Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 03:36

463_hg

Les “islamolucides” savent que l’objectif islamiste est de remplacer l’ordre établi par la civilisation occidentale libérale et démocratique, par l’Oumma, gouvernée par la charia.

S’ils le savent, ce n’est pas au travers d’une boule de cristal ou par extrême racisme, mais tout simplement parce que les islamistes le répètent avec insistante dans leurs discours publics. Ces islamolucides s’expriment sur internet, qui irrite les gouvernements, peu habitués à voir leur autorité discutée par le petit peuple, leurs contradictions exposées, et sa tentative de reprise en main est inéluctable.

Seuls les idiots utiles de l’islam refusent d’admettre cette vérité. Les dirigeants des organisations islamiques internationales, les différents muftis, les « éminents savants religieux » de l’Université d’Al Azhar du Caire, ont beau le clamer sur tous les tons, ils refusent de l’entendre, et il n’y a pas pas plus têtu qu’un âne, même s’il est invité à la télévision.

Il parlent de fantasme, de mythe, de peur obsessionnelle, de rumeurs paranoïaques, répandues par les racistes et xénophobes islamophobes qui ne connaissent rien à l’islam et fantasment sur sa prétendue dangerosité. Ces ignorants prétentieux pensent-ils mieux connaître l’idéologie islamique que les érudits et les savants de l’islam ?

Le logo de l’OCI, cette organisation “si respectable”, si proche des dirigeants de l’UE, qui œuvre à faire appliquer la charia en Occident, représente un croissant de lune qui englobe toute la planète, un pur hasard graphique je suppose. Ou une interprétation paranoïaque.

Et pendant que les islamistes font l’apologie de la charia, qui limite les droits, les libertés et préconisent des châtiments cruels, tout en nous menaçant ouvertement de nous islamiser et de nous asservir à la loi d’Allah, le Parlement européen se penche sur une proposition visant à « encourager » la tolérance en instaurant un système de surveillance machiavélique pour traquer les « citoyens intolérants ».

Sans dévoiler qu’il s’agit d’une nouvelle tentative d’interdire le blasphème contre l’islam, ils vont promouvoir – en réalité imposer – la tolérance à sens unique, toujours la même.

Ce système de surveillance supra nationale marquera le début de la fin de la liberté d’expression. Ce « statut de la tolérance » auquel travaille l’UE, à la grande satisfaction de la liberticide OCI, permettra à l’état de pratiquer l’intolérance envers quiconque sera jugé par lui comme intolérant. Georges Orwell était un visionnaire.

L’OCI va nager dans le bonheur. Les islamophobes seront réduits au silence, et eux pourront continuer la conquête de l’Occident, avec l’aide des kouffars de l’Union Européenne.

Ce qui est triste, dans cette proposition en cours de préparation, c’est que les élus de l’UE font semblant d’ignorer que l’idéologie la plus intolérante est l’idéologie islamique, et c’est cette idéologie qui sera protégée par cette loi sur la pensée.

La sharia est la définition même de l’intolérance, envers les Juifs, les Chrétiens, les Hindous et tous les non musulmans. Intolérance envers les femmes. Le jihad définit l’intolérance. Les lois sur le délit de blasphème sont elles-mêmes intolérantes et c’est ce que l’UE se propose d’imposer : sous le couvert de la lutte contre l’intolérance en général, ce sont surtout les critiques de l’islam et du projet Eurabia, qui sont visées.

[...]

Il vise à obliger les gouvernements des 28 Etats membres de l’UE à mettre en place des « unités administratives spéciales » afin de surveiller tout individu ou groupe d’individus qui exprimeraient des opinions jugées « intolérantes » par les défenseurs du multiculturalisme.

[...]

Ce projet menacerait la liberté et l’autodétermination de tous les Européens, et il assujettirait la vie privée des citoyens à une incertitude légale, ainsi qu’au contrôle par des bureaucrates. Nous parlons du contrôle gouvernemental du comportement social des citoyens. Ces tendances liberticides commencent à nous faire repenser à des principes totalitaires presque oubliés, et constituent une attaque sans précédents contre les droits des citoyens.

• Selon l’article 1 (d), par exemple, le terme «tolérance» est généralement défini comme « le respect et l’acceptation de l’expression, la préservation et le développement de l’identité distincte d’un groupe. »

• La section 2 (d) stipule que le but de la loi est de «condamner toutes les manifestations d’intolérance fondées sur le fanatisme et les préjugés ».

