Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 02:26

Article du journal égyptien al-Ahram hebdo francophone sur Houria Bouteldja, porte-parole du Parti des Indigènes, née à Constantine en 1973.

«Souchien». Un mot composé de huit lettres. Un mot qui n’existe même pas dans le dictionnaire de la langue de Molière, mais que beau­coup de Maghrébins de France emploient pour désigner les Français de souche.

Militante politique franco-algérienne, porte-parole du Parti des Indigènes de la République Française, fervente défenseuse de la liberté de culte, Houria Bouteldja est pour le droit au port du voile dans les universités de France. Car dix ans après la promulgation de la loi sur les signes religieux, la question se débat encore.

Une décennie vient de s’écouler sur la loi interdisant le port du voile dans les lieux publics en France. Cependant, le débat continue sa trajectoire de plus belle. […]

Sa mission sur terre ? Unir les minorités fran­çaises dans l’optique d’en faire une force à part entière. Selon ses mots : «Que nous soyons originaires d’Afrique, du monde arabo-musulman, des Caraïbes, habitants des cités ou tout simplement anticolonialistes, nous devons nous unir dans ce combat commun au nom de notre dignité en France. Nous devons nous unir pour exprimer ensemble notre solidarité avec tous les peuples en lutte. Nous devons nous unir pour apporter notre soutien inconditionnel à la lutte du peuple palestinien pour retrouver sa terre. Et aucun chantage à l’antisémitisme ne nous fera reculer». […]

Par un bel après-midi de juin 2007, la militante a pris la direction des locaux de l’émission de télévision française « Ce soir ou jamais ». Elle devait, comme elle le faisait depuis ses premiers pas dans la vie politique, débattre de la question du racisme qui sévit dans les ban­lieues.

Sa faute ? Elle a commis un lapsus, ou presque. En fait, elle a prononcé un terme et d’autres ont cru en avoir entendu un autre. Il s’est, effectivement, agi d’un malentendu, mais pas de n’importe lequel. «On met tou­jours la focale sur les quartiers populaires en déficit de connaissances, de conscience politique, et on occulte complètement le reste de la société et ses privilèges (…) et moi, j’ai envie de dire que c’est le reste de la société qu’il faut éduquer. C’est le reste de la société occidentale, de ce qu’on appelle, nous, les souchiens, parce qu’il faut leur donner un nom …», a-t-elle témoigné. […]

«Le racisme est un système qui a pour fonction de maintenir les sujets postcoloniaux au bas de l’échelle sociale et dans un état d’illégitimité citoyenne par rapport à la population dite de souche, qui est à la fois, et de manière indissociable, blanche, européenne et chrétienne — de culture.

Les indigènes sont systématiquement considérés comme étant en déficit d’intégration et de civilisation». Et d’ajouter que le racisme structurel de la société française provoque «un conflit d’intérêts entre les classes populaires indigènes et les classes populaires blanches.

Les premières se battant pour l’égalité des droits et pour le respect, les autres — bien sûr — pour préserver leurs acquis ou gagner des droits, mais aussi pour maintenir leurs privilèges vis-à-vis des premiers».

al-Ahram Hebdo

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Faits Divers