Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 00:16

Henry Laurens, professeur au Collège de France, spécialiste du monde arabo-musulman, revient sur la perception de l’islam dans la société française, à l’occasion du début du ramadan.

Aux yeux de l’opinion française, le jeûne musulman bénéficie pourtant d’un regard positif, contrairement au port du voile et aux revendications sur le halal. Quelques politiques ont tenté malgré tout, ces derniers temps, d’ouvrir la controverse au sujet du ramadan, alimentant la crainte d’une islamisation de la société française.

Revoir : Debbouze : «L’Islam est en Europe depuis 3000 ans» Fdesouche (vidéo)

L’islam est-il une «nouveauté» en France et en Europe ?

En tant que tel, la présence musulmane n’est pas un phénomène nouveau en Europe. Depuis très longtemps, il existe un islam balkanique et dans les principaux pays européens, il y a toujours eu une petite présence musulmane. Le passage à une quantité numériquement importante a démarré dans les premières décennies du XXe siècle. En France, le symbole en est la construction de la Grande mosquée de Paris au début des années 20.

Aujourd’hui, nous ne sommes pas, de ce point de vue, face à l’importation d’une religion étrangère. En France, les populations musulmanes sont, au moins, de deuxième et de troisième voire de quatrième génération. Ce à quoi nous assistons, c’est plutôt à une institutionnalisation de l’islam sur le sol européen et son échec relatif.

Pourquoi cet échec ? Pourquoi la question de l’islam est-elle devenue aussi sensible ?

L’islamophobie est quelque chose de complexe, un racisme, de mon point de vue, «réactionnel». […] Le potentiel de «dangerosité» que pouvaient contenir le christianisme, voire le judaïsme, pour la vie sociale a été largement désamorcé dans la deuxième moitié du XXe siècle. L’islam apparaît, lui, comme une forme de religieux «non domestiqué» et donc potentiellement dangereux dans les actes de la vie quotidienne. […]

Y a-t-il des facteurs historiques qui aujourd’hui encouragent, en France, l’islamophobie ?

C’est certain. La mémoire de la guerre d’Algérie, par exemple. La société française comprend une composante non négligeable d’anciens pieds-noirs, un nombre supérieur au million de personnes. Dans la mémoire coloniale, il y a quelque chose du genre : «Ils nous ont foutus dehors ; on ne voit pas pourquoi ils sont là, en France !». Le complexe de supériorité coloniale du petit blanc pose aussi une sorte de ligne rouge, qu’il n’y ait pas de musulmans en position d’autorité.

Libération

source


Un peu court l'excuse de la guerre d'Algerie pour traiter de "raciste... le petit blanc" 
Henry Laurens, professeur au Collège de France, spécialiste du monde arabo-musulman devrait étudier les % d'entrées des immigrés depuis seulement 20 ans, les conséquences sur l'emploi, le social, les conséquences de l'immigration en surcouts financiers et le choc des cultures, le racisme anti-blanc...

 

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Immigration