Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

2 juin 2013 7 02 /06 /juin /2013 03:19

Le Parlement européen a débattu mercredi à propos de l'évasion fiscale et des paradis fiscaux. Nigel Farage, le leader du parti eurosceptique britannique UKIP, coutumier des déclarations fracassantes, n’a pas manqué cette occasion de brocarder une fois de plus la bureaucratie européenne :

« Le fait est que nous avons une grande unité aujourd’hui avec un ennemi commun : les gens riches et les compagnies prospères qui cherchent à éviter de payer des impôts, ce qui, bien sûr, est un problème. Eviter de payer des impôts n’est pas illégal, mais cela donne à cette chambre un ton hautement moralisateur. M. Barroso a dit que c’était surtout une perception d’équité, parce qu’il y a cet avantage qui creuse l’écart entre le Royaume Uni, les îles de la Manche, l’île de Man et les îles Caïman. Mais avant que nous déclarions nos vertus, peut-être devrions nous examiner seulement ce qui se passe plus proche de nous.

Et j’espère que tous les contribuables de toute l’Europe vont entendre cela. Si nous examinons les officiels qui travaillent pour la Commission européenne et le Parlement européen, la plus haute catégorie est celle de personnes qui gagnent un salaire net d’un peu plus de 100.000 livres sterlings par an (environ 120.000 euros annuels). Et pourtant, avec les règles de l’UE, ils ne payent que 12% d’impôts.

C’est une fraude fiscale sur une échelle absolument phénoménale, et M. Barroso, je vous dirais : « Comment peut-on estimer que c’est juste ? Comment les gens d’ici qui ont du mal – les 16 millions de chômeurs de la zone euro – quelle considération peuvent-ils avoir pour ces institutions, qui non seulement donnent de grosses sommes d’argent à des gens, mais qui en plus les autorisent à bénéficier d’avantages fiscaux et aussi bien sûr, des avantages de pension sur une échelle d’une ampleur encore inconnue dans le reste du monde ? Je suggère donc que nous baissions notre ton moralisateur.

Et que nous ont donné ces officiels ? Eh bien, ils ont été les architectes de l’euro, qui est un désastre total, leur obsession pour le réchauffement climatique, qui tinte très fortement ici, signifie que nous avons gâté nos campagnes et nos côtes avec ces éoliennes affreuses qui ont fait grimper le prix de l’énergie.

Mais ne permettons pas que l’on puisse dire que je ne suis pas capable de reconnaître le succès quand je le vois, et je suis sûr que tous les citoyens de l’Europe vont tous applaudir et crier hourrah, parce que le grave danger mortel des bols d’huile d’olive pour tremper son pain a été supprimé par les officiels.

Bravo à tous !»

Alors que la députée finlandaise socialiste Liisa Jaakonsaari lui demande :« J’espère que les citoyens européens ont entendu les opinions cyniques de Monsieur Farage, et ses prières pour les paradis fiscaux britanniques. Monsieur Farage, est ce que vous ne pensez pas que c’est une bonne idée que le Conseil européen évoque les problèmes d’évasion fiscale et de paradis fiscaux ? Etes-vous tellement cynique que vous pensez que c’est une mauvaise idée ? », il répond :

« Je suis d’accord avec vous que l’évasion fiscale est un problème et qu’elle coûte de l’argent aux gouvernements, mais nous devrions nous souvenir que l’optimisation fiscale est légale. Et la raison principale qui explique la prospérité de ces paradis fiscaux, c’est que nous avons cet état d’esprit vraiment ancré que nous devons essayer de soutirer le plus possible d’impôts des individus qui ont réussi.

Et si vous faites cela, et que vous avez un système fiscal très complexe, les gens feront tout ce qu’ils pourront dans les limites de la loi pour éviter de payer des impôts autant que possible. Les gouvernements doivent donc commencer par apprendre quelques unes des leçons des Etats-Unis et du Royaume Uni des années 1980. Baisser les impôts, simplifier les impôts, et ensuite pour ceux qui souhaitent respecter la loi, il n’y a plus besoin d’avoir recours à des paradis fiscaux ». 

 

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique