Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

10 décembre 2012 1 10 /12 /décembre /2012 02:13

1 – Gagner un ou deux ans, unique objectif du pouvoir 

Reconnaissons qu’il n’a pas entièrement tort : si l’euro explose, inutile de trop sacrifier pour le défendre. Le problème est que Sa Normale-Inertie élude toute décision courageuse et que le blocage européen peut s’éterniser, mettant chaque jour un peu plus en lumière la paralysie française.

...
Cet attentisme a trouvé une parfaite illustration cette semaine dans l’affaire des hauts-fourneaux de Florange où le pouvoir n’a cherché qu’à gagner du temps, consignant dans des engagements tenus secrets la dure constatation qu’il ne peut rien imposer de sérieux à Mittal. Ce dernier ne consent qu’une aumône en fait d’investissements stratégiques : 52 millions d’euros sur 5 ans...

Sur la question du crédit d’impôt contenu dans le pacte de compétitivité, la même logique a prévalu : la mesure n’entrera en vigueur que l’an prochain et son coût pour l’Etat est reporté d’autant, permettant de remettre la dure hausse de la TVA à une date ultérieure. Idem pour les réformes des administrations publiques et territoriales.

2 – La sortie de crise se fera-t-elle à l’italienne ou à la turque ?
Les futures élections transalpines d’avril 2013 seront cruciales. Si les Italiens reconduisent un pouvoir pro-européen apte à rassurer les marchés, en clair s’ils conservent Monti ou ses clones du centre-gauche, garde-chiourmes que l’eurostructure leur a imposé, leurs taux d’intérêt baisseront progressivement.

C’est alors vers une solution « à la turque » qu’on pourrait s’orienter : des dévaluations via une explosion de l’euro, une forte récession durant au moins deux ans mais une reprise fondée, si tout se passe bien, sur un redémarrage des exportations et un regain de compétitivité internationale pour les économies de l’ex-Euroland.

En 2001, la Turquie était en faillite et son secteur bancaire sinistré. Elle a déprécié sa monnaie, a beaucoup souffert quelques années puis s’est vivement redressée. Et c’est bien parce que les Grecs étaient dans l’euro qu’ils n’ont pu suivre le même chemin, pénible sur le moment mais salutaire dans la durée. Aujourd’hui, la Turquie est prospère et la Grèce exsangue.


Cependant, sauf à précipiter une récession mondiale, le retour de la croissance après une purge grâce à la compétitivité monétaire retrouvée est sans doute une meilleure solution que l’enlisement progressif dans l’austérité mal tempérée par l’usage de la planche à billets.

 

Sur tous ces sujets, que dit et que fait notre gouvernement ? Il attend un an ou deux.

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Economie