Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 01:07

9f54128a5a7128cfd03c0a1757747ca5

Pluies de glace, canicules, tempêtes, typhons, averses diluviennes et inondations... - les cataclysmes ont été nombreux en 2013. Ces phénomènes extrêmes ne feront que se multiplier, affirment les scientifiques. Le nombre de catastrophes naturelles augmente chaque année.

De tels phénomènes peuvent nous prendre par surprise en 2014, mais où et quand - les scientifiques l'ignorent pour le moment. 

 



Une tempête de neige particulièrement forte pour la région a paralysé en décembre 2013 une partie du Proche-Orient. Ainsi, les célèbres pyramides d'Egypte se sont couvertes de neige pour la première fois en un siècle.

Aux Philippines, le typhon puissant Haiyan a constitué en novembre dernier une véritable catastrophe.

La tempête Saint Jude a frappé l'Europe du Nord à la fin d'octobre. Des pluies diluviennes se sont abattues depuis la fin juillet dans l'Extrême Orient Russe, faisant sortir de son lit le fleuve Amour et causant des inondations sans précédant dans la région. Au début d'octobre le niveau des eaux a baissé pour la première fois. La chaleur étouffante qui a régné au Japon de mai à juillet 2013 a tué 85 personnes. Le printemps était également difficile pour les Etats-Unis. Près de 80 tornades ont balayé le pays en mai. Le vent violent a emporté des toits et des voitures en stationnement.

Or, ces catastrophes climatiques seront plus fréquentes, affirment les météorologues. Ainsi, il faut s'habituer aux anomalies de la nature, conseille Alexandre Kokorine, chef du programme « Climat et énergie » du Fonds mondial pour la vie sauvage WWF.

« Malheureusement, nous sommes encore loin de pronostiquer où et quand les cataclysmes auront lieu. Par ailleurs, nous pouvons faire des prévisions pour l'année suivante. En l'occurrence, la phase d'El-Niño nous permet de tirer des conclusions.
Plus précisément, cela se fait selon l'état de l'oscillation bisannuelle dans la partie Sud de l'océan Pacifique. Loin de nous, ce phénomène climatique d'envergure a un impact majeur sur le climat de toute la planète. Les conclusions peuvent être basées également sur les oscillations périodiques arctiques. »

Pour prévoir le temps, les scientifiques utilisent des modèles mathématiques sophistiqués. Par ailleurs, même les moyens les plus modernes ne permettent pas de faire des pronostics au-delà de dix jours. Actuellement, tous les services météo travaillent afin d'améliorer la qualité des pronostics. En même temps, nous sommes très loin de faire des pronostics à long terme, estime Roman Vilfand, directeur du Centre hydrométéorologique russe.

« La nature ne permet pas à l'homme de prévoir ses changements au-delà d'une période de 15 jours. Quels que soit les efforts pour enrichir nos connaissances et pour développer nos technologies, La météo ne peut pas être pronostiquée avec précision au-delà de 15 jours, trois semaines maximum. Nous ne pouvons pas aller plus loin, sinon sous forme de généralités : au-dessus, au-dessous ou au niveau de la moyenne. Pas plus loin. »

L'année 2014 sera riche en records et excentricités climatiques, annoncent les experts russes.

Source : Lavoixdelarussie

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science