Une note explicative de l’article 2 indique que : «L’intolérance religieuse couvre l’islamophobie », mais il ne fournit aucune définition de «l’islamophobie», un terme remis à la mode par les Frères musulmans dans les années 1990.

La conclusion logique de la Section 2 est donc l’interdiction de tout examen critique de l’islam et de la charia. C’est l’un des principaux objectifs des groupes d’activistes musulmans depuis plus de deux décennies, y compris l’OCI, et l’islamiste Erdogan.

...

• Section 6: «Il va de soi que l’adoption d’une loi pour la promotion de la tolérance ne suffit pas, son application doit être assurée par la mise en place d’un système de surveillance efficace.”

Une note explicative de l’article 6 (a) stipule que: «Les membres de groupes vulnérables et défavorisés ont droit à une protection spéciale, en plus de la protection générale qui doit être fournie par le gouvernement à chaque personne au sein de l’Etat. »

• La Section 7 (b) stipule que les « jeunes, accusés de commettre les crimes cités au paragraphe (a) devront suivre un programme de réhabilitation afin de leur inculquer la culture de la tolérance.

Les victimes des crimes cités au paragraphe (a) auront le droit d’intenter une action en justice contre les auteurs de ces crimes et d’exiger une réparation. L’aide judiciaire sera gratuite pour les victimes, indépendamment de leur situation financière.”

• La section 8 stipule que : « le gouvernement doit s’assurer que toutes les écoles, dès l’enseignement primaire, introduisent dans le programme scolaire des cours destinés à promouvoir la diversité et un climat de tolérance envers les différentes cultures.”

Une note explicative ajoute : « il est très important de commencer ces cours dès l’école primaire et de les poursuivre dans l’enseignement supérieur, y compris dans les universités.”

• La section 9 (a) stipule que : « le gouvernement doit encourager les médias audio-visuels à consacrer une partie de leur programme à la création d’un climat de tolérance.”

• La section 9 (b) ajoute que : » le gouvernement doit s’assurer que tous les médias, y compris la presse écrite, fassent la promotion de la tolérance.”

• La section 9 (c) stipule que : « « Le gouvernement doit inciter tous les médias (publics et privés) à adopter un code de conduite éthique, qui permettra d’éviter la propagation de l’intolérance et le respect de ce code sera supervisé par une Commission des plaintes contre les médias. »

Ce document, s’il était adopté par le Parlement européen dans sa forme actuelle, permettrait, en fait, que les libertés fondamentales des citoyens soient supplantées par le « principe d’égalité ».

Les définitions très subjectives des termes et concepts tels que « tolérance », « discrimination », « vulnérable » « défavorisé » encourageraient les plaintes et les poursuites, ce qui entraînerait la disparition d’une liberté fondamentale, celle de la liberté d’expression : les individus et groupes s’appliquant l’auto censure, par crainte d’être poursuivis, pour avoir simplement exprimé leur propre point de vue.

Une telle directive pourrait conduire à des situations aberrantes ou des accusations vagues ou injustifiées seraient portées contre des individus et des groupes sur simple suspicion d’intolérance, si bien que personne ne pourra jamais être à l’abri d’une plainte d’avoir enfreint la loi.

Et comme à l’époque des dictatures totalitaires, des groupes confessionnels, des écoles, des fidèles d’une religion particulière ou même des parents, qui inculquent des valeurs morales à leurs enfants, considérées par certains comme discriminatoires, pourraient être accusés d’intolérance et poursuivis juridiquement.

L’adoption de cette loi au niveau national des Etats européens signifierait un recul dramatique de nos libertés, et la surveillance supranationale que cela impliquerait, sonnerait le glas de la démocratie européenne et le retour à la dictature.

...D’autres pays doivent prendre officiellement position contre cette directive. C’est urgent, car l’Allemagne peut changer d’avis ou accepter un compromis qui conduira en son temps à son approbation.

Les jours les plus sombres de l’histoire de l’Europe sont devant vous.



Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Rosaly pour Dreuz.info.

Source : EU Proposal to Monitor « Intolerant » Citizens by Soeren Kern.
European Framework National Statute for the Promotion of Tolerance” (traduit, adapté et commenté par Rosaly)

- See more at: http://www.dreuz.info/2013/11/imposer-la-tolerance-par-la-penalisation-de-lislamophobie-le-projet-que-va-promulguer-lue/#sthash.Q80WJC4o.dpuf

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions