Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 14:23
«Ce n’est pas cher, c’est l’État qui paye» François Hollande

 

François Hollande nous l’a dit, en vérité c’est même le principal de ce qu’il nous a dit, «je dois agir en fonction de mes convictions moi mon rôle de président de la république c’est de me mettre dans la situation de faire que au terme de mon mandat je puisse être non pas fier de moi mais d’avoir fait ce que je pense être utile pour mon pays moi je veux pouvoir me regarder dans une glace».

On relèvera la précaution intermédiaire du genre «non pas être fier de moi», ce qui désigne, au contraire, précisément ce qui lui importe au premier chef. Ce qui frappe une fois de plus, c’est la fréquence indécente du Moi-je. A l’écoute de ses annonces dont certaines semblaient improvisées on était frappé par le nombre invraisemblable des j’ai voulu, j’ai décidé, je veillerai, voilà quel est mon cap, je maintiens les crédits, je veux que la France.

Autre exemple à la volée d’une formulation au narcissisme niais: «quand j’ai engagé les forces françaises je l’ai décidé moi même, je prends tous les risques pour moi-même en essayant que les Francais soient rassurés» .

Voilà qui explique en grande partie pourquoi la Nation lui en veut à titre personnel. Il s’expose par orgueil ( cf encore: «moi-même qui suis le chef des collectivités locales») . Les gens ne sont plus dupes de ce caractère qui présente toutes les décisions toutes les initiatives comme issues de son cerveau fécond, et tous les efforts, les sacrifices, les concessions, les études préliminaires comme collectifs («je» ne laisse aucun otage sans que «nous»fassions tout pour les libérer).

Même lorsqu’il n’est question ni de sa vie privée, ni de son caractère, ni de ses rapports avec les intempéries, il trouve le moyen s’écrier ( à propos de la concertation entre l’état et les entrepreneurs), qu’est-ce qu’on va faire s’il n’y a plus personne en face de moi?

Au chapitre des annonces burlesques, à une sexagénaire qui déplore de n’avoir pas d’emploi à deux ans de la retraite «vous bénéficierez d’un emploi aidé comme ça quand vous prendrez votre retraite vous serez au travail».
Mais le clou de la soirée aura été ce dialogue consternant entre un modeste diplômé en droit issu de l’immigration, dont le français était clair et remarquable, et un président au langage redondant, approximatif, qui ne termine jamais une phrase sauf pour proférer une pignouferie à l’égard de son interlocuteur.

  Ce jeune homme qui a décroché un diplôme de capacité en droit déplore que ses efforts ne se soient traduits par aucune embauche. Réponse du président, en sabir dans le texte: «je vais vous faire une proposition on va avoir cet enjeu de la politique du climat on a besoin de faire des diagnostics on va créer des emplois d’avenir sans condition de diplôme».

Pas mal, non? Le pauvre garçon regrette que son diplôme ne mène à rien, on lui répond qu’on va aider les non-diplômés.

-Mais ça coute très cher , objecte le journaliste.
-Non c’est l’état qui paye, répond le président.


Une demi-heure avant, il nous disait, goguenard: «je n’ai pas été élu par tirage au sort».
Il y a des cas où cela vaudrait peut-être mieux.

Source

 

vu sur : http://www.delitdimages.org/ce-nest-pas-cher-cest-letat-paye-francois-hollande/

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Politique