Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : CITOYENS ET FRANCAIS
  • CITOYENS ET FRANCAIS
  • : Revue de Presse Internationale : Géopolitique Religions Immigration Société Emploi Economie Géostratégie-INTERNATIONAL PRESS REVIEW ------ ОБЗОР МЕЖДУНАРОДНОЙ ПРЕССЫ
  • Contact

Rechercher

translator


 

En direct Flux de trafic

Flag Counter

mise en ligne le 15/07/2015

 

 

 

26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 03:19

сирия беженцы сирийские беженцы лагерь гуманитарная катастрофа турция Рейханлы

 
Photo : EPA

La Syrie est en train de devenir après l’Irak et la Lybie un nouveau pays des fous, - a déclaré vendredi le président du Comité des affaires internationales de la Douma Alexeï Pouchkov. Son opinion est partagée par de nombreux observateurs qui affirment que la société syrienne est au bord d’une catastrophe humanitaire.

D’ailleurs, la catastrophe humanitaire est bien commencée. L’exode prend de l’ampleur et il y a déjà au bas mot plus de 500 000 réfugiés voire un million selon les estimations plus réalistes. L’ONU est en train de former un comité spécial chargé de les encadrer mais les experts estiment dans leur majorité qu’il sera incapable d’arrêter la tragédie des réfugiés. Pis encore, leurs nouvelles vagues pourraient déstabiliser définitivement la situation dans la région.

Diaporama : La vie sous les balles

Il faut préciser que selon certains experts, c’est la Turquie qui a joué un rôle très négatif dans ces processus. La parole est au journaliste jordanien Fahm al-Halidi.

«Les autorités turques ont commencé à parler des réfugiés dès le début de la crise quand il n’y avait encore pas un seul réfugié syrien. Elles préparaient le terrain pour acceuillir les réfugiés et les utiliser à leurs fins. Dansles camps des réfugiés il n’y avait rien sans compter les armes et les officiers étrangers. A cette époque la Turquie préparait le renversement du régime syrien qui selon ses calculs devait s’effondrer en l’espace de deux à trois mois. Or, l’équipe d’Erdogan ne s’attendait pas à l’action aussi résolue de l’armée syrienne ».

D’un autre côté, on aurait tort de présenter l’Occident comme l’unique responsable de la catastrophe syrienne. La parole est à notre expert Vladimir Issaev:

« La faute est avant tout à ceux qui ont initié les événements qui ont fait que la Syrie se trouve actuellement en état de la guerre civile. Plus encore, il s’agit déjà d’une intervention étrangère.

De toute façon, de nombreux détachements de l’opposition armée sont commandés et recrutés avec les fonds d’Al-Qaïda. Le régime syrien en place porte également sa part de responsabilité. En effet, de nombreux experts disaient qu’il tardait constamment à réformer le systeme vieillot qui existe depuis plus de 40 ans. Mais évitons de peser la part de responsabilité de chacun des acteurs. A mon avis, la faute est à ceux qui ont été les premiers à faire parler les armes ».

Certes, le début du dialogue entre l’opposition et le pouvoir serait à meilleure façon de prévenir la catastrophe humanitaire mais cette solution paraît peu probable aujourd’hui. Pourtant, les chances d’arriver à la paix civile s’accroîtront grandement si les parties de la guerre civile cessent d’être soutenues de l’extérieur.

 

source

Partager cet article

Publié par : CITOYENS ET FRANCAIS - dans International