Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 07:46

L’islam ne fait pas partie de notre civilisation car ses principes fondateurs sont l’exact opposé des nôtres. Notre civilisation est fondée sur l’esprit critique (notre façon de penser) et sur la Règle d’Or (l’éthique). Par contre l’islam est fondé sur la soumission (pensée faisant autorité) et sur une éthique dualiste.

Comparons ces principes fondateurs, en commençant par l’esprit critique et la pensée faisant autorité. L’esprit critique (soit pensée analytique ou pensée scientifique) est l’attitude rationnelle et intellectuelle exigée par notre culture de démocratie. La pensée critique est objective, peu importe qui établit le raisonnement, les résultats seront identiques. Elle se fonde sur des faits, analyse les causes et les conséquences, elle est intellectuelle et non émotionnelle. La pensée critique a un lien solide avec la morale par l’évidence que l’on ne peut ni tricher ni mentir avec des faits objectifs.


Observons le raisonnement fondé sur l’autorité. Ce raisonnement se base sur l’opinion d’experts dont la parole est considérée comme vérité du simple fait de leur autorité. C’est la vérité parce que les autorités disent que c’est la vérité.


Le coran mecquois, le coran des débuts, contient une nouvelle idée : Mahomet est le prophète d’Allah. (Les idées dans le coran découlent de cette idée). La preuve de la prophétie de Mahomet est constituée par la seule répétition «Mahomet est son prophète» et par tout ce qui vous arrivera si vous n’acceptez pas cela. Le raisonnement est circulaire : Mahomet est le prophète d’Allah parce que c’est Allah qui le dit. (Plus exactement l’archange d’Allah le dit). Mais comment savoir ce qu’Allah a vraiment dit ? Parce que Mahomet nous dit ce qu’Allah a vraiment dit.


Le coran médinois (ou coran tardif) contient une idée supplémentaire : si vous refusez de croire que Mahomet est le prophète d’Allah, alors vous pouvez être tué par le djihad. Si vous n’êtes pas convaincu, vous pouvez être éliminé. Ça c’est du raisonnement basé sur l’autorité !

La charia contient d’autres exemples de raisonnement basé sur l’autorité. Cette loi stipule que l’apostasie (quitter l’islam) est un crime puni de mort. Qu’entendent-ils par «apostasie» ?

  • Etre sarcastique envers Allah ou l’un des versets du coran
  • Nier le consensus des érudits de l’islam
  • Nier que l’islam doit devenir l’unique religion mondiale
  • Se montrer sarcastique envers la charia

Or il se trouve des gens qui prétendent que l’islam doit seulement être un peu réformé. Alors bonne chance si vous essayez de concilier la pensée d’autorité et des réformes. Non seulement vous n’obtiendrez rien, mais vous y risquez votre peau. Voulez-vous encore des exemples de la pensée d’autorité ? Prenez Salman Rushdie, l’auteur desVersets Sataniques, un simple roman. La réaction immédiate de l’islam a été d’émettre une fatwa de condamnation à mort. Lorsque les caricatures de Mahomet ont été publiées, il y a eu des morts dans les émeutes.


Et même chez nous en Amérique, si vous déviez de la pensée officielle sur l’islam, on vous lance des épithètes telles que sectaire ou haineux, et l’insulte est votre punition. Les autorités continuent toutefois de flirter avec l’idée de criminaliser le discours de haine, défini de plus en plus largement. Le discours haineux est le discours qui déplaît aux autorités.


La pensée critique n’a rien en commun avec des punitions, elle applique simplement la logique déductive d’Aristote et les lois de la causalité (cause-conséquence). Si vous perdez un débat selon les règles de la pensée critique, vous faites une expérience de la vie, pas une expérience qui peut être mortelle. Ni les insultes ni les menaces ne jouent un rôle dans la pensée critique.


Voyons maintenant ce qui concerne l’éthique. La Règle d’Or stipule que nous devons traiter TOUS les autres, comme nous aimerions être traités. Cette éthique est unitaire : une règle pour tous. Or, l’islam ne voit pas les choses ainsi. L’islam a des normes éthiques pour les musulmans, et des normes différentes pour les koufars (non-musulmans). Le coran et les hadiths sont très clairs sur le fait qu’un musulman est frère d’un autre musulman. Un musulman est frère de n’importe quel musulman avant que d’être le frère d’un membre de sa propre famille si celui-ci est un koufar.


Regardons l’éthique de Mahomet. Mahomet est considéré comme le prototype de l’humain divin, l’homme parfait, comme il est écrit dans 91 versets coraniques. Comment Mahomet traite-t-il ses voisins ? A Médine, il offre le choix aux tribus voisines de se convertir ou de se soumettre à l’islam, sinon il les attaquait. La soumission ou la mort : ici pas question de Règle d’Or.


Mahomet répétait sans cesse qu’il fallait mentir aux koufars si cela faisait avancer l’islam, pure éthique de dualisme.

 

Voici par exemple ce hadith : Bukhari 5.59.369 :


Mahomet demanda : «Qui va tuer Ka’b, l’ennemi d’Allah et de Mahomet
Bin Maslama se leva et répondit : «O Mahomet ! Serais-tu content si je le tuais ?»
Mahomet répondit : oui.
Bin Maslama dit alors : «Donne-moi la permission de le tromper par des mensonges afin que mon complot rencontre le succès».
Mahomet répondit : «Tu peux lui parler faussement».


Le Bill of Rights de notre Constitution est fondé sur la Règle d’Or. Nous avons aboli l’esclavage en nous référant à la Règle d’Or. Vivons-nous toujours en la respectant ? Hélas non, mais cela n’amoindrit pas le fait qu’elle est notre ligne de conduite, parce que nous pouvons nous référer à la Règle d’Or pour critiquer ceux qui ne la respectent pas.

 

Pour résumer : notre civilisation est fondée sur la pensée critique et sur les principes moraux de la Règle d’Or. L’islam se base sur la pensée d’autorité et sur l’éthique dualiste. Aucun compromis n’est possible entre ces deux concepts opposés : soit le principe de réciprocité de la Règle d’Or, soit la morale dualiste.  Il ne peut y avoir de demi-mesure entre la pensée d’autorité et la pensée critique. Les principes de soumission inhérents à l’islam signifient que seule une résistance active nous permettra de survivre.

 

Nous avons un historique de 1400 ans d’interactions entre l’islam et les pays koufars. Les faits ont confirmé la théorie. Quelques siècles après que l’islam ait conquis une culture, la culture-hôte se trouve annihilée, regardez la Turquie par exemple. Il n’existe aucune compatibilité entre l’islam et nous. L’islam ne fait pas partie maintenant et ne fera jamais partie de notre civilisation. L’objectif final de l’islam est d’annihiler les civilisations des koufars. Sa première étape : «Nous sommes comme vous, juste un peu différents» doit être considérée pour ce qu’elle est.

 

Aucun prêchi-prêcha des apologistes de l’islam ne pourra changer le dogme politique de l’islam, ni son Histoire.

 

Source : Islam Is Not Part of Our Civilization, par Bill Warner, Political Islam

Partager cet article

Publié par : CITOYEN ET FRANCAIS - dans Immigration