Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 22:35

VENISE (NOVOpress) – C’est la dernière provocation de Kyenge Kashetu (photo) – il faut direqu’elle a été nommée ministre de l’intégration pour cela. Elle s’est rendue lundi à la Mostra de Venise pour assister en grande pompe à la première du « documentaire » de propagande immigrationniste Ius soli. Réalisé par le metteur en scène italo-ghanéen Fred Kudjo Kuwornu et financé par le Conseil de l’Europe, le film vise explicitement, à coups d’images larmoyantes d’enfants de « la diversité », à retourner l’opinion publique italienne contre le « cruel » droit du sang.

 

Kyenge a répété « son engagement dans la bataille législative pour définir “Italiens” tous les enfants qui naissent en Italie, quelle que soit l’origine de leurs parents ». En attendant, elle a appelé les écoles et les enseignants à défier la loi et à multiplier les pseudo-cérémonies d’octroi de la « citoyenneté honoraire » aux enfants immigrés. « C’est symbolique, a-t-elle expliqué, mais cela aide à ne pas créer de complexes d’infériorité chez les plus petits ». Et, accessoirement, cela permet de culpabiliser les enfants italiens (ou ce qu’il en reste) et leurs parents.

Mais Kyenge a surtout fait sensation en reprenant à son compte la proposition de Camilla Seibezzi, nouvelle adjointe au maire de Venise pour les « Droits civils et les politiques anti-discriminatoires » : supprimer les termes de « père » et « mère », désormais « obsolètes », dans tous les formulaires d’inscription des crèches et des écoles, pour les remplacer par « parent 1 » et « parent 2 ». L’objectif étant, comme de juste, d’ « abolir les stéréotypes », puisque « les formulaires administratifs construisent des catégories de pensée et une praxis quotidienne ». Présentée il y a quelques jours, la proposition a suscité l’embarras même dans la majorité municipale de gauche : le maire de Venise, Giorgio Orsoni, s’est hâté de prendre ses distances.

Kyenge, en revanche, a donné sa bénédiction : « Je me suis toujours battue pour l’égalité des chances, a-t-elle expliqué. Si cette proposition les renforce, je suis d’accord. »

« Égalité des droits, égalité des chances, égalité des efforts, égalité des identités.

Droit du sol mais aussi lutte contre l’homophobie, la xénophobie et tous les “murs” qui divisent les Italiens des étrangers, les homosexuels des hétéros, les Blancs des personnes de couleur ».

C’est par ces formules que La Nuova Venezia, le grand quotidien régional, résume avec admiration le discours et le projet politique du ministre italo-congolais. En d’autres termes, tout se tient.

Ça s’appelle comment, au juste, une cité où il n’y a plus de murs ? Ah oui, un champ de ruines.

Flavien Blanchon pour Novopress

Crédit photo : Maurizio Lupi, via Flickr, (cc).

[cc] Novopress.info, 2013. Les dépêches de Novopress sont libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d'origine. La licence creative commons ne s'applique pas aux articles repris depuis d'autres sites [http://fr.novopress.info/]

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Société