Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 02:53

9782358690430

Guy Millière, L’Islam radical est une arme de destruction massive*, David Reinharc éditions, Paris, 2013.

Lire l’Islam radical est une arme de destruction massive de Guy Millière est un vrai tonique. Il vous donne la force de continuer… d’avancer dans l’espoir que le vrai triomphera du faux. Que la pensée perverse reconnaîtra ses erreurs, que Satan ne conduit pas le bal.
 

Dans son introduction, Millière annonce la profonde et rapide mutation du monde – une mutation portée par la houle d’une mondialisation en accélération. Le livre explore dans trois chapitres classés par thèmes, ses causes et ses conséquences.

Le premier chapitre est consacré à ce que l’auteur appelle des définitions. Car il est évident que l’organe de la pensée ne peut appréhender et comprendre un problème que s’il dispose d’outils adéquats, c’est-à-dire des mots clairs. Or c’est précisément la démarche inverse que nous impose la toute-puissance du politiquement correct. Victimes de mots biaisés et du décalage entre discours et réalité, nous nous débattons dans une confusion sciemment entretenue. Or Millière ne craint pas les mots et donne de bonnes définitions.

Millière affirme avec raison que les printemps arabes n’ont apporté qu’un hiver islamique qui s’installe pour durer. Cela était prévisible car les conditions dans le monde musulman ne laissaient guère présager l’instauration d’institutions démocratiques garantissant l’égalité, la sécurité légale et un certain degré de liberté pour tous. Ce chaos outre-Méditerranée surgi des profondeurs d’un tribalisme fanatique se répercutera en Europe par des vagues d’immigration et des agressions djihadistes.

Les dirigeants occidentaux, EU et Amérique, y prêtèrent la main, jouant les apprentis sorciers. Prisonniers du déni et de l’inversion du sens, ils laissèrent la machine s’emballer et facilitèrent l’émergence d’un pouvoir transnational des Frères Musulmans. Ils aidèrent ce mouvement « modéré » à monopoliser le pouvoir, s’en remettant, pour la sécurité de leur pays, à « une soumission préventive », selon l’expression de l’auteur. Autrement dit, par le recours à la bonne vieille dhimmitude qu’ils connaissent bien.

Ce que l’on appelle aujourd’hui ‘le déclin de l’Europe’ résulte de la politique du triumvirat Prodi-Solana-Patten aux commandes de l’Union européenne et appliquant au pas de charge le programme d’union fusionnelle des deux rives de la Méditerranée, et exposé dans le texte de base de la Fondation Anna Lindh.

La perversion du sens des mots sape la résistance de l’Europe

Les impôts de la glèbe européenne pourvurent aux milliards consacrés à la promotion du juste djihadisme palestinien et à la délégitimation d’Israël, prologue à celle des nations européennes. Ils financèrent la réécriture de l’histoire, l’inversion des valeurs pour infuser les principes de justice djihadiste et cimenter la solidarité Nord-Sud par le conditionnement des peuples européens à la dhimmitude.

Ce dessein conçu, élaboré, planifié dès les années 1960 s’est enfin réalisé aujourd’hui et le sera encore plus demain. Des générations s’y sont consacrées, vantant cette union méditerranéenne comme le grand projet du siècle, le fondement de la sécurité européenne grâce à son enracinement dans les critères djihadistes du bien, de la paix et de la justice dont elles se firent les hérauts dans toutes les arènes. L’inversion du sens entre agressé et agresseur fit de la résistance d’Israël agressé dans sa patrie historique l’agresseur des djihadistes. C’est cette perversion du sens des mots qui sapent la résistance de l’Europe.

 

La force des interdits et les sanctions pour ceux qui les contournent

Aujourd’hui nous en sommes là et les peuples assommés par les régimes du panem et circenses commencent à prendre la mesure du désastre. Ce désastre, l’auteur le décrit sobrement dans son second chapitre. Tout y est dit. Avec les mots justes d’un diagnostic d’une implacable rationalité. Pas de boursouflures, les faits mis à nus par un scalpel qui ne tergiverse pas avec le mensonge. Oui … il faut du courage pour affronter cette réalité-là. Pour la dire quand on connait la force des interdits et les sanctions pour ceux qui les contournent. On est là face à un mur insurmontable, dans le piège de politiques où l’incompétence le dispute à la perfidie.

Le dernier chapitre « Perspective d’avenir » énonce les inéluctables conséquences des politiques actuelles car celui qui sait évaluer le présent, sait aussi voir l’avenir. Il est clair que les politiques conjuguées de l’administration Obama en phases avec celles de l’UE ont concouru à l’expansion d’un pouvoir quasi planétaire des Frères Musulmans et de leurs alliés islamistes. Ces manœuvres si contraires aux valeurs humanistes se sont néanmoins déroulées au nom de la morale et des droits de l’homme. Car contrairement au siècle précédent où la politique exprimait sans fard ni complexe ses objectifs criminels, les années de l’après-guerre ont vu le renouvellement de ces mêmes politiques mais empaquetées dans la morale d’une victimologie onctueuse. C’est là l’origine de l’inversion du sens.

Les printemps arabes ont accouché partout de régimes où le massacre des civils, le chaos, la terreur, l’épuration ethnique des minorités religieuses, constituent un quotidien infernal. L’Europe en est déjà contaminée et ses populations, mises au même régime que les Israéliens, se sont accoutumées à vivre sous la dictature d’une menace dont le sens leur échappe. Et l’avenir ? Lisez le livre, l’auteur vous guidera.

Ces écrivains maudits dont le cri perce tous les bâillonnements

Je voudrais ici relever une information scandaleuse que nous livre Millière : le boycott, les intimidations et les menaces qu’il subit dans le pays des libertés et des droits de l’homme. Ainsi ce n’est pas seulement le talent et l’intelligence sur lesquels on s’acharne, mais la vérité que l’on assassine. En conclusion je voudrais saluer les éditeurs qui ont le courage de publier ces écrivains maudits dont le cri perce tous les bâillonnements afin que demain soit un jour meilleur.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Bat Ye’Or pour www.Dreuz.info

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans Religions