Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

19 janvier 2014 7 19 /01 /janvier /2014 01:03

eoliennes_2_1080

Elle allait créer des emplois et une prospérité nouvelle. Elle était chantée sur tous les tons. L’économie verte était même la panacée. Le renouvelable allait sauver le continent du cataclysme. Patatras. L’Europe va revoir ses objectifs à la baisse.

La Commission européenne semble aujourd’hui se tâter et vouloir faire marche arrière. Elle envisage de revoir la part du renouvelable dans son dosage énergétique. L’objectif de réduction des gaz à effet de serre de 20 % d’ici 2020 sera probablement supprimé. La part de renouvelable fixée à 20 % pour le même horizon risque également de passer à la trappe.

La nouvelle échéance pourrait être repoussée dans le temps à 2030, avec l’objectif, peut-être non contraignant, de posséder 27 % de l’approvisionnement énergétique par les voies du renouvelable, et de voir les émissions de gaz à effet de serre s’élever à 35 %.

La hausse des prix de l’énergie de 35 % en l’espace de sept ans, couplée à une diminution de 66 % aux Etats-Unis durant le même laps de temps. Il n’en fallait guère plus pour revenir à (un peu) de raison. Les différents pays ne sont pourtant pas encore sur la même longueur d’onde, entre une Allemagne qui développe l’éolien et souhaite des objectifs contraignants, l’Angleterre qui n’a d’yeux que pour le nucléaire et envisage uniquement des recommandations non contraignantes et les nouveaux Etats-membres qui n’ont pas encore entamé la transition.

Les différents experts estiment que la position concurrentielle de l’Europe n’est actuellement plus tenable. D’ici 2035, l’électricité sur le Vieux continent sera deux fois plus chère qu’aux Etats-Unis, avec les conséquences que cela entraîne en termes de compétitivité. De l’autre côté de l’Atlantique, l’exploitation du gaz de schiste a provoqué une baisse de 80 % du prix du gaz naturel.

L’Europe doit revenir à davantage de bon sens. L’économie verte cause de nombreuses pertes d’emploi dans l’énergie classique. Pour un job créé, quatre seraient perdus ! De surcroît, la position européenne se base sur une relation entre l’émission de gaz à effet de serre et le réchauffement climatique, thèse de plus en plus mise à mal.

GREGORY BRUEL

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Santé - Science