurs charges, et taxer à mort les entrepreneurs. Allez, c’est du tout bon, pissez-moi une loi vite fait, qu’on n’en parle plus. On fera relire le boulot du stagiaire par le Conseil constitutionnel.

Et puis chacun fait ses calculs et la prophétie de Sarkozy se réalise. Les entrepreneurs qui refusent de se faire spolier partent avec leurs idées à l’étranger. L’élite des grandes écoles, courtisée par les groupes internationaux, prolonge sa première expérience à l’étranger.

Les derniers acteurs et sportifs qui vivaient encore en France choisissent des destinations improbables pour poser leurs valises. Les entreprises délocalisent leurs usines, leurs sièges sociaux et leurs activités très rémunératrices. Comment les blâmer ? Toutes ces décisions sont rationnelles ! Mais ce sont autant de rentrées fiscales en moins pour notre pays, sans compter les investisseurs étrangers refroidis pour un bon moment.

Doit-on croire que notre président et ses copains se réjouissent du départ de ces Français bien peu patriotes à leurs yeux ? En tout cas, à la com’ du gouvernement, on est dans le déni complet. Chaque fois qu’un journaliste pose la question, Ayrault charge un de ses 37 ministres de dire : nan, même pas vrai, aucun signe d’exil fiscal ! Et pourtant, les écoles françaises des grandes capitales débordent, les grands appartements parisiens ne trouvent plus preneurs… Rien de grave on vous dit.

Et les pauvres, dans tout ça, on en a moins, n’est-ce pas ? Ah non ? Les entreprises seraient-elles parties avec les emplois ? Flûte ! 28.000 chômeurs supplémentaires par mois sur les dix derniers mois, ça ne fait jamais plus qu’un Renault Vilvoorde tous les 3 jours… Qu’à cela ne tienne, si les entreprises partent, le gouvernement a la solution anti-délocalisation : embaucher ! Les 2.000 nouveaux CDI pour Pôle Emploi promis par Ayrault, ce doit malheureusement être ça, les fameux « emplois d’avenir »

Hugo Bony, le 31 mars 2013

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Emploi - Chômage