Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 01:35
Manifestation, en février dernier, contre les mesures d'austérité à Madrid. L'Organisation internationale du travail estime que l''Union européenne est la région du monde où la situation sociale est potentiellement la plus instable et que l'écart entre riches et pauvres va s'accroître globalement. /Photo prise le 23 février 2013/REUTERS/Juan Medina

Manifestation, en février dernier, contre les mesures d’austérité à Madrid. L’Organisationinternationale du travail estime que l »Union européenne est la région du monde où la situation sociale est potentiellement la plus instable et que l’écart entre riches et pauvres va s’accroître globalement. /Photo prise le 23 février 2013/REUTERS/Juan Medina

 

L’Union européenne est la région du monde où la situation sociale est potentiellement la plus instable, estime l’Organisation internationale du travail (OIT) qui juge que l’écart entre riches et pauvres va s’accroître globalement.

Dans son rapport annuel sur le travail dans le monde, publié lundi, l’OIT note que les troubles sociaux, grèves, arrêts de travail et manifestations se sont multipliés depuis le début de la crise financière et économique en 2008.

Mais, selon l’organisation, le risque « est le plus élevé parmi les 27 Etats membres de l’UE avec un taux qui est passé de 34% en 2006-2007 à 46% en 2011-2012″.

Ce risque n’est pas uniformément réparti dans l’Union européenne puisqu’il n’a pas augmenté dans au moins sept pays membres. Les Etats les plus vulnérables sont Chypre, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, le Portugal, la République tchèque et la Slovénie. En revanche, le risque a décru en Allemagne, Belgique, Finlande, Slovaquie et Suède depuis 2010.

L’OIT estime que le risque de troubles sociaux est « probablement dû aux réponses politiques à l’actuelle crise de la dette souveraine et à leur impact sur la vie des gens ».

« Cette perspective économique morose a créé un environnement social fragile, de moins en moins de gens se voyant offrir l’occasion d’obtenir un bon emploi et d’améliorer leur niveau de vie », poursuit le rapport.

Le risque s’est également accru en Russie et dans les anciens pays du bloc communiste, ainsi qu’en Asie du Sud et dans les économies développées hors UE.

Il a en revanche reculé en Amérique latine et dans les Caraïbes, où les gouvernements ont mené des politiques de soutien à l’emploi, dans les pays sub-sahariens, en Asie orientale et du sud-est et dans la zone Pacifique.

Robert Evans, Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Source : Reuters

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie